Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Pour 2017, nous ferons campagne sur des enjeux, pas sur des personnes

Nicolas Hulot a annoncé qu’il renonçait à se présenter à la prochaine élection présidentielle. Nous respectons ce choix.
Il aurait pu rassembler autour de lui l’ensemble de celles et ceux qui œuvrent à la nécessaire transition écologique que nous devons réaliser.

La nature de l’élection présidentielle française, le contexte de délitement de l’ensemble des partis, le discrédit attaché aujourd’hui à la parole politique parce qu’elle a trahi ses promesses, expliquent la rupture existant entre la classe politique et la société.

Toutefois, l’impératif de la transition écologique nous oblige à mettre cette question au cœur du débat public.
L’histoire récente a montré qu’Europe Écologie Les Verts, quand elle a présenté un.e candidat.e a échoué à le faire à ces occasions. Seul.e.s des acteurs/actrices extérieur.e.s au monde politique y sont partiellement parvenu.e.s.
C’est pourquoi nous disons que nous ne devons plus procéder comme avant pour la prochaine élection présidentielle et que le parti EELV n’a plus la légitimité suffisante pour désigner ou soutenir un.e candidat.e à cette occasion.

Si nous voulons faire progresser les idées écologistes, rendre possibles les transitions nécessaires, nous devons travailler au service des réseaux et des collectifs qui font avancer ces questions au quotidien et qui sauront porter efficacement des contributions pertinentes au débat public. C’est-à-dire, enfin, revenir au terrain, débarrassé.e.s des ambitions personnelles mortifères.

De nouvelles formes de participations, d’élaborations d’idées, de projets traversent la société et rendent obsolètes les partis politiques dans leur structure actuelle, y compris le nôtre.

Pour l’élection présidentielle de 2017, nous soutiendrons des idées, pas un.e candidat.e et invitons tous ceux et celles qui souhaitent s’engager à rejoindre les réseaux et collectifs qui inventent et préparent la société à venir.

Nathalie Chaline, adjointe du quartier Saint Marc - Innovation sociale. Élue au conseil communautaire de Brest Métropole.
Pierre Guézennec, conseiller municipal, délégué à la valorisation de l’éducation à la langue bretonne.
Marif Loussouarn, adjointe à l’égalité femmes - hommes.
Ronan Pichon, conseiller municipal, délégué au numérique et à l’expression multimédia. Vice-président de Brest Métropole au numérique, l’économie sociale et solidaire et le développement durable

Posté le 13 juillet 2016
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Septembre 2016
    22:34

    Pour 2017, nous ferons campagne sur des enjeux, pas sur des personnes

    par Christian PERROT
    Du coup, pour le retour au terrain, on verra des élu.e.s EELV Brest le samedi 24 septembre à Penfeld pour pour réaffirmer votre opposition au projet destructeur et inutile dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes ? Je pose la question à EELV Brest (et aussi aux autres groupes politiques brestois "de gauche"). Le problème est que les adhérent.e.s encarté.e.s des partis politiques, on ne les voit plus pour porter les mobilisations sociales ou environnementales. Cela devient vite agaçant. Cela donne la facheuse impression que les membres des orgas ne sont là que lorsqu’il y a seulement matière à faire de l’affichage médiadique. Au delà d’un point de vue personnel, c’est un propos que l’on entend souvent dans les collectifs de lutte . Propos de plus en plus exprimé par des personnes extérieures au microcosme activiste. Il n’est pas étonant que les orgas ne soient plus audibles quand le temps de élections pointe son nez.
  • Septembre 2016
    18:32

    Pour 2017, nous ferons campagne sur des enjeux, pas sur des personnes

    par Baudouin Dominique
    Oui, il y a urgence car les enjeux sont terribles : le changement climatique concerne la planète, et la prise de conscience des populations n’est pas vraiment là. Pourtant, j’avais espéré que tous les écolos se feraient une priorité de cette mission. Car dans les années qui viennent, vu l’importance des dégats de tous ordres, à commencer par l’agriculture (et voyez dans quelle direction les politiques inféodés à la FNSEA depuis 50 ans nous emmène), le risque est grand de l’arrivée de gouvernements autoritaires. Ce qui se passe déjà dans plusieurs pays d’Amérique du Sud. Il faut que les Verts et écolos se réunissent avec les syndicats agricoles (mouvance Conf) et toutes les asso environnementalistes et entrepreneurs sociaux qui ont déjà créé une nouvelle société (les faiseux d’Alexandre Jardin). Des motions communes à tout ce qui dans ce pays va dans le sens de la transition énergétique, impliquant un changement de société. Car les élites ne voudront pas d’un retour à l’autonomie alimentaire, ils préfèrent la "french tech". Mettre le paquet sur les emplois verts c’est réalisable, dès la formation dans les écoles. Cordiales salutations, D. Baudouin