Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Cargill doit traiter ses déchets sur place

NON, le Finistère n’est pas une poubelle !

Communiqué de EELV Finistère

A Lannilis (Nord Finistère), la société internationale Cargill exploite une usine de transformation d’algues. Une enquête publique vient d’ouvrir concernant l’épandage de ses sous- produits sur 66 communes du Finistère.
Les algues contiennent naturellement des métaux lourds, de l’arsenic et des composés organiques. Pendant la phase de traitement, des produits chimiques utilisés pendant la production tels que de la chaux, du formol, des acides(…) sont ajoutés. Tous ces produits sont concentrés dans des déchets dont Cargill tente de s’en débarrasser gratuitement en les offrant aux agriculteurs.

Dans ce dossier d’enquête, les plans de fertilisations sont incomplets, un nouveau périmètre d’épandage a été élaboré sans tenir compte des changements de fonctionnement de l’usine, il n’y a pas eu d’évaluation des incidences sur le milieu naturel, les odeurs produites ne sont pas évaluées alors qu’une partie des sous-produits ne serait pas pré-traitée. Le bilan carbone pour l’expédition dans le sud du département est absent. Il faut souligner que l’autorité environnementale a émis un avis défavorable

Nous dénonçons les pratiques de ces entreprises qui fabriquent un produit dont elles tirent un bénéfice et qui n’assument pas leurs responsabilités. Cargill, groupe international a les moyens financiers (2.32 milliards de dollars de bénéfice net en 2013) de traiter ses déchets et la solution de l’épandage choisie est évidemment la moins coûteuse. Il ne faut pas confondre compost de qualité agricole avec déchets industriels épandus dans les champs.

L’Etat complice de ces pollutions de la terre agricole

Les plans d’épandage se multiplient sans que l’Etat ne remplisse son rôle. Simplification et disparition des services contrôleurs ne garantissent plus la garantie de l’intérêt général. Malgré les demandes associatives réitérées depuis de nombreuses années, l’Etat refuse de mettre en place un suivi cartographique des plans d’épandage, seul moyen simple de vérifier les incidences sur la qualité des sols et des rivières.


EELV 29 demande au Préfet de refuser ce plan d’épandage.

Posté le 18 décembre 2014
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Décembre 2014
    18:25

    NON, le Finistère n’est pas une poubelle !

    par Corcyre
    Quelques mises au point pour les lecteurs/trices de ce communiqué qui contient nombre d’informations erronées (ce qui est problématique en termes de crédibilité). 1. L’enquête publique a démarré il y a déjà un mois et se termine le 19/12, c-à-d demain. 2. L’AVIS DE L’AUTORITE ENVIRONNEMENTALE N’EST PAS NEGATIF. L’autorité considère qu’elle n’est pas en mesure d’apprécier le dossier car elle estime manquer d’informations. Depuis l’entreprise lui a répondu. Ces deux documents sont consultables dans les Mairies concernées. 3. L’Autorité Environnementale relève que le plan évite systématiquement les bassins versants classés pour la prolifération d’algues vertes (conformément au plan de lutte contre les algues vertes). 4. Le bilan carbone sera forcément amélioré par rapport aux épandages du passé qui mélangeaient boues d’algues et déchets verts, car les tonnages au final seront moins importants. 5. C’est la Loi qui considère que ces déchets DOIVENT être valorisé sous cette forme ou en compost. Kénavo