Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Lancement des premières journées mondiales pour la Souveraineté alimentaire et populaire

JMSA

Contexte

Fin octobre 2014, la société civile et le peuple burkinabè se soulève mettant à bas, en 2 jours, un pouvoir tenu depuis 27 ans par Blaise Compaoré. Ce dernier prend la suite. Depuis le début des années 2000, la firme Monsanto a choisi le Burkina Faso, alors sous régime Compaoré comme terre d’entrée dans sa stratégie de conquête OGM du continent africain. À l’initiative du Collectif Citoyen pour l’Agro-Ecologie a lieu le 23 mai 2015 au Burkina Faso, comme dans plus de 48 pays dans le Monde, une Marche contre Monsanto. Ce jour-là, se sont plus de 400 marches qui furent organisées. Celle de Ouagadougou et de Rennes étaient connectées et avaient un titre commun : « Marche contre Monsanto pour la Souveraineté Alimentaire ».

La mobilisation recherchée fut au rendez-vous et l’objectif de lancer un débat national est atteint. Ce débat continue, la lutte également. C’est dans cette optique, et pour maintenir du bois dans le feu, que le Collectif Citoyen pour l’Agro-Ecologie décide de connecter ce combat au Monde et aux autres résistances. Le 3 septembre, à l’occasion du Forum d’Action Sociale qu’il organise à Ouagadougou, le collectif annonce à la mise en place des Journées Mondiales pour la Souveraineté Alimentaire ou JMSA, qui auront lieu pour 2015 les 13, 14 et 15 novembre.

13 jours plus tard, le Général Diendéré, bras droit du président en fuite, et son Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) tentent une prise de pouvoir par la force des armes. Mais le courage et la détermination du peuple comme de la société civile font échec à la tentative de putsch.

Parce que l’initiative des JMSA est connectée à la résistance burkinabè et pour saluer ce peuple qui s’est nouvelle fois levé pour sa souveraineté, les journées de novembre changent de titre pour devenir les :

Journée Mondiales pour la Souveraineté Alimentaire et Populaire.

JMSA

Définition de la souveraineté alimentaire
La notion de souveraineté alimentaire a été développée et présentée pour la première fois par le mouvement social et paysan international Via Campesina lors du sommet de Rome sur l’alimentation, organisé par la FAO en 1996. « La souveraineté alimentaire est le droit des peuples, des communautés et des pays de définir, dans les domaines de l’agriculture, du travail, de la pêche, de l’alimentation et de la gestion forestière, des politiques écologiquement, socialement, économiquement et culturellement adaptées à leur situation unique. Elle comprend le droit à l’alimentation et à la production d’aliments, ce qui signifie que tous les peuples ont le droit à des aliments sûrs, nutritifs et culturellement appropriés et aux moyens de les produire et qu’ils doivent avoir la capacité de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs sociétés. » La souveraineté alimentaire est donc le droit des pays de définir leur propre politique agricole et alimentaire, de protéger et réglementer leurs productions et leurs échanges agricoles avec un objectif de développement durable et de déterminer leur degré d’autonomie alimentaire, dans des conditions de travail et de rémunération décentes.


Considérant que le rôle des paysans est de nourrir en priorité leurs concitoyens, la souveraineté alimentaire nécessite le développement et la protection d’une agriculture paysanne familiale, des marchés de proximité moyennant, si nécessaire, des protections tarifaires. Elle est donc en pleine opposition avec les orientations libérales mises en œuvre par l’Organisation Mondiale du Commerce qui, en voulant contrôler les politiques agricoles nationales, prive les peuples des moyens d’orienter leurs systèmes agricoles et alimentaires.


Au-delà de la sécurité alimentaire, la souveraineté alimentaire accorde une importance particulière aux conditions sociales et environnementales de production des aliments. Elle vise un accès plus équitable aux terres cultivables par les paysans et prône des techniques agricoles qui favorisent leur autonomie et le respect de la terre par des pratiques agricoles durables.

