Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Surveillance de la DGSE : "les droits des citoyens sont bafoués !

Un interview de Sandrine Bélier, eurodéputée Europe Ecologie-Les Verts

L’eurodéputée écologiste Sandrine Bélier critique le système de surveillance français, qu’elle juge "choquant" et "anti-démocratique".

Lien permanent de l’interview dans le Nouvel Obs :
http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20130704.OBS6501/surveillance-de-la-dgse-les-droits-des-citoyens-sont-bafoues.html


Après l’agence américaine NSA, c’est au tour de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) d’être épinglée. Les services secrets français pilotent depuis plusieurs années un système d’interception de toutes les communications par téléphone ou ordinateur, révèle en effet "Le Monde" du jeudi 4 juillet. Face à ce vaste espionnage, l’eurodéputée Europe Ecologie-Les Verts et membre de l’Internet Core Groupe des Verts européens, Sandrine Bélier, s’élève contre "le vrai visage des renseignements français". Interview.

Comment réagissez-vous au fait que la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) collecte les signaux électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France ?

- Ces révélations ne sont pas surprenantes en elles-mêmes. Je savais que cela était possible techniquement. Mais je ne savais pas que la DGSE avait franchi le pas dans ce domaine. Ce qui est révoltant, c’est la mise sous contrôle d’internet sous le couvert de la lutte contre le terrorisme, la pédophilie et le piratage.

Le système de surveillance de la DGSE n’a jamais été soumis à un contrôle législatif du Parlement ni à un contrôle de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Est-ce choquant ?

- Plus que le système de la DGSE en soit, c’est son illégalité qui choque. On comprend pourquoi rien n’a été soumis au Parlement français ou même européen. Sinon, il aurait fallu justifier un tel système, expliquer quel est le but recherché. Les parlementaires auraient pu, à ce moment-là, exercer un contrôle sur les activités de la DGSE. Un contrôle démocratique au nom des libertés publiques, de la protection du citoyen et de ses données privées. Ce qui ce passe sur internet n’est pas hors la loi. Tout ce qui s’applique dans le monde réel s’applique sur internet. Et donc l’activité de la DGSE doit être conforme à la loi. Ce qui n’est pas le cas. On peut raisonnablement dire que les droits des citoyens sont bafoués.


Les données récoltées par le système de la DGSE sont aussi utilisées par la police judiciaire. Elles entrent alors dans la procédure judiciaire sous la forme de "renseignements anonymes". Qu’en pensez-vous ?

- C’est le plus choquant de tout ce système. En France, les citoyens ont des droits même lorsqu’ils sont sous le coup d’une enquête de police. La police a des pouvoirs mais qui sont encadrés par la loi, et de manière bien définie. Ce n’est qu’une fois que l’enquête commence que les informations sont récoltées. Pas avant ! Chaque Français a le droit de ne pas être considéré comme un criminel.

La France n’est pas un Etat totalitaire à ce que je sache ! La DGSE n’est pas censée agir comme la Stasi [le service de police politique de l’Allemagne de l’est, NDLR]. Mais cela démontre clairement qu’il y a un besoin d’équilibre entre la lutte contre le terrorisme et les libertés fondamentales. Je me suis engagée en politique pour me battre contre ce genre de projets : la riposte graduée de l’Hadopi, la censure et le contrôle d’internet. Je me bats pour la neutralité du net.


Que pensez-vous du gouvernement qui n’a que faiblement protesté contre le programme Prism de l’agence américaine NSA ?

- Le gouvernement français joue un double-jeu. D’un côté, il dit soutenir le gel provisoire des négociations de l’accord commercial transatlantique parce que le programme Prism est inadmissible. Mais de l’autre, il fait savoir, par l’intermédiaire de son ministre de l’Intérieur Manuel Valls qu’il refuse d’accorder l’asile à Edward Snowden au nom des "relations avec les Etats-Unis". Et aujourd’hui, on apprend que la France fait la même chose que la NSA.

Interview de Sandrine Bélier, eurodéputée Europe Ecologie-Les Verts, par Paul Laubacher, le 4 juillet 2013.

Posté le 4 juillet 2013
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Juillet 2013
    10:50

    Surveillance de la DGSE : "les droits des citoyens sont bafoués !

    par patrig k

    DGSE et Chambre d’Appel de Versailles , les deux faces du miroir, les paradoxes inacceptables soumis à la réflexion de tous, le patriote-acte à la française, et les décisions ubuesques d’une partie de cette justice poussiéreuse et vermoulue, jusqu’à quand accepterons nous ces délires institutionnels ?

    Extrait de Rue 89 [ Dans un arrêt assez surprenant, la cour d’appel de Versailles a condamné ce jeudi sous astreinte (10 000 euros par jour et par article) Mediapart et Le Point à retirer de leur site les enregistrements « volés » chez Liliane Bettencourt. Y compris les textes relatant le contenu de ces enregistrements. ]

    http://www.rue89.com/2013/07/04/affaire-bettencourt-cour-dappel-versailles-impose-censure-243973

    " Volés" .... Un terme falsifié, par la chambre d’appel de Versailles, ou quand le concept de la liberté individuelle est utilisé, pour couvrir des faits de fraude fiscale , et la doctrine néo-conservratrice en sous marin prétend nous sauvé des terroristes ... Une crise politique majeure se profile, l’été sera chaud, la rentrée catastrophique, les fanatiques ne sont pas là, ou on le croit...

    De Versailles à Versailles, 1848-2013, le calendrier Grégorien et les vauriens.

    Rappel historique à l’attention des Versaillais de Neuilly , ceux de la court et à Bettencourt. Une plaidoirie d’Auguste Blanqui en 1848, qui reste d’une actualité criante de nos jours encore.

    Extrait [ ... Mon utopie leur déplaisait, et je n’en crois pas d’autre possible, c’est la clé qui doit ouvrir la porte du temple inconnu ; il est vrai que ce n’est pas la clé d’or. Il y a des problèmes bien simples qui semblent insolubles parce qu’ils sont mal posés. La révolution de 1848 voulait détrôner la corruption, y a-t-elle réussi ?

    Non. Eh bien ! l’assaut recommencera. La corruption mine la France, tous les partis en sont malades, les dix-huit ans du dernier règne ont inoculé le virus jusqu’aux derniers ramuscules du corps social. Traiter par des moyens matériels cette maladie toute morale, c’est une erreur désastreuse ; on ne fera que l’aggraver.

    ...//...Le pouvoir a causé le mal, lui seul peut le guérir ; qu’il ait au moins cette ressemblance avec la lance d’Achille. Surtout qu’il abandonne la méthode homéopathique, elle lui a mal réussi jusqu’à ce jour (sourires). ... ]