Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Rythmes scolaires : les enfants d’abord..!

Le point de vue de Daniel Le Bigot, adjoint au maire de Quimper

Nous le savions que la mise en place de la réforme des rythmes scolaires poserait quelques problèmes. C’est à près de 3000 gamins, à autant de parents et à plus d’une centaine d’enseignants que l’on demande de changer les habitudes…cela ne se fait pas d’un coup de sifflet.

Il faut cependant rappeler le sens même de cette réforme. Réduire le temps de classe quotidien des enfants en le répartissant sur 4 jours et demi au lieu des 4 jours mis en place par Sarkozy en 2008. Les psychologues, pédagogues insistaient pour dire que cette semaine des 4 jours était trop dense par rapport aux acquis à acquérir. Les collectivités locales assuraient déjà pour les familles qui n’avaient d’autres solutions, l’accueil le mercredi dans les centres de loisirs et le soir dans les garderies. La réforme de Vincent Peillon part bien de ce constat des psychologues.

Alors fallait-il garder le mercredi entièrement sans école pour les enfants et proposer la classe le samedi ? C’était une solution que dans leur grande majorité les familles ont rejetée. La plupart des villes ont donc opté dès cette année pour l’école le mercredi matin et une fin des cours quotidienne à 15h30.

Les collectivités proposent ensuite des TAP (temps d’activités périscolaires ). Ces TAP étant assurés par des personnels municipaux ou par des intervenants rémunérés par la mairie. Sur la ville de Quimper, dans la plus grande partie des écoles cela se passe normalement. Il reste à corriger là ou les enfants, les parents, les personnels rencontrent des difficultés. Laissons un peu de temps aux choses pour qu’elles se mettent en place. Peut être faudra t-il modifier certaines propositions, mettre en place des activités sur des cycles plus longs, quitte à les proposer deux fois par semaine.

La question de la formation des personnels est bien entendu au centre des préoccupations de tous. Il ne s’agit pas de proposer une garderie mais bien une activité pédagogique qui peut prendre différentes formes en complément de la classe. Il faut donc recruter, former du personnel à cet accueil. Les associations locales qui maitrisent bien certains domaines doivent d’ailleurs être sollicitées. Il peut s’agir d’une ouverture à l’environnement, à l’architecture, à la culture bretonne…. Le champ est vaste et pour une fois, l’éducation nationale reconnait que ces ouvertures peuvent être assurées ailleurs que dans la classe.

Une fois calés ces dysfonctionnement de départ il restera malgré tout de vraies questions.

-Ces TAP ne vont ils pas couper une relation directe qui existait entre les enseignants et les parents à la sortie de la classe ? C’était sans doute déjà le cas pour les enfants qui restaient en garderie mais elle sera certainement accentuée et il va donc falloir prévoir une nouvelle formule.

- Les enfants sauront ils trouver les repères nécessaires entre les différents intervenants ? Là également l’institution devra se montrer attentive…

Il me semble tout à fait essentiel que chacun comprenne que cette réforme peut, éventuellement ne pas répondre à la demande des adultes, qu’ils devront s’y habituer mais que ce qui importe c’est bien l’intérêt de l’enfant. Il faudra se donner certes un peu de temps mais ne pas trop tarder à tirer un bilan du point de vue de ceux pour qui cette réforme se met en place… les enfants.

Voir en ligne : lire la suite...
Posté le 2 octobre 2013 par Reunig Kozh
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info