Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Conseil Municipal

Intervention du groupe des élu.e.s EELV au conseil municipal.

Jeudi 10 mars 2016

Monsieur le Maire,
Messieurs et mesdames les élu-e-s,

Conseil municipal d’importance, s’il en est un, le conseil municipal de ce jour sera consacré – pour sa plus grande part – au budget de la ville.

Si nous aurons quelques remarques – notamment sur le sport professionnel à formuler – nous reconnaissons le remarquable travail de l’adjointe aux finances -

En effet, ce budget est – encore une fois – marqué par la réduction drastique des dotations de l’État. La loi de programmation des finances publiques prévoit un plan d’économies de 50 milliards d’euros répartis sur 3 ans, les collectivités territoriales participant à hauteur de 12,5 milliards. Fin 2015 , la cour des comptes s’alarmait des ses baisses et de leur conséquences sur les investissements locaux, et ce n’est pas la lecture des propositions des candidats à la candidature de la droite et du centre qui peuvent nous rassurer, certains d’entre eux estimant qu’il faudra un nouveau plan de 100 milliards d’économie.

Plutôt que faire porter sur l’investissement local une part non négligeable du plan d’économie budgétaire, peut-être serait-il nécessaire que l’État s’interroge sur sa politique énergétique ? (NB - l’une des sources potentielles d’économies)

En 2012, la cour des comptes publiait un rapport sur le coût de l’énergie nucléaire en France et ses montants astronomiques, les incertitudes sur le prix des démantèlements à venir, sur le stockage à long terme des déchets.
Ainsi en terme des coûts, près de 190 milliards ont été dépensés depuis 50 ans :

  • Mise en place de la filière : 121 milliards.
  • 55 milliards pour la recherche auquel il faut ajouter les 12 milliards de Superphénix.
  • Des coûts de maintenance en augmentation constante : 3,7 milliards/an prévu sur la période de 2011-2025.
  • Les charges d’exploitation ont coûté 9,9 milliards en 2013 à EDF.
  • Sans compter, le traitement des déchets à vie longue dont il est bien difficile d’évaluer le coût.
  • Un coût de construction initial rapporté à la puissance des réacteurs en augmentation constante : 1,07 million par MégaWatt en 1978, 3,1 millions pour les EPR.

Ajoutons que le canton de Genève vient de porter plainte contre X concernant la centrale nucléaire du Bugey, « pour mise en danger d’autrui et pollution des eaux ». Faudra-t-il que les pays frontaliers fassent de même pour changer notre politique énergétique ?

Alors, à quelques semaines du triste anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, il est grand temps de tourner le dos à cette énergie coûteuse pour les finances publiques, dangereuses pour les populations et de s’engager résolument dans une politique en faveur des énergies renouvelables et la sobriété énergétique, filières créatrices d’emplois.

Les collectivités locales auront - dans les prochaines années - des choix forts à faire pour s’engager sur cette voie.

Le groupe des élu.e.s EELV.

Posté le 10 mars 2016 par Pierre Guézennec
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info