Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Intervention de rentrée des élu.e.s EELV au Conseil de métropole

[Conseil de métropole du 6 octobre]

Vous trouverez ici l’intervention de rentrée de vos élu.e.s EELV au Conseil de métropole du 6 Octobre 2017.

Le gouvernement a annoncé brutalement cet été une suppression de nombreux contrats aidés dès la fin de cette année et pour les années suivantes. En premier lieu de nombreuses personnes qui avaient la perspective de retrouver un emploi en ont été privées. Cette brutale suppression a également pour conséquence de fragiliser considérablement le tissu économique des entreprises de l’Économie Sociale et Solidaire, particulièrement important en Bretagne.

L’argument selon lequel ces emplois aidés n’offrent pas beaucoup de perspectives à leur titulaire est contredite par le fait qu’environ 60% d’entre eux étaient suivi d’un nouveau contrat ou d’une formation qualifiante.

Le gouvernement annonce vouloir mettre plus de moyens sur la formation professionnelle, ce qui peut sembler louable, mais le fait que 35% des bretons sont surqualifiés pour leur poste (cf. le télégramme du 27 septembre) indique que nous manquons davantage de postes qualifiés que de personnes qualifiées.

  • Le coût annuel d’un contrat aidé : Entre 10 000 et 15 000 €
  • Le coût annuel d’un emploi créé grâce au CICE : Entre 143 000 et 285 000 €

Dans le même temps, les estimations sur le coût du CICE sont d’une vingtaine de milliards d’euros par an pour un impact estimé de quelques 100 000 emplois créés ou sauvegardés. S’il est loin d’avoir atteint les objectifs de création d’emplois escomptés, il a en revanche contribué à l’amélioration des marges des entreprises. Qu’en ont-elles fait ?

Nous rappelons que la dernière (et la seule fois) où une action gouvernementale a eu un impact bénéfique notable sur l’emploi c’est lorsque le gouvernement Jospin a combiné une politique de réduction du temps de travail et des emplois aidés à destination de personnes qualifiées ou non (emplois jeunes).

La politique actuelle du gouvernement en matière d’emploi est directement inspirée des discours des dirigeants du patronat français. Pour rappel Yvon Gattaz, le père, promettait 350 000 emplois il y a 30 ans si on supprimait l’autorisation administrative de licenciement, on les attend toujours. Pierre Gattaz, le fils, promettait 1M d’emplois, il a eu les milliards, et nous avons eu des pin’s.

Pour terminer, nous estimons qu’entre la baisse forcée des loyers des logements HLM et la suppression des emplois aidés, ce sont plus de 15 millions d’euros que l’état supprime de l’économie locale métropolitaine. Il aura ensuite beau jeu de prétendre qu’il maintient les dotations aux collectivités.

Détricoter les mécanismes de solidarité sociale et territoriale est une politique qui a déjà été suivie au Royaume-Uni, avec le désastre humain que l’on sait.

Posté le 12 octobre 2017 par nathalie chaline, Ronan PICHON, Yann Fañch Kernéis
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info