Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Tribune de Marc SAWICKI

L’annonce qui vient d’être faite par le nouveau ministre de l’éducation nationale au sujet des rythmes scolaires, est non seulement inquiétante mais montre surtout le manifeste désintérêt de ce dernier quant à ce sujet.

Voilà plus de 30 ans que les scientifiques, chronobiologistes, pédiatres, enseignants, parents, associations d’éducation populaire et élus, échangent sur les rythmes des enfants en général et les rythmes scolaires en particulier. Des centaines de réunions, d’échanges entre les villes, des comparaisons avec des dizaines d’autres pays. Des expérimentations de plusieurs villes qui ont échangé entre elles.

Et les conclusions sont toujours les mêmes : La semaine de 4 jours est une aberration, La répartition actuelle des vacances scolaires est une aberration, 6 heures de cours par jour est une aberration.

Certes la mise en place des rythmes à 4 jours avec des organisations différenciées selon les communes n’a pas été une réussite partout. Oui, elle a eu un coût important pour les collectivités territoriales. Mais c’est au moment des premières évaluations qu’un nouveau ministre prend la décision la plus absurde et la plus inégalitaire qui soit : Que chaque commune fasse comme elle le veut. Voilà certainement la décision la plus inique qui soit : L’intérêt des enfants se fera au bon vouloir des élus locaux selon leurs motivations sur le sujet, leurs priorités politiques et l’état de leurs finances.

Et c’est bien entendu toujours les mêmes enfants qui en seront les victimes. Les enfants les plus en difficultés. Ceux dont les parents sont les plus éloignés de notre école. Ceux qui sont les moins stimulés et les moins accompagnés chaque jour au sein de leur famille. Mais quand est-ce que l’on se mettra enfin avec intelligence, bon sens et discernement autour d’une table avec tous les acteurs concernés pour enfin établir une politique dans l’intérêt des enfants avant tout ; Des résultats et évaluation ont été tirés du grand nombre d’organisations menées ces 3 dernières années. La commission nationale d’évaluation et de suivi des rythmes scolaires, a analysé des centaines de situations différentes et ce, avec tous les partenaires. On a l’impression que les rythmes sont aujourd’hui un cocktail composé par les intérêts de l’économie touristique, par des enseignants qui se disent toujours plus épuisés, par les seuls parents qui se font entendre issus le plus souvent des classes sociales les plus aisées et par des élus qui crient toujours plus fort que l’éducation est leur priorité absolue mais qui se moquent des bases mêmes de cette politique éducative que sont les rythmes en maternelle et en élémentaire.

Le scénario proposé aujourd’hui est le pire qui puisse s’imaginer. « Mesdames et messieurs les élus, faites comme bon vous semble : L’Etat vous donne sa bénédiction ». Pour un gouvernement qui se voulait modèle de progrès et d’innovation, voilà une décision qui va nous faire reculer de plusieurs décennies.

Marc Sawiki, adjoint à l’éducation de 2008 à 2017
Posté le 3 juillet 2017 par nathalie chaline
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info