Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Incendie à bord du cargo poubelle "Captain Starev" abandonné au port de Brest depuis 2008

Un communiqué de Mor Glaz

Dimanche 7 septembre 2014 à 1H42, un SMS envoyé par une sentinelle de l’association MOR GLAZ m’annonce un incendie à bord du « CAPTAIN TSAREV ».

La situation du cargo « CAPITAIN TSAREV », en escale prolongée et abandonné à BREST depuis le mois de novembre 2008, ( consulter www.morglaz.org) est ubuesque et ça continue avec cet incendie.

Je ne suis pas surpris, car, depuis 6 ans que ce navire est à Brest, toutes les administrations et autorités, mais aussi du microcosme Brestois, concernés ont fait preuve d’une telle incompétence et d’un tel immobilisme. Ce navire aurait dû, en effet, depuis bien longtemps être déconstruit au plus près.

Tout navire abandonné dans un port sans gardiennage est un danger.
Mais ce n’est une raison pour laisser naviguer « repartir » des navires en très mauvais état tel le « JUST MARIIAM » et autres navires.

Le port de Brest et son microcosme serait il aussi sécurisé que certains le prétendent et qui pratiquent un zèle effréné tout au long de l’année ?

Le constat de l’association MOR GLAZ est sans appel …le port de BREST est sécurisé, OUI MAIS !!!!! pas pour les squatteurs et autres visiteurs de navires abandonnés, laissés sans gardiennage.

A Brest, Le « CAPITAIN TSAREV » ainsi que le cargo frigorifique « ANTIGONE Z » doivent être déconstruits sur place, mais aussi tous les navires abandonnés ici et là en France, en Europe et ailleurs…

Quel droit pourrait-il encore couvrir ces « pseudo armateurs » qui abandonnent marins et navires ?

Les banderoles de l’association MOR GLAZ lorsqu’elles sont déployées sur ces navires pour attirer l’attention (parfois enlevées) sont pourtant bien moins dangereuses que les visiteurs nocturnes sur ces navires.

Le président de l’association MOR GLAZ
Jean-Paul HELLEQUIN

Posté le 8 septembre 2014 par Jean-Paul Hellequin
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info