Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Le million de Cargill...

Nous y sommes.

Le préfet donne un avis favorable à l’augmentation de la production de l’usine brestoise de trituration de soja et de colza de la société Cargill.

Cette usine, qui se trouve dans la zone industrielle portuaire et qui se situe également en contre bas du centre ville, doublera donc sa production qui passera de 450.000 à 900.000tonnes par an.

Les deux axes de désaccord sont les nuisances et les OGM.

Le premier point concerne les nuisances.

Est ce bien raisonnable d’accentuer l’implantation d’une telle usine à notre époque ?

Les citoyens ne veulent plus supporter des décisions en simple spectateur, surtout s’ils subissent des désagréments aussi importants résultant de la production d’une telle usine.

N’aurait il pas fallu pour l’intérêt même de Cargill, revoir la situation géographique de l’usine ? Mais hélas, le besoin de rentabilité immédiate d’une telle entreprise est fort, beaucoup plus qu’une projection dans l’avenir d’une telle production dans la ville.
Ce que l’on peut craindre, ce sont les allergies croisées avec les poussières de soja.
Le soja est un allergisant qui pourrait accentuer chez les individus prédisposés leurs allergies ou augmenter leurs crises. Car c’est bien la notion de sensibilité qu’il faut prendre en compte, et celle-ci est variable selon les personnes. Mais le risque est accru avec l’augmentation des poussières de soja .

Aujourd’hui, tout le monde parle de « durable » comme d’un logo sans réellement tenir compte du contenu.
Et pourtant cela concerne avant tout une modification des comportements dans les prises de décisions. Et nous en sommes encore très loin lorsque que l’on voit de telles décisions.

Comme il n’y a pas de distinction faite entre les OGM et les sans OGM dans les produits (soja et colza) arrivant à Brest avant transformation, on peut en déduire que l’accroissement de la production induit une augmentation de tourteaux qui est un élément de l’alimentation animale aujourd’hui ; ce qui de fait ne laisse aucune possibilité aux éleveurs de savoir si oui ou non ce qu’ils donnent à leurs animaux est avec ou sans OGM,ce qui nuit à l’intérêt de l’agriculteur, si celui-ci veut créer de la valeur ajoutée sur ces animaux, mais cela favorise l’industrie agro-alimentaire classique qui a besoin de matière première à bas coût.

Pour nous, consommateurs que nous sommes, il n’y a aucune étude faite sur le long terme de l’impact réel ou imaginaire des OGM sur notre santé, même avec des pourcentages faibles d’OGM. Les études se font en laboratoire sur 90 jours maximum et pas un de plus. L’avis du préfet aura probablement beaucoup plus d’impact sur l’économie bretonne en ouvrant les vannes comme il vient de le faire.


Pourquoi le million ?

Tout simplement, parce que dans l’autorisation donnée par le préfet, il doit y avoir une tolérance de plus ou moins 10%, comme celle qui existait dans l’ancienne autorisation, ce qui nous donne le plus légalement 990 000 tonnes.

Et Cargill finit par indiquer, après autorisation, l’arrivée prochaine d’un nouveau four dit moins polluant mais de capacité supérieure pour faire face à la nouvelle autorisation.

Donc on peut conclure que l’on prend en compte uniquement l’intérêt unique de l’entreprise.

Merci Monsieur le préfet et bonne année à vous.


Yann Masson

Posté le 20 janvier 2006 par Yann Masson
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info