Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Faire l’abandon de ce transfert d’aéroport un symbole pour le renouveau de la démocratie et des pratiques politiques

Aéroport à Notre Dame des Landes : lettre ouverte d’opposants à Manuel Valls

CéDpa, ACIPA, ADECA, COPAIN 44, collectif de naturalistes en lutte, collectifs de pilotes et de patrons de PME, collectif de juristes, collectif d’architectes

Notre Dame des Landes, le 9 septembre 2014

Monsieur le Premier ministre,

Dans la chronique matinale d’Europe 1 du mercredi 27 août, il a été rapporté des propos que vous auriez tenus à Jean-Vincent Placé au sujet de l’annulation du transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes en raison de son coût. Même si nous savons bien que vous pouvez difficilement confirmer publiquement ces propos tenus en privé, nous aimerions cependant une clarification rapide sur ce dossier.

Ce projet, inutile, coûteux et destructeur est financé pour près de la moitié par l’argent public et l’opération risque de coûter encore beaucoup plus cher à l’État et aux collectivités locales avec les projets à long terme de liaisons ferroviaires et la nécessité immédiate de maintenir une piste à Nantes-Atlantique pour l’usine Airbus. Autour de cette usine, sur une zone économique très vaste et dynamique, les projets ne manquent pas. Le maintien de l’aéroport loin d’être un frein à ce s projets est au contraire un atout supplémentaire.

Lors de votre intervention à l’Université d’été du MEDEF, vous avez indiqué « aimer les entreprises » et insisté sur « la nécessité de relancer l’industrie du bâtiment et des travaux publics qui connaît aujourd’hui une crise sans précédent ».

Dans ce contexte, pourquoi ne pas lancer dès maintenant la rénovation de l’actuel aéroport, tout à fait possible comme le montre l’étude architecturale que vous pourrez trouver sur le site du collectif d’élu-e-s * ? Cette rénovation, beaucoup moins coûteuse que le projet de Notre Dame des Landes, peut démarrer dès demain, un simple permis de construire suffisant, et contribuer ainsi à la relance immédiate du secteur du bâtiment. Un tiens ne vaut il pas mieux que deux tu l’auras ?

L’impossibilité de réaliser un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes pour des raisons environnementales, le site retenu étant une zone humide à 98 %, d’une richesse écologique remarquable et reconnue par les experts scientifiques nommés par le gouvernement devrait vous convaincre de choisir l’alternative que nous défendons depuis de longues années : le maintien de l’actuel aéroport, en rénovant ses infrastructures et en limitant ses impacts négatifs sur les populations riveraines. C’est tout à fait possible car même si Nantes connaît la plus forte croissance des aéroports nationaux depuis 10 ans en nombre de voyageurs, le nombre de mouvements d’avions est lui en baisse depuis deux ans. Par ailleurs des progrès remarquables ont été faits dans le domaine du bruit : avec les nouvelles générations d’avions, les zones de bruit rétrécissent sensiblement dans la quasi-totalité des aéroports. Contrairement à ce que certains prétendent, le maintien de l’aéroport n’hypothèque en aucune façon la croissance de Nantes.

Vous le savez, ce projet a été soutenu par 3 Présidents de la République et 5 Premiers ministres, ce qui montre qu’il a été décidé il y a fort longtemps et que l’État a décidément du mal à faire machine arrière. Or, le monde a changé, les économies d’espace et d’argent sont aujourd’hui nécessaires. Et les citoyens auraient, nous le croyons, plus de respect pour les politiques si ceux-ci savaient revenir sur de mauvaises décisions. Monsieur le Premier Ministre, vous dites vouloir gouverner autrement, soyez celui qui ose sortir de l’impasse que vous ont laissée vos prédécesseurs.

Les partisans de Notre Dame des Landes nous présentent comme de violents opposants, nous traitent même de voyous et de délinquants. Nous, élus, pilotes, paysans, juristes, naturalistes, architectes, citoyens, en lutte depuis des années, avons expertisé le dossier, en avons dénoncé les manipulations et les mensonges mais nous ne sommes pas entendus au plus haut niveau. Faut il en conclure que l’obstination de certains passe avant la vérité, le bon sens et le respect des engagements environnementaux de la France ?

En réalité, la démocratie ne peut rester plus longtemps prisonnière d’une poignée de personnes qui parlent de « développement durable » mais continuent la surexploitation de la planète et du vivant, qui prétendent apporter de l’emploi à tous quand ils veulent surtout continuer à gagner beaucoup d’argent avec le développement de l’immobilier. La démocratie ne peut rester plus longtemps prisonnière de procédures administratives particulièrement critiquables puisqu’elles dissocient l’utilité d’un projet de ses conséquences environnementales ce qui vaut aujourd’hui à la France une procédure contentieuse européenne. Après la question des nitrates, notre pays a-t-il besoin d’un nouveau conflit environnemental ?

Nous comptons sur vous pour faire de l’abandon de ce transfert d’aéroport un symbole pour le renouveau de la démocratie et des pratiques politiques.

L’avenir du Grand Ouest qui accueillera 1,5 million d’habitants d’ici 2040 est effectivement en jeu. Mais l’avenir ne passe plus par les solutions d’hier, c’est une évidence...

Dans l’espoir d’une confirmation de votre part du lancement de la rénovation de Nantes-Atlantique, nous vous prions de croire, Monsieur le Premier ministre, à l’expression de notre haute considération.

Co-signataires : CéDpa, ACIPA, ADECA, COPAIN 44, collectif de naturalistes en lutte, collectifs de pilotes et de patrons de PME, collectif de juristes, collectif d’architectes

*site du CéDpa : Etude optimisation Nantes Atlantique http://aeroportnddl.fr/articles.php?lng=fr&pg=715

ou site de l’ACIPA Des architectes : "Réaménager Nantes-Atlantique coûterait deux fois moins cher que de construire un nouvel aéroport"

Posté le 11 septembre 2014
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info