Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Les marins du « CONDOR RAPIDE » ne réclament que les mêmes droits que tout contribuable Français

COMMUNIQUE de la CGT des Marins du Grand Ouest

Landerneau le 5 avril 2014

Lorsque le 19 février 2014 dans son communiqué la société maritime « CONDOR FERRIES » écrivait « Cet accord prévoit la mise en place d’une couverture sociale prévoyance santé et accident du travail, un programme de formation permettant l’évolution des marins ainsi qu’un calendrier de négociations ». Cette déclaration était fausse….

Lorsque la Direction de la Compagnie « CONDOR FERRIES » déclarait « Notre attitude dans ce conflit a été d’écouter les revendications des marins français grévistes » ceci était faux …

Le 19 février 2014, après 12 jours de conflit, les Marins grévistes du « CONDOR RAPIDE » avaient décidé de reprendre le travail. Pour se faire entendre, les Marins de la société « CONDOR FERRIES » devront-ils entrer de nouveau en conflit ?

La CGT des Marins du Grand Ouest constate que depuis la sortie du conflit aucune négociation n’a été ni organisée « ni même envisagée » par la société « CONDOR FERRIES ». Cette société maritime embauche des Marins Français sans aucun droit social, ces Marins paient leurs impôts en France.

La CGT des Marins du Grand Ouest dénonce et constate que cette société n’applique pas la Maritime Labour Convention 2006. Cette MLC 2006 prévoit le minimum de protection sociale pour tous les Marins dont les pays ont signé la MLC 2006, ce qui est le cas de l’Etat du pavillon du navire les Bahamas et du port d’escale la France.

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest, demande aux autorités des Bahamas et de la France de faire appliquer la loi et d’imposer des négociations à la société « CONDOR FERRIES ».

Le syndicat CGT des Marins du Grand Ouest reste plus que jamais mobilisé et soutient les Marins du « CONDOR RAPIDE ».

Les Administrations Françaises concernées ne pourront pas dire qu’elles ne connaissent pas la situation. Lorsque les marins durant ce conflit ont hissé le pavillon Français sur le « CONDOR RAPIDE » ils réclamaient les mêmes droits que tout contribuable Français.

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest se demande quel rôle joue la CCI sur le port de Saint-Malo et quels sont ses liens avec « CONDOR FERRIES » ?

Laure TALLONNEAU Pour la CGT des Marins du Grand Ouest

Inspectrice ITF/CGT Le Porte Parole, Secrétaire Adjoint

06.85.65.52.98 Jean-Paul HELLEQUIN

06.84.62.44.52


UNION OF SEAFARERS CGT- WEST FRANCE
CONDOR FERRIES

Landerneau April 5, 2014

When on 19 February 2014, in a press statement, the shipping company " CONDOR FERRIES " wrote "This agreement provides for the establishment of a social security system, a pension, a protection against occupational accident, a training program and a timetable for the negotiations". This statement was false ....

When the company " CONDOR FERRIES " stated "Our attitude in this conflict was to listen to the demands of French seafarers strikers ’ this was not true...

On 19 February 2014, after 12 days of conflict , the strikers had decided to go back to work.
Do the seafarers will have to take again an action in order to be heard ?

The union of seafarers CGT notes that since the end of the conflict, there have been no negotiation from the company " CONDOR FERRIES ". This shipping company hiring French seamen that do not have any entitlement to social protection but who pay their taxes in France .

The union of seafarers CGT denounces and found that this company does not comply with the Maritime Labour Convention 2006. This MLC 2006 provides the minimum level of social protection for all seamen in the countries that have ratified the MLC 2006. The Flag State the Bahamas and the port of call France have ratified the MLC.

The union of seafarers CGT calls on the authorities of BAHAMAS and France to enforce the law and impose negotiation to the company " CONDOR FERRIES ".

The union of seafarers CGT is more than ever mobilized and supports seafarers of the "CONDOR RAPIDE " .

The French Administrations concerned can not say they do not know the situation. When seafarers during the conflict have hoisted the French flag on the " CONDOR RAPIDE" they just have requested the same rights as any taxpayer French .

The union of seafarers CGT wonders what is the role of the CCI in the port of Saint -Malo and what are its links with " CONDOR FERRIES " ?

Laure TALLONNEAU

Inspectrice ITF/CGT

Jean-Paul HELLEQUIN

Le Porte Parole, Secrétaire Adjoint
CGT des Marins du Grand Ouest
06.85.65.52.98 - 06.84.62.44.52

Posté le 5 mai 2014 par Jean-Paul Hellequin
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info