Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Les sénateurs contre le bio en restauration collective

Il faut sauver le bio dans les cantines ! Soutenez cette initiative d’Agir pour l’Environnement.

Reprise d’un article de l’association Agir pour l’Environnement.

A peine 4% des aliments servis en restauration collective sont bio ! Ils sont pourtant 188 sénateurs à avoir rejeté un amendement fixant un seuil de 20% de bio en restauration collective d’ici à 2020.

Après avoir refusé d’interdire totalement les insecticides tueurs d’abeilles, les sénateurs ont remis le couvert… et il ne sera pas bio !

Les sénateurs ont en effet eu à se prononcer sur la fixation d’un seuil de 20% d’aliments issus de l’agriculture biologique en restauration collective publique d’ici à 2020. Et comme pour les insecticides néonicotinoïdes, une majorité de sénaTUEURS s’est arcboutée sur une vision dépassée de l’agriculture.

Alors même :
- Que près de 120 000 personnes se sont mobilisées pour soutenir cet objectif de 20% de bio en 2020 ;
- Que les députés (chose rarissime !) ont adopté ce seuil à l’unanimité en première lecture ;
- Que 76% des personnes interrogées par un sondage IFOP commandé par Agir pour l’Environnement soutiennent l’introduction d’aliments issus de l’agriculture biologique en restauration collective public ;

De pus, les ventes de produits biologiques ont connu une hausse de 14,7% en 2015. Les surfaces en bio ont bondi de 23,1% en France en 2015, atteignant 1 375328 hectares.

Malheureusement, comme pour les insecticides tueurs d’abeilles, les sénateurs ont préféré satisfaire les intérêts bien compris du lobby de l’agrochimie. Agir pour l’Environnement a décidé de publier la liste des 188 sénateurs s’étant opposés à l’introduction d’un seuil de 20% de bio en restauration collective publique.

Trombinoscope c’est ici :

http://reponses.agirpourlenvironnement.org/cantinebio-senateurs/

Posté le 30 mai 2016 par Pierre Guézennec
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info