Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Second tour des dépatementales.

Communiqué EELV Brest

Le second tour des élections départementales qui viennent de se dérouler a confirmé ce que l’on pouvait craindre : un recul majeur de la gauche. La politique menée au niveau national, par un gouvernement qui n’est pas à la hauteur de nos espoirs en matière de transition économique, sociale et environnementale, a été durement sanctionnée.
Le Finistère a su résister à la tentation du vote sanction, alors que des "fiefs" historiques tels que les Côtes d’Armor sont tombés aux mains d’une alliance UMP/Centre Droit. Après les Régionales et les Municipales, les brestois-e-s ont confirmé aux Départementales leur refus d’être administrés par la droite dure incarnée par l’expréfète de région. EELV Brest, qui a appelé à faire barrage à la droite et à l’extrême droite, s’en félicite.
Pour autant, ces élections doivent interroger la gauche brestoise dans son ensemble. Pour la première fois, et dans un quasi-anonymat, le FN brestois a placé un binôme au deuxième tour, où il a recueilli 30% des voix.
En 2002, dans pareil cas, 10.000 brestois-e-s manifestaient leur dégoût et leur colère dans la rue. Treize ans après, la résignation semble régner.
C’est pourquoi il est plus qu’urgent que les forces de gauche – dans leur diversité – entament, enfin,, une réflexion, une dialogue, pour offrir à nos concitoyens une autre perspective que celle de la gauche libérale, de la droite dure, de l’extrême droite.

Pour le Groupe EELV, Les co-porte-parole.

Posté le 8 avril 2015 par Pierre Guézennec
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Avril 2015
    18:50

    Communiqué EELV Brest

    par Chris PERROT

    C’est qui qui à Brest a appelé pour voter pour la droite socialiste au second tour des Départementales ? Qu’est ce que EELV Brest met dans la "gauche brestoise" ?

    Quand à comparer 2015 à 2002, voyons... En 2002, les consignes de vote en mode "aller voter en marche arrière avec une épingle à linge sur le nez", je ne veux pas être méchant, mais cela ne volait pas haut. Avec le recul, élire le RPR Chirac avec un score de dictateur au second tour de la présidentielle, on ne peut pas dire que cela était un tant soit peu finaud en terme de consigne de vote.

    LE FHaine n’est pas le fond du débat mais la conséquence de l’abandon des classes populaires par les partis politiques dominants. On est dans un schéma de lutte de classe, voir de rupture de classes sociales associée à l’affaiblissement de la classe ouvrière. Où sont les partis politiques qui se bougent aux côtés des chômeurs et des précaires ? Quand on conscientise cela on a en théorie les clefs pour se battre pour renverser la vapeur. Cela hélas restera un combat de terrain à long terme et à aborder avec modestie. Combat qui ne pourra jamais se réduire qu’aux échéances électorales avec leurs sacro-saintes tambouilles d’arrière salle, ni aux éternelles postures de dominants/dominés. C’est comme faire son jardin, on récolte ce que l’on sème. Les taux importants d’abstention à Brest sont là pour nous le rappeler. A Brest, il reste difficile d’imaginer aujourd’hui que les perspectives d’alternatives viennent des groupes politiques locaux "de gauche" (ou dits "de gauche") au regard pour certains de leur illisibilité en terme d’alliances en mode bissextile et pour d’autres de leurs faiblesses opérationelles, voir pour la droite PS de ses renoncements idéologiques. Les citoyen-ne-s attendent plus que des brochettes de logos et des risettes sur les affiches électorales. J’ai tendance à dire que les gens qui s’abstiennent sont des personnes intelligentes. Le triste spectacle donné par un petit microcosme politicien bien pensant brestois est là pour leur donner souven raison.

    Salutations alternatives,