Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

La lumière doit être faite sur l’accident survenu à bord du « CONDOR RAPIDE » fin novembre 2013

Un communiqué de Mor Glaz

Landerneau, le 23 janvier 2014

Que se passe-t-il dans la société « CONDOR FERRIES » qui exploite ses navires entre les îles anglo-normandes et Saint-Malo sous pavillon du BAHAMAS ?

Une chose est certaine tout n’est pas aux normes défendues, « préconisées », par l’association MOR GLAZ, pour qui tous les Marins doivent dépendre d’une convention collective.

En décembre 2013, l’Inspectrice ITF-CGT du Syndicat International des Transports Laure TALLONNEAU (06.85.65.52.98), émet des doutes sérieux sur les conditions de sécurité à bord des navires de la société précitée ainsi que sur les conditions de travail et d’emploi des marins. Nous savons que la situation est précaire pour tous les marins qui sont à bord des navires de cette société de complaisance.

L’association MOR GLAZ sait qu’un marin est passé par-dessus bord en décembre 2013 lors d’une manœuvre d’accostage dans le port de Saint Malo. L’association MOR GLAZ (comme les syndicats saisis du dossier) s’interroge sur les circonstances de cet accident et est satisfaite d’apprendre que le Bureau Enquêtes Accidents de mer va enquêter afin de faire la lumière sur cet accident survenu à bord du « CONDOR RAPIDE » fin novembre 2013. 

Pour l’association MOR GLAZ, le Bureau Enquêtes Accidents de mer (BEAmer) devra rechercher pourquoi il y a eu deux rapports de l’accident l’un réalisé fin novembre 2013, l’autre le 13 décembre 2013. Il serait intéressant de comparer les deux versions et de chercher à savoir « à comprendre » pourquoi certains éléments ont été passés sous silence et pourquoi le second rapport a été antidaté ?

L’association MOR GLAZ demande au BEAmer d’examiner les informations contenues dans les boîtes noires, d’enquêter sur toute la gestion de l’accident, y compris sur le transport de l’accidenté vers l’hôpital, d’examiner la décision d’effectifs afin de déterminer si elle est suffisante pour assurer la sécurité du navire des marins et des passagers. Enfin l’association MOR GLAZ s’interroge sur les effectifs embarqués sur ce type de navire.

Pour l’association MOR GLAZ, peu importe les résultats de l’enquête du BEAmer, il est déjà certain et démontré que cette société crée une concurrence déloyale, et l’association MOR GLAZ dénonce cette situation scandaleuse…

Mor Glaz demande aux autorités maritimes françaises et du BAHAMAS de réagir rapidement. Comment peut-on accepter un tel dumping social et de telles différences « distorsions sociales », entre les sociétés maritimes ?

Pour l’association MOR GLAZ le Président
Jean-Paul HELLEQUIN

  • contact@morglaz.org
  • 06.84.62.44.52
Posté le 23 janvier 2014 par Jean-Paul Hellequin
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info