Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Ethers de glycol, solvants toxiques pour l’homme : premier procès en France

Cet article informe sur les publications en ligne son contenu n’est pas sous contrat Creative Commons

Extrait de l’article de Cécile Prieur publié dans le Monde édition du 04.01.05

Pour la première fois, une ouvrière qui a donné naissance en 1992 à une
fillette gravement handicapée assigne son ancien employeur et les
fabricants de solvants devant le tribunal de grande instance de Paris. En
dépit des risques, plusieurs de ces produits restent autorisés dans
l’industrie.

Depuis la naissance de sa fille, Roxane, elle cherche à connaître la
vérité. Ancienne ouvrière dans une petite entreprise de sérigraphie des
Pyrénées-Atlantiques où elle manipulait des solvants, Claire Naud a
accouché, en 1992, d’une enfant présentant une encéphalopathie d’origine
indéterminée, entraînant un retard mental et psychomoteur très important.

Lundi 3 janvier, elle entendait demander la reconnaissance de son préjudice
en assignant respectivement son ancien employeur et les fabricants de
solvants devant le tribunal de grande instance de Paris : c’est la première
fois que la justice est saisie d’une affaire de contamination
environnementale impliquant les éthers de glycol.

Le 17 août 1992, Mme Naud donne naissance à Roxane, un bébé atteint de
graves malformations : l’enfant présente un retard psychomoteur sévère dû à
d’importantes lésions cérébrales, fait des crises d’épilepsie et souffre
d’anorexie. Actuellement, la petite fille, âgée de 12 ans, ne parle ni ne
marche.

- >Lire l’article


Quarante dérivés, des toxicités très diverses

Substances chimiques présentes dans de nombreux produits de la vie courante
(peintures, vernis, produits d’entretien ou de cosmétiques).

Les éthers de glycol sont des solvants aux propriétés remarquables.
Miscibles dans l’eau et les graisses, ils sont peu volatils et odorants. Il
existe près d’une quarantaine de dérivés possédant des propriétés
toxicologiques très diverses. On les répartit généralement en deux séries :
la série E, comportant les dérivés de l’éthylène glycol - les plus
dangereux -, et la série P, comportant les dérivés du propylène glycol.

Les éthers de la série E, aujourd’hui interdits, ont notamment été reconnus
comme reprotoxiques, c’est-à-dire qu’ils induisent un risque pour la
reproduction de l’homme.

Lire aussi l’article : "les éthers de glycol : une catastrophe sanitaire de type amiante ?" de Christophe Brunella sur le site www.novethic.fr

Posté le 5 janvier 2005 par Christian Bucher
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info