Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Quelle alimentation voulons-nous pour demain ? Intervention de vos élu.e.s au conseil municipal du 19 janvier 2017

Vous trouverez ici la dernière intervention de vos élu.e.s EELV au conseil municipal du 19/01/2017 sur le sujet : quelle alimentation voulons-nous pour demain ? Intervention notamment au sujet de l’alimentation et de l’actualité agricole de notre territoire : la pérennité de la ferme de Traon Bihan, le maïs pollué à la phosphine, le plan alimentaire de territoire et l’alternative végétarienne.

Monsieur le Maire,
Chèr.e.s collègues,

A l’heure où nous discutons de la Délégation de service public sur la restauration municipale, il nous semble urgent de revenir sur l’actualité agricole du territoire. Cette actualité ne peut qu’inquiéter les écologistes que nous sommes.

Premièrement, fin décembre, je vous rappelle que 25 000 tonnes de maïs roumain pollué à la phosphine (produit antiparasitaire extrêmement toxique et biocide mortel pour tous les mammifères) sont arrivés au port de Brest. Présentant un danger sanitaire grave pour les travailleurs du port, nous rappelons que la phosphine est un produit interdit en France depuis juillet 2016, même si son interdiction en France n’empêche pas de nourrir le bétail avec ce maïs contaminé à la phosphine. Depuis plus d’un mois la cargaison est bloquée au port, la presse s’en est fait écho et "seul" 50 tonnes de maïs ont été livré à l’entreprise Cobrena-Triskalia mais quelles garanties avons- nous que cette cargaison ne présente pas de danger pour les personnels du port, les riverains et plus généralement pour la faune et la flore ? C’est un sujet qui n’est pas encore réglé.

Deuxièmement, la disparition du foncier agricole sur notre territoire dont la ferme de Traon Bihan est un exemple. Seule exploitation laitière biologique à Brest, sa pérennité est aujourd’hui remise en question, il faut travailler à ce que ne le soit pas, en raison de l’aménagement du futur écoquartier de la Fontaine Margot. La ferme de Traon Bihan est pourtant un acteur incontournable du paysage écologiste et environnemental de Brest, beaucoup ici la connaisse par son action au quotidien comme ferme biologique et pédagogique. Une solution doit être trouvée au plus vite, nous rappelons l’initiative citoyenne d’une discussion sur la disparition du foncier agricole lors de la journée festive le 22 janvier dédiée au soutien à la Ferme de Traon Bihan. Vous êtes tout.e.s et tous bienvenu.e.s.

Au regard de cette actualité, permettez-nous de poser la question suivante : Quelle alimentation voulons-nous pour demain ? Celle d’une agriculture productiviste ? D’une production animale nourrit à grands coups de mais « ultra-pesticidés » ? Voilà une question que les écologistes ne manqueront de poser à Mr Beulin au président homme d’affaire syndicaliste de la FNSEA lors du congrès national qui se tiendra - ici - à Brest fin mars. Il ne faut pas oublier les intérêts financiers dans l’agriculture productiviste.

L’alimentation, c’est l’affaire de tou-tes ! De plus en plus de personnes, font le constat qu’il est urgent de reprendre le contrôle de leur alimentation afin d’avoir accès à une alimentation locale et biologique et plus saine. Les démarches de circuits courts fleurissent, les envies des consommateurs fourmillent, l’agriculture biologique croît et emploie de plus en plus de travailleurs et les PAT se développent. Le projet alimentaire territorial (PAT) est inscrit dans la loi d’avenir agricole. Les collectivités territoriales et les services de l’État disposent d’un nouveau levier pour agir en faveur d’une plus grande souveraineté alimentaire en assurant la promotion de modèles agricoles diversifiés, respectueux de l’environnement, en développant des produits locaux de qualité, bio, sans OGM et l’approvisionnement en produits sains, locaux de saison en restauration collective, sans oublier l’interrogation légitime, d’une partie de nos brestois.e.s et brestoises pour une alternative végétarienne. Il faut se saisir de ces leviers à Brest parce que la souveraineté et la sécurité alimentaire doivent rester plus que jamais au cœur des politiques publiques et parce qu’une alimentation saine et accessible à tous et à toutes doit être une priorité.

Les élu.e.s EELV de Brest
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info