Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Baisse des contrats aidés : une mauvaise politique

Le tour de vis annoncé sur les contrats aidés est un coup dur pour les associations et risque de fragiliser de nombreux services publics. Surtout, ce coup de frein aura des conséquences sociales potentiellement dramatiques pour les bénéficiaires de ces emplois subventionnés, qui essayent tant bien que mal de reprendre pied sur le marché du travail. Des femmes qui souffrent d’une plus grande précarité sociale peuvent ainsi payer un logement, retrouver la garde des enfants, etc… Des personnes, proches de la retraite, peuvent finir leurs carrières dignement. Des jeunes peuvent avoir accès à une première expérience professionnelle. Leur suppression risque d’en renvoyer certains vers la marginalisation.

De plus, les contrats aidés jouent un rôle contra-cyclique, comme disent les économistes, c’est-à-dire qu’en période de ralentissement économique, ils ont un effet positif sur l’activité parce qu’ils permettent d’améliorer rapidement les conditions de vie de leurs bénéficiaires, en leur distribuant du pouvoir d’achat. La direction générale de l’emploi et de la formation professionnelle (DGEFP) l’écrit noir sur blanc dans une note à destination de la nouvelle ministre du Travail qui n’a pas été rendue publique : « les contrats aidés sont un des outils les plus efficaces pour diminuer à court terme le chômage », peut-on lire dans ce document. Les derniers chiffres du chômage qui viennent d’être publiés indiquent une aggravation de la situation, surtout pour les jeunes.

On nous dit que les contrats aidés coûtent trop cher à la nation. La facture globale des contrats aidés prévue pour 2017 s’élève à 2,4 milliards d’euros, celle du crédit impôt compétitivité emploi (CICE) : 22,7 milliards d’euros. Le coût d’un emploi d’avenir estimé par la Cour des comptes s’élève à 11 000 euros par an et par jeune, celui d’un CUI-CAE à 9 500 euros et d’un CUI-CIE à 7 000 euros. A titre de comparaison, le coût d’un emploi créé grâce au CICE oscille entre 286 000 à 570 000 euros selon son propre comité de suivi…

Le mauvais procès fait aux contrats aidés doit cesser. Ils ne résoudront pas à eux seuls le problème du chômage, mais ils doivent être maintenus à un haut niveau dans l’intérêt de leurs bénéficiaires, mais aussi des associations et de nombreux services publics.

Jean-Pierre Bigorgne, ancien élu local et militant associatif pour EELV Bretagne

Europe Ecologie les Verts Bretagne

le site d’Europe Ecologie les Verts Bretagne
URL: http://bretagne.eelv.fr
Posté le 8 septembre 2017 par EELV Bretagne
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info