Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Les interventions de vos élu.e.s au conseil de Métropole du 29 avril 2016

Vous trouverez ici les dernières interventions de vos élu.e.s EELV au conseil de métropole du 29 avril 2016 au sujet du projet ferroviaire LNOBPL (relié au projet de Notre Dame des Landes), la ZAC de Lanvian, les modalités de concertation pour les secteur Rody Kermeur Coataudon et du Spernot, les attributions de subvention.

Délibération n°1 : stratégie et prospective – Liaisons nouvelles Ouest Bretagne – Pays de la loire(LNOBPL). Convention relative au financement de l’étape complémentaire au débatpublic des projets ferroviaires Rennes Brest/ Rennes-Quimper – Nantes-Rennes-Bretagne Sud.

Monsieur le président,

Un véritable projet de décentralisation, un bon projet ferroviaire devrait permettre la création d’un maillage équilibré du territoire respectueux de l’environnement et des usagers en offrant une amélioration de l’accessibilité à tous et à toutes en termes de parcours et de fréquence. Il devrait également prendre en compte la problématique du fret, alors que seuls 2% du trafic empruntent les voies ferrées.

Les écologistes sont depuis toujours favorables à des politiques de développement de l’usage du train. Cependant, les pistes proposées par le projet ferroviaire LNOBPL (liaisons nouvelles Ouest Bretagne, Pays de la Loire) sont très critiquables, comme le démontre le bilan du débat public organisé par la CNDP (Commission nationale du débat public) dont nous allons reprendre les principaux éléments.

Tout d’abord, nous sommes sceptiques comme les citoyens sur l’impact économique réel de la diminution des temps de parcours de quelques TGV comme les 3h annoncées entre Brest/Quimper et Paris. Pour de nombreuses personnes interrogées « d’autres critères que le temps de parcours sont importants comme les fréquences et surtout le prix du billet ». D’autres citoyens évoquent le coût environnemental de ce gain de temps et la perte irrémédiable de surfaces agricoles ou naturelles. Bref « Dans le contexte actuel (enjeux climatique, énergie, érosion de la biodiversité, maîtrise budgétaire…), la recherche de gain de temps ne doit plus être l’objectif des infrastructures de transport » (Avis 85 du débat public du 4 septembre 2014 au 3 janvier 2015 organisé par la CNDP (Commission nationale du débat public)).

En effet, ce projet ne répond pas aux défis immédiats de la mobilité en Bretagne, mais cherche essentiellement à gagner quelques minutes de temps de trajet entre les grandes agglomérations bretonnes et surtout vers Paris. En favorisant avant tout les liaisons TGV et en concentrant l’essentiel de ses investissements sur les départements d’île et Vilaine et de Loire-Atlantique. Nous craignons ainsi que ce projet ne renforce le barreau Rennes –Nantes et n’accentue davantage les inégalités territoriales en Bretagne.

Ainsi, plutôt que de réduire le temps de parcours de quelques TGV et de favoriser les grandes villes régionales, investissons dans l’amélioration générale de l’offre de service ferroviaire en lien avec un projet de territoire, pour favoriser un aménagement équilibré et répondre au mieux aux besoins des usagers et des acteurs économiques. Il y a notamment l’urgence d’améliorer la ligne Quimper-Brest, ainsi que développer l’offre des TER pour lesquels la demande croit régulièrement depuis des années.

Ensuite, la réflexion devrait être plus globale, et s’étendre à l’aménagement des gares et des axes avoisinants. L’instauration d’une maison des mobilités à la gare de Brest encourageant les déplacements doux irait dans ce sens.

Enfin, ce projet prévoit de desservir l’aéroport de NDDL, alors même que sa création reste encore hypothétique et que nous sommes fermement opposés à ce projet. Le référendum sur NDDL n’aura d’ailleurs lieu que le 26 juin cette année, et il ne concernera que le département de Loire Atlantique, alors qu’il aurait fallu l’étendre aux 2 régions Bretagne et Pays de Loire.

Nous réitérons notre opposition au projet NDDL, projet inutile et coûteux et nous continuerons à nous mobiliser avec les associations et les citoyens le 9 et 10 juillet 2016, à Notre Dame des Landes.
C’est pourquoi, nous faisons le choix de voter contre sur cette délibération.

