Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Conseil communautaire de Brest Métropole Océane du 13 décembre

Pacte d’avenir de la Bretagne : il ne ne tient pas en compte l’échec du modèle agricole et agro-alimentaire breton !

Monsieur le Président,

Le pacte d’avenir de la Bretagne signé demain par le premier Ministre à Rennes tient- il compte des causes de la crise actuelle et en tire-t-il toutes les conséquences ? Nous ne le croyons pas...

S’il fallait répondre rapidement à la crise sociale, il n’y avait aucune urgence, sans évaluation du dernier contrat de plan, à s’engager sur l’affectation des 2 milliards d’euros prévus.

Un vrai pacte d’avenir aurait du être construit en pleine concertation avec tous les citoyens et acteurs économiques, bien au delà du cercle des institutionnels.
Bien sur, une réponse est apportée au désarroi des salariés de l’agro-alimentaire privés d’emploi mais pour l’essentiel les orientations du pacte d’avenir apparaissent comme un agrégat de dispositifs et mesures déjà existantes, une addition de plans sans lien entre eux...

Il ne prend pas les problèmes à la racine et ne tient pas réellement en compte l’échec du modèle agricole et agro-alimentaire breton incapable d’anticiper : l’ arrêt des restitutions n’était il pas prévu depuis 1995 ? En fait, ce modèle n’est pas viable, et les aides attribuées, sans contrepartie, ne sont pas légitimes.

La prise en compte de l’environnement n’est pas à la source des problèmes profonds que connait la Bretagne, comme quelques-uns le pensent et le disent. La simplification administrative ne doit pas affaiblir les réglementations environnementales et sociales. Elle doit, au contraire, devenir un levier pour encourager l’innovation.

Il faut savoir que les associations bretonnes de protection de la nature, dont tout le monde s’accorde à dire que c’est une richesse indéniable pour la Bretagne, n’ont été conviées à participer qu’à la fin des réunions de préparation du pacte. Elles ont pourtant élaboré un document de propositions extrêmement pertinentes dans ce contexte.

La Bretagne ne sortira progressivement de cette crise que si une autre logique est enclenchée cherchant à considérer la nature et l’environnement, leurs fonctions et services, comme des leviers socio-économiques essentiels.

Le futur modèle économique breton devra s’appuyer sur une agriculture paysanne créatrice d’emplois et protectrice de l’environnement, productrice de plus de valeur ajoutée. La transformation des productions bretonnes, se fait sur d’autres territoires (les trois-quarts de la production porcine sont transformés à l’extérieur).

Il est essentiel que l’industrie agro-alimentaire se concentre désormais sur la production de produits transformés de qualité et à destination du marché intérieur français comme européen.

Comme le Conseil économique, social et environnemental régional, l’indique dans son rapport de janvier 2013 nous pensons que le pacte doit s’appuyer sur la notion d’économie de la transition, une économie à la fois plus verte et plus compétitive, en terme de valeur ajoutée, de productivité, d’innovation économique et sociale, d’emplois, de formation.

En même temps, nous constatons une convergence accrue des positions syndicales et des propositions des écologistes pour la transformation du modèle agro-alimentaire breton.

Enfin, sur le plan institutionnel le pacte d’avenir de la Bretagne n’ouvre pas de perspectives nouvelles en matière de régionalisation. Il y a pourtant tant à faire pour donner à la région d’exister comme une entité institutionnelle à part entière, doté de réels moyens dans les domaines essentiels : financier, économique, énergétique, culturel...

L’occasion pour lancer la véritable transition écologique, l’aménagement équilibré et un développement durable de notre région Bretagne, enfin adulte, n’a pas été saisie.
Il y a pourtant, en Bretagne, une profonde aspiration au changement, une envie de faire, un besoin de construire, de se battre, de prendre en main l’avenir du territoire. La Bretagne est riche d’une grande tradition de coopération, d’actions collectives et solidaires. Elle a toujours été à la pointe des avancées en matière de gouvernance territoriale (intercommunalités, pays..). Elle a tous les atouts pour, de nouveau, montrer la voie d’une vraie décentralisation et d’une modernisation des institutions territoriales.

Posté le 13 décembre 2013
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info