Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

sur 4 semaines à partir du 14 janvier 2015

Littoral, mer d’Iroise, patrimoine bâti maritime aux "Vagues d’échanges" édition 2015

Dans le cadre des "Vagues d’échanges", les étudiants en deuxième année de master (Université de Brest) organisent chaque année des soirée conférences-débats sur des sujets d’actualités en lien avec le littoral. Pour l’occasion plusieurs professionnels et acteurs du littoral sont invités afin de partager leurs points de vue et d’échanger avec le public.

En 2015 , les tables rondes auront lieu dans l’amphi B de la faculté Segalen à partir de 20h30 et s’écheloneront sur 4 semaines à partir du 14 janvier 2015 !

Le programme

14 janvier 2015 ; Avis de tempête : Le littoral une attractivité à haut risque ?

Autrefois essentiellement vécu comme un espace de labeur, le littoral est progressivement devenu un espace attractif et idéalisé depuis le début du XXème siècle. Aujourd’hui, le caractère dangereux de la mer est souvent oublié et le littoral est perçu comme un espace de bien-être, en proie à une grande multiplicité d’usages et une forte urbanisation. Pourtant, l’hiver dernier, les épisodes de tempêtes nous ont rappelé que la mer pouvait également représenter une menace pour les vies humaines et les activités.

L’idéal d’habiter les « pieds dans l’eau » peut s’avérer dangereux. Prenant alors conscience de la tendance globale au recul des côtes françaises et des limites des ouvrages de protection côtiers, la France renforce et repense son système de gestion des risques littoraux. Dans ce cadre, différentes stratégies de gestion sont discutées : le maintien du trait de côte par le renfort des ouvrages de défense et/ou le maintien des enjeux. Face aux risques côtiers, comment garantir la sécurité des biens et des personnes sur le littoral ? N’est-il pas temps de voir plus loin que les tempêtes et de repenser notre usage des côtes sur le long terme ?

21 janvier 2015 ; Mer d’Iroise : Quel avenir pour nos ressources ?

De par son important linéaire côtier, le Finistère a longtemps misé sur le développement de l’exploitation des ressources marines, qui occupaient alors une part prépondérante dans la vie des populations littorales du territoire. En Mer d’Iroise, goémoniers, caseyeurs, fileyeurs, bolincheurs, ligneurs et d’autres se côtoient, non sans conflits d’usage. Au vu de la diminution actuelle des stocks de poissons, la question de la durabilité des ressources exploitables se pose.

Après un rapide tour d’horizon des activités pratiquées en Mer d’Iroise depuis un demi-siècle, les acteurs que nous avons souhaité inviter tenteront d’apporter des éléments de réponse. Chercheur, gestionnaire du Parc Naturel Marin d’Iroise, pêcheurs, représentant du Comité des Pêches et des Élevages Marins seront présents pour débattre sur l’avenir de nos ressources et de la filière pêche mais aussi répondre à vos questions. Et vous, pensez-vous que l’exploitation des ressources marines en Mer d’Iroise est durable ?

04 février 2015 ; Le patrimoine bâti maritime en Bretagne : atouts ou contraintes pour les territoires ?

Le littoral breton se caractérise par ses paysages remarquables. Sur cet espace attractif, l’Homme s’est implanté pour y développer ses activités, tirer profit des ressources qu’offre la mer et exploiter ses potentialités pour faciliter les échanges avec d’autres territoires. De ce fait, le littoral breton dispose d’un grand nombre de constructions remarquables qui ont contribué à façonner la culture et le paysage de la côte que nous connaissons aujourd’hui. Ces édifices témoignent des activités passées, de l’ingéniosité humaine en termes d’aménagement, de prouesses architecturales, de la stratégie de surveillance maritime, voire de la protection contre la mer...

Afin de faire connaître et de transmettre aux générations futures ce patrimoine maritime bâti, se pose la question de sa gestion. Cependant, cette dernière a un coût financier non-négligeable qui soulève plusieurs interrogations. Que doit-on conserver ? Quels acteurs publics ou privés, dans un contexte de réduction budgétaire, souhaitent ou doivent porter, gérer et financer des projets de restauration et de valorisation du patrimoine maritime bâti ? Et finalement, comment construit-on le patrimoine de demain ?

Posté le 7 janvier 2015
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info