Sources :

Commission nationale du débat public (février 2015) « Bilan du débat public liaisons nouvelles Ouest Bretagne - Pays de la Loire (LNOBPL) Commission nationale du débat public » - Dressé par le président de la Commission nationale du débat public. Consulté le 29/04/2016 à cette adresse : https://lnobpl.debatpublic.fr/sites/debat.lnobpl/files/documents/lnobpl-bilan-debat.pdf
Communiqué de presse du jeudi 5 mars 2016 d’EELV Bretagne et EELV des Pays de la Loire, consulté le 29/04/2016 à cette adresse : http://bretagne.eelv.fr/llnobpl-le-bilan-du-debat-public-demontre-le-manque-de-pertinence-du-projet/

Délibération N°4 : Approbation du transfert des droits et obligations du syndicat mixte pour le développement de Brest Iroise attaché au programme de la zone d’activités économiques de Lanvian.

Monsieur le président,

Cette délibération nous interroge, non pas tant sur son objet premier, le transfert des droits du syndicat mixte de la zone d’activité de Lanvian, que sur le fait que nous sommes ici encore sur un ensemble de terres utilisées par des exploitations agricoles qui sont vouées, à terme, à disparaître.
Suite à mes interrogations en commission sur le sujet, j’ai eu connaissance des données suivantes qu’il me semble utile de rappeler :
-  L’espace du syndicat mixte regroupe 197 ha, dont 185 sont actuellement loués à des agriculteurs et exploités ;
-  La zone d’activité proprement dite couvre 136 ha, dans le PLU. Le reste est classé espace naturel ou agricole dans le PLU.

Ce sont donc plus de 100 ha de terres agricoles qui seront détruites lors des aménagements de la ZAC. Nous avons été gloutons lors des décennies précédentes dans la consommation de foncier pour réaliser des aménagements, que ce soit pour l’habitat, les transports ou l’activité économique. Nous devons changer de comportement et trouver les moyens de poursuivre les aménagements nécessaires sans pour autant gaspiller ce capital inestimable que sont les terres agricoles et les espaces naturels.

La cellule foncière mise en place par la collectivité est le signe que ce constat et notre préoccupation sont partagés par d’autres que les écologistes. Il demeure toutefois une question : pourra-t-elle trouver suffisamment de terres pour compenser auprès des exploitants actuels ? J’attire, de plus, votre attention sur le fait que cette cellule permettra de faciliter la poursuite d’activités agricoles sur le territoire métropolitain, mais que sa mission perdrait tout son sens si par ailleurs, nous ne nous montrons pas plus économes.

Nous devons, plus que nous ne le faisons aujourd’hui, travailler à chercher à réutiliser davantage les espaces déjà aménagés dans nos projets d’aménagement, qu’il s’agisse d’habitat ou bien d’aménagements économiques.

Délibérations N° 9 et 10 : Approbation des objectifs et des modalités de la concertation publique

Monsieur le président,

Ce que nous allons annoncer va peut-être vous surprendre, la mise en place des modalités de concertation publique telles qu’elles sont proposées pour les délibérations 9 et 10 concernant les secteurs Rody-Kermeur- Coataudon et du Spernot ne sont plus suffisantes. Nous devons réfléchir à de nouvelles formes de concertation.
Voici quelques axes pour améliorer la concertation.
• Travailler les contradictions et laisser la place aux conflits. Je vous rappelle que l’une des composantes de la démocratie, c’est l’exigence politique de la critique (Voltaire).
• Redéfinir la méthode, en instaurant des diagnostics en marchant comme nous l’avons commencé.
• Tenter de contrer les dominations : La concertation implique toujours les mêmes dominants et la plupart des personnes qui ne sont pas "héritiers" d’un capital social et culturel élevé ont incorporé (très majoritairement) le fait qu’ils ne sont pas les sachants, pas légitimes de s’exprimer.
• Prendre en compte les points de vue exprimés par la suite.
• Bref que la concertation et la participation soit un instrument d’éducation populaire.

En 2012, déjà lors de la délibération 21 Aménagement de la voie de liaison RD205(Spernot) – RD112 (Kergaradec), nous voulions, je cite, « un vrai et grand débat sur l’avenir de nos déplacements dans l’agglomération et au-delà, autour de ce projet formaté sur une augmentation du trafic automobile, alors que globalement il régresse en France ». Nous renouvelons aujourd’hui notre demande.

Aujourd’hui, pour les raisons évoquées, nous nous abstiendrons donc sur les délibérations 9 et 10.

Délibération 11 : attribution de subventions

Nous regrettons qu’une attention ne soit pas accordée à la langue bretonne, ce que l’on aurait pu faire, en contribuant, comme les autres villes de Bretagne, à la Redadeg ( Nantes, Rennes,Plouzané, par exemple, le font). La Redadeg, c’est la course de relais pour la langue bretonne, qui part aujourd’hui de Saint Herblain, et qui va sillonner toute la Bretagne nuit et jour pendant une semaine. C’est à la fois un événement festif et qui permet de collecter des fonds pour le développement de l’usage de la langue bretonne.

Posté le 4 mai 2016
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info