Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

"Vert, le jardin" et jolie devient la ville !

L’association Vert le Jardin Vert a pour objectif de développer et coordonner les actions autour du jardin dans le pays de Brest. Michel Campion qui répond aux questions de Brest-ouvert en est le fondateur et l’un des 3 permanents actuels.

Peux-tu nous présenter l’expérience de « Vert le Jardin » ? Il y a eu plusieurs étapes, mais au départ comment tout ça est parti ?

Alors, la première étape, c’était une volonté de Culture et Liberté qui avait le souci de regrouper des structures, des associations, des gens qui avaient en tête le développement des jardins sur le pays de Brest. Ils ont sollicité plusieurs associations, plusieurs personnes et au fil des réunion s’est créé un collectif autour du jardinage, avec l’idée de développer les activités autour du jardin

Est-ce qu’on a une idée du nombre de jardins qui fonctionnent dans votre démarche sur l’agglomération brestoise ?

Nous personnellement, à « Vert le Jardin », on occupe 14 jardins différents sur des thématiques différentes, sur des publics différents et on en a 14, mais il en existe d’autres qui ne font pas partie, ou où nous n’intervenons pas, on est une vingtaine de jardins différents sur le pays de Brest.

Ça commence à compter ?

Oui, cela commence à compter, cela représente du monde d’une part, et d’autre part des espaces qui sont dans la biodiversité avec des différentes thématiques et avec différentes orientations, mais sur l’idée du partage. Tous ces espaces-là sont ouverts au public.


Qu’est-ce qui les différencie des jardins ouvriers ou des jardins familiaux ?

Alors pas grand-chose, parce que nos ancêtres ce sont des jardins familiaux et des jardins ouvriers, mais ce qu’on essaie de faire c’est de les ouvrir un peu plus aux autres, on met moins de barrières autour, de parcelles on essaie que les gens travaillent tous ensemble, ils peuvent travailler aussi en individuel mais l’idée, c’est qu’on puisse partager avec les autres en fait

Vous travaillez beaucoup en réseau, en relation, avec des partenariats, notamment avec la ville de Brest dans des opérations sur les quartiers, on peut parler peut-être de l’opération « Bidons de Saint-Marc » ?

Oui, l’opération « Bidons de Saint-Marc », c’est une idée que nous avons eue et Anne-Marie Cibaud, maire-adjointe du quartier de Saint-Marc a accepté le projet. L’idée est de mettre sur le quartier des bidons dans des endroits qui pourraient être animés par des habitants. Nous, on coordonne l’opération, eux, les habitants mettent ce qu’ils veulent. Au jour d’aujourd’hui on en est à l’état d’études. On réfléchit dans quel lieu on pourrait installer. On a envoyé le premier bidon dans une maison de retraite, l’idée c’est que les gens rentrent dans la maison de retraite pour visiter, que les résidents participent à l’élaboration, à la peinture du bidon. D’autres bidons vont être animés sur le quartier à partir de janvier.

On a une première réunion publique au mois de janvier, le 26 janvier à la mairie et à partir de là on va voir le maillage qui va être fait dans le quartier, déjà plusieurs structures se sont proposées, des écoles aussi.

Ce qu’on aimerait bien, c’est que sur différents lieux du quartier il y ait des bidons qui soient animés par les habitants. Le projet final, c’est se balader de point en point, finir par un bal une fête le 18 juin, c’est déjà programmé, c’est déjà pensé.

L’aspect festif et convivial est important, dans tout ce que vous faites ?

C’est primordial, c’est la relation humaine qui nous mène, ce n’est pas que le jardinage, c’est la rencontre humaine parce qu’on touche différents publics et qu’on touche différentes personnes, enfants adultes, et ça qui nous mène un peu au bout du bout, et la fête est un moyen de concrétiser toutes ces rencontres-là.


Alors vous mettez sur pied aussi parce que vous avez beaucoup de projets la fête des saisons ?

Oui, ça c’est un autre truc aussi on a bâti « vers le Jardin » depuis 5 ans maintenant, on a commencé vers 1999, on sait maintenant ce qu’on peut faire dans les jardins , on sait faire, ce qu’on veut faire , c’est ouvrir au plus grand nombre, au plus grand public. On a une expression qui commence à nous séduire, c’est "du jardin collectif vers la collectivité", on rend ce qu’on nous a donné et ça c’est intéressant dans la démarche. En montrant ce qu’on eut faire, comment on agit, les gens comprennent plus facilement ce que l’on veur faire. La fête des Saisons est un des moyens aussi, chaque fois qu’il y a changement de saison en mars pour la fête du printemps, en juin pour la fête de l’été et en septembre pour l’automne et en hiver on organise dans un jardin qui fait partie du réseau une manifestation sur la thématique jardin et chaque fois on essaie d’aménager, de coordonner tout ça.


Alors le 21 décembre, c’est la fête de l’hiver ?

C’est l’hiver, alors on va s’obliger en espérant que le temps sera un peu avec nous à rester dehors, c’est-à-dire qu’on va faire une fête autour de la soupe ce sera une dizaine de soupes qui seront faites par des habitants, par les jardiniers de tous les jardins qu’on côtoie et ils vont venir avec leurs soupes, il y aura des marrons chauds, des tisanes, un petit peu de théâtre autour de l’endive qui fait partie du jardin, une petite troupe de musique pour animer tout ça et voilà de 17 heures à 21-22 heures on restera dans le jardin de Pontanézen dans des tentes, s’il pleut vraiment on a le centre Social qui va pouvoir nous héberger, mais on va essayer de rester dehors

Et la bio a pris tout naturellement sa place dans ce projet ?

