Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

L’équipage chinois du vraquier « Lord Star » mis en danger ?

Un communiqué du Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest

Le vracquier « Lord Star », arrivé à Brest le 6 décembre 2014, commencerait à intriguer le microcosme portuaire Brestois. La société de classification Nippon Kaïji Kyokai (NKK) serait elle-même un peu perdue, dans ces imbroglios…

Le « Lord Star » après être resté sur rade de Brest durant 3 jours, s’était accosté le 9 décembre 2014 au quai de réparation numéro 1.

Le 12 décembre 2014 lors d’un transfert de soute, une pollution s’était produite dans le port de Brest, le « Lord Star » fonctionne au fioul lourd, la pollution fut rapidement maitrisée par les spécialistes Brestois civils et militaires.

Le « Lord Star » bat Pavillon du Panama, appartient à un armateur Japonais qui posséderait plus de cent navires. Après avoir talonné une roche en mer Baltique, ce navire fut bricolé « rafistolé » pour venir se faire réparer à Brest, plutôt une bonne décision pour la réparation navale Brestoise, sauf que depuis quelques temps, certains responsables syndicaux du port de Brest (dont la CGT des Marins du Grand Ouest, ITF/CGT, et Romuald L’HOSTIS délégué CGT chez DAMEN et membre du Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) se posent de réelles questions sur les conditions de travail qui sont imposées aux marins Chinois embarqués à bord de ce vraquier.

Cet équipage composé d’une vingtaine de marins Chinois qui n’ont selon une consigne affichée à bord : interdiction de parler à qui que ce soit ! « Pour des raisons de sûreté, sécurité ou autres » ?…

Des sources fiables nous indiquent que, les marins manipulent dans les soutes du navire du fioul lourd à la pelle, et qu’ils auraient le minimum de protection (les équipements individuels de protection pour les marins sont quasiment inexistants), un marin aurait été hospitalisé. L’armement refuserait de fournir les équipements nécessaires « adaptés » aux marins, ceux-ci auraient nettoyé (avec le minimum de protection) le mazout sur les rochers lors de la pollution du 12 décembre 2014.

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest souhaite attirer l’attention sur le fait que :

● l’armateur veut faire exécuter le maximum des travaux par les marins du bord, alors que les chantiers sont là pour ça et eux disposent des moyens humains et techniques.

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest, défenseur (comme il l’a souvent démontré) des activités portuaires, industrielles dans la Région et dans les ports, demande à toutes les autorités que ce navire dont la coque est déformée sur plus de 80% de sa longueur soit remis en parfait état à Brest, par les chantiers, avant de reprendre la mer.

Aucun navire ne doit reprendre la mer s’il n’est pas en parfait état. Espérons que personne ne succombera cette fois encore, aux menaces de l’armateur s’il devait y en avoir…..

Jean-Paul HELLEQUIN
Secrétaire Général Adjoint et Porte-parole

Posté le 23 février 2015 par Jean-Paul Hellequin
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info