Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Le cumul emploi-retraite dans la marine marchande, une dérive dangereuse..

Un communiqué de la CGT des marins du Grand Ouest

Landerneau, le 8 juin 2015

Le 12 mars 2012 et le 19 février 2013, le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest adressait une lettre ouverte aux élus des deux assemblées, au Directeur de l’Etablissement National des Invalides de la Marine (ENIM), et à Madame la Directrice des Affaires Maritimes (DAM) après que le Syndicat se soit aperçu que des marins Français embarqués au remorquage percevaient leur retraite (ENIM) en cumulant leur poste de travail ; certains depuis plusieurs années (scandaleux, et incompréhensible pour le Syndicat maritime qui fut le seul à le dénoncer et à réagir).

Le Syndicat défend certes les marins actifs, les retraités et les veuves, mais aussi les demandeurs d’emploi du secteur. Certains jeunes ne seront jamais brevetés par manque d’embarquement et d’autres commenceront leur carrière professionnelle tardivement avec des années de retard et pour cause...

Renseignement pris il y a quelques jours, il s’avérerait que cette « dérive » et ces abus continueraient. Les plus gros employeurs du cumul emploi retraite seraient les sociétés de remorquage portuaire et certains armements répondant aux offres de la Marine Nationale.

Pour la énième fois le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest dénonce cette dérive qui augmente le nombre de chômeurs tant chez les Officiers que chez les marins du Personnel d’Exécution.

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest demande, que lors du Conseil Supérieur des Gens de Mer qui se tiendra début juillet 2015 à Paris, le Secrétaire Général Fédéral CGT, ainsi que le représentant du Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest demandent des explications « des éclaircissements » au Directeur de l’ENIM, et à Madame la Directrice de la Direction des Affaires Maritimes, ainsi qu’aux membres de ce Conseil.

Nous voulons « exigeons » des réponses claires et non des réponses évasives nous ramenant 3 ans en arrière. Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest peut même affirmer, que la proposition de cumul vient de certaines sociétés de remorquage et ce lors de la demande d’ouverture des droits à la retraite du marin (armements qui auraient ses petites préférences dans ses « ces » choix, les embauches des cumulards).

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest en appel à la coordination du remorquage pour mettre fin à ces pratiques qui se multiplient, et qui remettront en cause tôt ou tard « forcément » les accords sociaux nationaux lorsque les cumulards seront les plus nombreux en commençant dans les plus petits ports, qui sont déjà syndicalement un peu désorganisés. Le remorquage BOLUDA à Brest bat tous les records, toutes catégories, dans le domaine d’embauche de pensionnés.

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest estime, « constate avec amertume », que dans ces dérives, les Affaires Maritimes et l’ENIM ne jouent pas leur rôle. Nous avons un doute sur les réelles volontés des administrations et de certains armateurs à mettre fin à ces dérives.

Lors d’appels d’offre sur certains marchés, les règles deviennent fausses, l’obtention du marché peut paraître usurpé, les règles étant moins précises, et privilégient le moins disant social, la masse salariale étant souvent le facteur faisant la différence entre les prestataires…

Après les pavillons de complaisance, les Marins du tiers monde exploités comme il n’est pas permis y compris dans des sociétés où l’Etat est majoritaire, les anciens marins Français, devenus pensionnés, cumulards, vont-ils faire sombrer ce qu’il reste de possibilité pour les jeunes de trouver un emploi en prenant des postes auxquels ces derniers pourraient prétendre ?

Ces pensionnés vont-ils être la cause d’un certain dumping social ? D’ici peu, les pensionnés seront mis en concurrence par les armateurs qui encouragent le cumul emploi-retraite, les cumulards seront victimes de leur gourmandise.

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest se pose la question, de savoir si lorsque ces quelques cumulards seront devenus majoritaires, considéreront-ils encore que le métier de marin est un métier pénible permettant aux marins qui le désirent d’ouvrir les droits à la retraite à 55 ans ?

Ceux qui ont le plus « profité » des conventions collectives de la marine marchande, des accords de branche mis en place par des anciens, des militants syndicaux, seront-ils demain les fossoyeurs de nos accords obtenus difficilement ?
Les mêmes qui ont le plus dénigré leurs employeurs, y sont apparemment très attachés…..Ces cumuls posent et poseront de réels problèmes, affaire à suivre...

Jean-Paul HELLEQUIN
Secrétaire Général Adjoint et Porte parole

  • Jp.hellequin@wanadoo.fr
  • 0684624452
Posté le 9 juin 2015 par Jean-Paul Hellequin
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info