Oui depuis le début, de toute façon c’était une de nos prérogatives premières en dehors du fait qu’il fallait que nos publics soient mixtes le plus largement possible, la biologie évidemment dans les jardins elle est.., ce n’est pas la priorité pour certains jardins parce qu’il y a d’autres problématiques, d’autres priorités, mais on y arrive tout doucement en expliquant aux gens tout simplement qu’on peut cultiver sans produit chimique, ça passe tout de suite.


Vert le Jardin a beaucoup de projets, comment imaginez-vous son avenir sur la place brestoise dans les années qui viennent ?

La difficulté du monde associatif étant ce qu’elle est, c’est vrai que ce n’est pas facile mais on est soutenu par la ville dans le cadre du Contrat ville principalement.
Nous savons que les services la ville sont en train de réfléchir pour la pérennisation de la structure. Aujourd’hui, nous sommes 3 permanents sur un dispositif emploi jeunes pour 2 d’entre nous. Donc, c’est un peu difficile mais il semblerait que la ville est intéressée par la dynamique qui est mise en place. On n’a pas encore fini l’histoire et que ça mériterait d’être soutenu encore.

Mais c’est vrai qu’on n’a pas de rentrée d’argent on ne vend rien on n’est que sur de l’utilité sociale je dirais, et donc ça ne se monnaye pas c’est la politique qui doit décider si oui ou non ça a un intérêt.

Vous êtes amenés à travailler parfois avec des publics en forte difficulté sociale, c’est aussi une des vocations de « Vert le Jardin » ?

C’est peut-être pas une vocation mais c’est sûrement un souci qu’on a, tout le monde peut pratiquer le jardinage et des fois des gens qui sont dans des situations difficiles pour X raisons peuvent par le jardin trouver d’autres ouvertures et nous on travaille , c’est vrai avec le CCAS principalement sur des publics qui ont besoin un peu de soutien et donc on entretient avec leur participation, des locataires des logements, on entretient leur jardin, le souci est de les initier au jardinage mais aussi à l’alimentation de parler des problèmes de santé

Alors on a parlé de la vingtaine de jardins sur l’ensemble de l’agglomération mais d’une façon un peu étonnante vous avez ouvert récemment un jardin en plein centre ville ?

Oui, en fait nous sommes en location dans une maison rue du Docteur Pouliquen en haut de la rue Jean Jaurès. Dans cette maison on trouve à l’étage « Culture Liberté » et nous en bas, on avait imaginé dans un petit jardin qui fait 200 m2, en lien avec le propriétaire qui a accepté le projet aussi. Ce n’était pas si simple pour lui de voir déambuler dans son jardin des aménagements divers et variés.

L‘idée était d’aménager ce jardin pour l’ouvrir au public du quartier et qu’il soit un lieu original, ludique, artistique . Nous avons monté un projet avec différentes associations on a proposé notre action "An Treiz", au CCAS de la ville de Brest , à Culture Liberté pour leur proposer s’ils avaient des personnes qui étaient intéressées par le projet de venir se joindre à nous.

Alors aujourd’hui on a mis en place le projet grâce au fonds social européen qui nous a aidé dans la démarche et aujourd’hui on a le support de plasticiens qui vont travailler sur le côté esthétique de l’opération, dans l’aménagement végétal du projet . Nos stagiaires ou nos adhérents bénévoles de l’opération travaillent ainsi sur des fresques qui vont être apposées sur les murs du jardin.

L’opération se termine de toute façon fin juin avec une ouverture au public qui sera géré par les bénévoles s’il le peuvent et ce jardin sera ouvert de temps en temps pour des manifestations, pour des fêtes, et peut-être pour des gens qui auront envie à un moment donné de l’utiliser comme un espace public.

Contacts :

Vert le jardin
- 25 rue du Dr Pouliquen
29200 BREST

- Tel : 02 98 46 06 92

- couriel

Posté le 20 décembre 2004 par Christian Bucher
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Novembre 2007
    17:27

    un petit coup de main verte ?!

    par elo

    bonjour, je participe à un workshop à l’école sup. d’arts de brest et je souhaite redonner un statut à un espace vert qui est devenu un crottoir pour les chiens du quartier. Pour cela, j’aurais besoin de pas mal de pots et je me demandais si vous pourriez m’aider à réaliser mon projet, qui est en ligne sur
    http://wks.xooit.fr/index.php
    dans la rubrique elou.

    merci d’avance !
    elodie

    Voir en ligne : http://wks.xooit.fr/index.php

  • Février 2007
    11:46

    "Vert, le jardin" et jolie devient la ville !

    par Dosso Marina

    Marina Dosso
    Ulamir du poher
    7 rte de Kerniguez
    29270 Carhaix

    J’ai eu votre contact par l’intermédiaire de Ronan Goasglas et je me permet donc de vous demander quelques renseignements. Avec le collectif parentalité, qui regroupe quelques structures du secteur de Carhaix nous souhaitons organiser des soirées ou des après midi sur le thème du jardin, comment cutiver son jrdin avec quels produits ?....Nous avons à notre disposition quelques parcelles des jardins municipaux et nous pourrons les aménager à notre convenance. Je souhaiterais savoir si vous pensez une intervention possible, si oui à quelles conditions ? Ces temps d’échange se dérouleront au mois de mars de cette année.
    Merci de votre attention, j’attend votre réponse.
    Marina Dosso.

  • Janvier 2006
    15:18

    "Vert, le jardin" et jolie devient la ville !

    par kervellec f
    merci pour vos voeux recevez les notre anaik !peux tu me conseiller pour un projet pour l’ecole de manon ?SI TU PEUX je pourrais passer te voir chez vous rue poulliquen je pense en debut de semaine prochaine, sympa votre carte de voeux à bientot