Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Lettre au Vice Président du Conseil Régional de Bretagne en charge des transports

Un communiqué du Syndicat "CGT des Marins du Grand Ouest"

Je ne pourrais pas représenter le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest lors du débat public organisé par le Parti Communiste le 25 juin 2014 à Brest ayant comme thème « Développement du Port de Brest ».

Le choix des membres du bureau du Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest est de répondre à toutes les invitations et de participer ainsi au développement des activités maritimes. Ce mercredi 25 juin 2014 (journée internationale dédiée aux Marins) le dumping social des Marins de la société « CONDOR FERRIES » et de « ORANGE MARINE » ainsi que le dossier social de l’Association pour la Gestion des Institutions Sociales Maritimes (AGISM), et la sécurité maritime m’ont amené avec la CGT des Marins du Grand Ouest et Laure TALLONNEAU (Inspectrice ITF) au Cabinet du Secrétaire d’Etat chargé de la Mer et des Transports.

Notre Syndicat maritime approuve ce débat public sur la réindustrialisation et le développement du port de Brest, même si nous sommes persuadés qu’il aurait dû « pu » avoir lieu durant la campagne municipale et celle des européennes.

Brest à la chance d’être un port car toutes les villes telles que Dunkerque, Le Havre, Cherbourg, Saint-Nazaire et les autres… sont des villes importantes parce-que portuaires (toutes les Grandes Métropoles au monde sont des ports, elles sont des mégamétropoles parce-que des ports)

Roscoff serait-elle ce qu’elle est sans son port, ainsi que Saint-Malo, Concarneau (avec sa réparation et sa construction navale), Lorient pour ne citer que ces villes.

Notre Syndicat maritime brestois qui défend les Marins, la Mer et les activités maritimes, remercie le parti communiste de prendre ce cap vers le port, vers le large donc vers l’avenir et d’y intéresser les citoyens dans un débat ouvert à toutes et tous.

Brest doit redevenir un port de commerce, un endroit de production, de réparation, mais aussi de déconstruction de vieux navires et de structure métalliques …. il doit susciter des envies auprès des industriels et des armateurs pour s’y installer, et pour y effectuer les arrêts techniques de leurs navires et effectuer des escales pour importer et exporter des biens, mais aussi pour fabriquer les biens dédiés à l’exportation, le plus près des quais les espaces sont là il faut les utiliser.

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest observe que la municipalité de Brest ne voue pas ses priorités au développement du port … non seulement vers les activités existantes… mais aussi en s’appuyant sur la Région qui doit être plus dynamique… plus réactive face à d’autres marchés afin de développer le port de commerce de Brest, aligner des chiffres ne suffit plus il faut des résultats, les subventions oui mais au bon endroit.

Les ratés des dernières années :

Agence Européenne de Sécurité Maritime (AESM) qui n’a été défendue que par le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest et l’association MOR GLAZ souvent côte à côte pour défendre les dossiers maritimes, qu’ils soient sociaux ou autres l’AESM est partie s’installer à Lisbonne

Le départ du porte-avions « ex-CLEMENCEAU » » vers Hartlepool en Angleterre pour se faire déconstruire alors que des sociétés brestoises souhaitaient effectuer ce travail en respectant l’Homme et l’environnement. Ce chantier aurait démontré le savoir faire de Brest et aurait amené d’autres clients. Autres exemples, le « MATTERHORN »parti à Bordeaux-Bassens et récemment, le marché de déconstruction de six coques de la Marine dont cinq stationnées près de Brest a été attribué à un chantier Belge « Galloo » pour un prix 32% moins cher que le prix le plus bas proposé en France….. Pourquoi la France envoie ses vieux navires militaires se faire déconstruire en Belgique… le coût serait-il le seul critère ? le départ de « ex-JEANNE-D’ARC » et de « l’ex-COLBERT » vers Bordeaux.

Le raté du porte-conteneurs « MSC FLAMINIA » en août 2012 après plus de 50 jours d’errance en face de la Bretagne… alors que les professionnels du port de Brest s’étaient organisés pour le recevoir et fournir ainsi à Brest des milliers d’heures de travail et démontrer ainsi le savoir faire brestois, ce navire est allé se faire décharger puis rafistoler en Allemagne ….Le « MSC FLAMINIA » est allé en Roumanie dans le port de Constantza pour être remis aux normes, il a attendu sur rade plusieurs semaines car le port n’était pas prêt pour le recevoir.
Depuis quelques temps les navires ramenés sous remorque en panne totale par le remorqueur « ABEILLE BOURBON » ne sont plus réparés à Brest… nous sommes donc en droit de nous poser quelques questions.
Le Plan de Prévention des Risques sur le port de Brest va donner le coup fatal à plusieurs entreprises du port car comme trop souvent dans notre pays nous exigeons de la sur sécurité et une politique effrénée du parapluie administratif qui fait fuir les entrepreneurs. Aura-t-il fallu une crise comme celle que vit la Bretagne en ce moment pour s’apercevoir que le port de Brest est un élément fondamental dans la vie économique de notre Région et de notre pays. L’histoire de notre Région a démontré depuis longtemps que l’agroalimentaire et le maritime sont très liés.
Le port de Brest et ses entreprises ont une carte à jouer « le développement du cabotage et une autoroute de la Mer » car ne soyons pas dupe, l’avenir du transport est la Mer, le Rail et le Fluvial. … Si le port de Brest devait se développer avec d’autres sociétés maritimes que celles existantes, le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest souhaite que le pavillon et les marins Français y trouvent leur place. Le 12 novembre 2013 le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest avait été reçu par le Cabinet du Ministre Arnaud MONTEBOURG, nous avions évoqué le développement du port de Brest, les nouvelles activités qui pourraient y voire le jour, le cabotage et le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT).

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest n’évoque que les cas médiatisés aux moments des faits mais suffisamment révélateurs du désintérêt apporté par un trop grand nombre aux activités du port de Brest. Pour saisir toutes les opportunités et essayer de mettre en place une voie maritime « autoroute de la mer » entre L’HINTERLAND qui doit se développer sans plus attendre et les grands ports exportateurs du Nord et du Sud.

Brest doit saisir l’opportunité si l’usine de lait au centre Bretagne devait se construire… faire en sorte que l’exportation de ce lait en poudre vers l’Asie s’effectue entre la Bretagne et le port du Havre par navire et non par la route.

Le transport maritime en France représente plus de 320.000 emplois, plus que l’industrie automobile. La Mer, les Ports sont créateurs d’emplois durables. Le transport maritime est la première activité mondiale plus de 1.850.000 marins recensés, 5 milliards de tonnes de marchandises sont passés par la mer en 2013…. Mais aussi il faut rappeler que 4/5 des Marins sont issus de pays pauvres.

Jean-Paul HELLEQUIN - Porte parole et secrétaire adjoint

  • 85, rue Jean-Philippe Rameau 29800 LANDERNEAU
  • JP.HELLEQUIN@WANADOO.FR
  • 06.84.62.44.52.
Posté le 25 juin 2014
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info