Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Samedi 5 juillet à 14.30 h

Bugaled Breizh : rassemblement contre l’oubli et pour la poursuite du combat devant le Tribunal de Quimper

Un communiqué de l’association SOS Bugaled Breizh

Pourquoi le Tribunal de Quimper ?

C’est devant ce Tribunal qu’une manifes­tation se forme quelques mois après le naufrage. Une foule excédée par les lenteurs de la justice et l’épisode honteux du "cargo voyou", exprime sa colère et exige le renflouement de l’épave du Bugaled Breizh.

- Rappel de la manif de 2004http://www.bugaledbreizh.org/ecr_10_manifquimper.htm )

L’action est payante : l’épave parle et anéantit la thèse officielle de l’abordage par un cargo. Les enfoncements symétriques relevés de part et d’autre de la coque ne peuvent s’expliquer que par l’implosion de la cale à poissons provoquée par l’entraînement rapide du chalutier au fond par un sous-marin.

La manipulation est révélée au grand jour. Le procureur, n’écoutant que sa conscience, fait son mea culpa. Attitude peu appréciée en haut lieu : il est muté.


C’est ce même tribunal …

qui, le 31 juillet 2008, après avoir minutieusement exploré toutes les pistes (état du bateau, météo, vague scélérate, fausse manoeuvre, abordage, croche dans le sable) conclut formellement à l’implication d’un sous-marin et même, précision importante, d’un sous-marin nucléaire d’attaque. Mais dans une lettre aux familles et parties civiles, les juges font état des obstacles qu’ils rencontrent pour parvenir à la vérité. Faute d’obtenir des réponses claires et cohérentes de la part des autorités, ils expliquent qu’ils doivent prononcer le non-lieu.

Ces juges scrupuleux – leurs noms méritent d’être retenus – il s’agit de Mme Corre et de M. Foltzer, sont eux aussi rapidement mutés et le dossier est "dépaysé" à Nantes, ( à l’abri des "agitateurs" bigoudens ? )


À Nantes, le temps s’arrête...

Pendant les 6 années qui suivent, les magistrats de Nantes – on taira leurs noms – font preuve de peu d’empressement et d’empathie à l’égard des victimes. La procédure suit un cours tortueux, s’enlise pour enfin aboutir au non-lieu du 27 mai 2014.

Non seulement ils écartent la responsabilité d’un sous-marin, sans apporter la moindre justification – méprisant superbement les conclusions du Tribunal de Quimper, pourtant confirmées par la Cour d’appel de Rennes en 2009 et 2010 - mais ils ont l’indécence de considérer que le secret d’Etat qui plombe cette affaire depuis la première minute, est « un fantasme sciemment entretenu » ! Nous sommes des affabulateurs...

L’occasion manquée

Cette affaire n’aurait jamais dû venir devant les tribunaux. C’est le gouvernement de 2004 qui a lancé les enquêteurs sur la piste du cargo abordeur ( malgré le constat des gendarmes maritimes qui l’excluait formellement ) engageant l’action judiciaire pour « homicide et délit de fuite ». En toute logique, l’État français et ses alliés en manœuvres le jour du naufrage auraient dû prendre spontanément contact avec les familles pour reconnaître leur respon­sabilité : que de temps, d’argent épargnés ! Que de douleurs et de déshonneurs évités !

C’est cette idée de bon sens qu’ont exposée les parties civiles à M. Le Drian, reçues au Ministère de la Défense, le 26 mars dernier et à laquelle le Ministre n’a toujours pas donné suite malgré sa promesse d’y répondre rapidement.

Nous exigeons solennellement de M. Le Drian qu’il apporte enfin
cette solution d’équité pour les familles, d’honneur pour notre armée et notre démocratie attendue par tous depuis plus de 10 ans

L’association SOS Bugaled Breizh
www.bugaledbreizh.org

Posté le 30 juin 2014
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info