JMSA burkina

Cliquez sur l’APPEL :

Appel du 3 septembre Ouagadougou

Parrainages et soutiens

Nous recherchons des personnes connues du public (artistes, scientifiques, etc.) pour soutenir et se faire le relais des JMSA. Nous leur proposons de s’inscrire sur la liste et d’informer de leur soutien via leurs moyens de communication (sites internet, Facebook, …). Elles ont également la possibilité d’écrire un texte, une petite vidéo, un enregistrement audio qui est mis sur le site. Parmi les personnes déjà engagées à nos côtés : Manu Chao, Guizmo, Eugène Riguidel, le sénateur Joël Labbé, José Bové, Paul Ariès, René Louail, Christian Jacquiau, …

Parmi les organisations nous retrouvons, le Syntap, Napam Beogo, Terre à Vies, Ingalañ, Survie, Yelemani, le CCNABio, l’APAF, Terra Libra, ….

AGENDA dans les villes bretonnes et ailleurs :

A ce jour, les JMSAP seront relayées dans 4 villes et communes bretonnes :

  • Nantes 14 nov. Rassemblement
  • Rennes du 13 au 14 nov. Installation et le démarrage de l’exposition Lagad Kengred à la Maison Consommation et de l’Ecologie le 13 novembre rassemblant des artistes de différentes nationalités sur les thèmes de la souveraineté alimentaire et populaire, la solidarité internationale, la résistance aux OGMs. Un rassemblement le 14.
  • Rochefort en Terre 13 nov. Concert de soutien avec le groupe burkinabè Boko Kombé
  • Vannes 14 novembre. Rassemblement place de la République.
  • Auray 15 nov. Projection débat avec le Film « Je mange donc je suis »

Des actions, auront lieu à Paris, (Salon Marjolaine avec Aurélie Trouvé, coprésidente d’Attac France Hervé Le Gal, Ingalañ, coordinateur du programme Tinga Neere au Burkina Faso, Eliane Anglaret, présidente de Nature & Progrès.), Bordeaux, Marseille, en Argentine, au Brésil, au Chili, en Bolivie, en Catalogne et bien sûr au Burkina Faso.

Les actions d’après les JMSAP

A l’approche de la COP21, le mouvement international paysan LA VIA CAMPESINA appelle à une série d’actions :

28/29 Novembre – Mobilisations de Masse Initiales pour la Justice Climatique

29 Novembre – Mobilisations Décentralisée Mondial pour la Justice climatique

5/6 Décembre – Village Mondial / Foire aux Alternatives Populaires

9 Décembre – “Journée de l’Agriculture Paysanne et de la Souveraineté Alimentaire”

12 Décembre – “Dernier Mot” Mobilisation de Masse pour la Justice Climatique

Plus d’information sur le site de La Via Campesina

 

Un point presse était organisé à Vannes le 19 octobre pour présenter les Journées :

Hervé Le Gal d’Ingalan :

Bref historique de l’initiative en faisant le lien avec la lutte contre Monsanto au Burkina et expliquant l’ajout « et Populaire » apparu durant la tentative de putsch.

Joël Labbé, sénateur EELV du Morbihan : Solidarité qui date de 2013 et la rencontre d’Ousmane Tiendrédeogo à St Nolff.

René Louail, paysan, conseiller régional et aujourd’hui tête de liste des écologistes pour les régionales 2015 : la solidarité paysanne, peut être la définition courte de la souveraineté alimentaire et de l’historique du terme.

Eugène Riguidel, navigateur, citoyen du monde :

Plus d’infos sur ingalan.org et tinga-neere.org

Europe Ecologie les Verts Bretagne

le site d’Europe Ecologie les Verts Bretagne
URL: http://bretagne.eelv.fr
Posté le 22 octobre 2015 par EELV Bretagne
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info