Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Conseil de métropôle du 26 juin 2015

On est encore loin d’’un « bon état écologique » de l’eau en Bretagne !

Une intervention de l’élu-e EELV Yann Fanch Kerneis

Délibération n°96 Rapport annuel sur le prix et la qualité
des services de l’eau et de l’assainissement

Même si les teneurs en nitrates ont baissé ces dernières années, la concentration moyenne en nitrates dans l’Élorn est toujours autour de 30 mg/litre, alors que l’objectif du SAGE est de 22 mg/litre. Dans la rade, les algues vertes sont présentes de façon permanente, ce qui nécessite un ramassage quasi quotidien sur la plage du Moulin Blanc, qui ne ne résoud pas le problème. Entre 200 et 500 tonnes d’algues vertes sont ramassées sur cette plage chaque année. On observe aussi régulièrement des pics de pollution aux pesticides à Pont ar Bled, en particulier due au diuron, pourtant interdit depuis 2008 et au glyphosate, classé comme cancérigène probable.

D’autres phénomènes préoccupants on vu le jour ces dernières années, en particulier le développement des cyanobactéries dans le lac du Drennec, depuis 2012, qui provoque une pollution qui devient chronique. Les seuils d’alerte ont été dépassés, à plusieurs reprises, quasiment chaque année. De ce fait, il a été déclassé, en application des critères européens de bonne qualité de l’eau. Un taux élevé de phosphore fait proliférer ces cyanobactéries. Le phosphore est un véritable engrais pour elles. Leur concentration dans les rivières est liée directement à l’activité humaine.

Dans une étude réalisée pour l’ex Direction régionale de l’environnement de Bretagne, le phosphore en excès répandu dans la nature est à 50% d’origine agricole, 30% d’origine urbaine et 20% d’origine industrielle. »

En 2010, le taux de phosphore dans les eaux bretonnes était deux à trois supérieure à la moyenne française.

Les cyanobactéries peuvent représenter un risque sérieux pour la santé humaine et animale. Au lac du Drennec c’est en raison de la contamination en microcystines, toxines produites par les cyanobactéries, qui sont capables de s’accumuler dans la chair de poisson, qu’un arrêté d’interdiction de consommation des poissons a été pris le 16 mars dernier par le Préfet du Finistère.

Or, la dépollution des sites touchés par les cyanobactéries est compliquée à mettre en œuvre et surtout très coûteuse. Elle ne peut donc être une solution d’avenir.

Pour les associations et nombre de scientifiques , on doit s’attaquer aux origines des excès de phosphore et d’azote, enempêchant l’arrivée de nutriments en provenance des effluents domestiques et des élevages (de porcs, de volailles...).

Pour les élus Europe Ecologie Les Verts, la décision la plus efficace est de tarir la source des pollutions en convertissant les exploitations avoisinantes du lac à l’agriculture biologique. On pourrait pour cela s’inspirer de la Ville de Munich qui finance ces conversions depuis 1991.

Posté le 6 juillet 2015
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info