Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

M. Billon, les associations que vous n’avez de cesse de mettre en cause n’ont pour seul objectif que la protection de l’environnement et de la santé publique !

Lettre ouverte des associations de protection de l’environnement du Finistère

Dans un récent interview, Olivier Billon, président du CDJA (Jeunes agriculteurs du Finistère) se livrait à une charge brutale contre les écologistes accusés de d’extrémisme, de détruire l’emploi... et autres accusations du même acabit.

Les associations de protection de l’environnement présentes dans le Finistère lui répondent aujourd’hui dans le même journal Ouest France où Olivier Billon s’est cru autoriser à "déverser sa bile".

M. Olivier Billon,, président du CDJA 29 a montré le vrai visage du lobby agricole breton dominant qui, fort heureusement, ce modèle est de moins en moins représentatif de la majorité des agriculteurs et des éleveurs.

Le modèle agricole breton que M. Billon défend est malade et la stratégie du lobby est de profiter de la crise pour tenter de désigner des présumés coupables et des boucs émissaires.

Ce discours récurrent et dépassé est porteur de haine, d’exclusion et de violence. Faut-il rappeler à l’opinion publique que le lobby intensif, adepte de manifestations musclées depuis des décennies (destruction de biens publics....) favorise des comportements qui se sont traduits à l’encontre de plusieurs responsables associatifs par des menaces de morts, des saccages de bureaux, etc, etc.... Toutes choses inacceptables dans une démocratie.

Nous mettons donc en garde ce syndicat agricole et prenons à témoin l’opinion ; en entretenant un tel climat, ils prennent le risque de favoriser à nouveau ces comportements violents. Les associations qu’ils fustigent sont composées de femmes et d’hommes, la plupart bénévoles, issus de tous les milieux sociaux, y compris du monde agricole.
Nos associations défendent l’intérêt général, la qualité de l’eau, la santé, etc... et n’ont donc pas de leçon de civisme et d’orthodoxie économique à recevoir.

Enfin, il serait temps que le CDJA M. Billon et ses amis se rendent compte que le modèle qu’ils défendent est aujourd’hui de plus en plus controversé (c’est sans doute ce qui les rend si agressifs) et n’est plus adapté aux enjeux de la société de demain, qui devra être fondée sur le développement durable.

Une part croissante de l’opinion prend en effet conscience des conséquences environnementales qu’il engendre (qualité de l’eau et qualité de l’air fortement dégradées, algues vertes, etc...). Le bien-être animal. est de plus en plus à la une des médias. Au delà, ce fameux modèle breton s’est surtout traduit par la destruction du monde agricole (entre 2000 et 2010, en 10 ans, l’agriculture bretonne a perdu le tiers des exploitations et le quart de l’emploi agricole permanent).

A présent toute la filière aval est déstabilisée. Comment d’ ailleurs s’en étonner lorsque certains producteurs de porcs préfèrent abattre leurs porcs, non dans des établissements proches de leurs élevages, mais … à l’étranger ??

Oser donc affirmer que ce sont les associations environnementales qui sont responsables du marasme économique agricole est grotesque et mensonger.Le CDJA peut être assuré que ce n’est pas en tenant un tel discours qu’il fera évoluer positivement la situation économique de la Bretagne ni répondre aux attentes de la population pour une agriculture et un élevage solidaires, respectueux des hommes et de l’environnement, répondant aux besoins et attentes des consommateurs.

Les associations qu’ils pourfendent seront, elles aussi, très vigilantes quant au respect du droit et la réglementation, avec pour seul objectif de protéger l’environnement et la santé publique.

AE2D, Eaux et Rivières de Bretagne, Bretagne vivante, Seau S, CLCV, AAPPMA de l’Elorn et de Saint Pol de Léon (associations agréées de pêche et de protection des milieux aquatiques)
Posté le 11 avril 2014
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info