Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Moyen Orient : halte aux massacres

Le conflit au Moyen Orient ne semble pas devoir connaître de fin.
Mercredi 28 mars à 18 heures
au monument aux morts de Brest

En dépit de l’effondrement de l’Etat Islamique, prétexte officiel à l’intervention de diverses coalitions présentes sur le terrain, la guerre se poursuit en Syrie.

Après Homs et Alep, c’est aujourd’hui la Goutha orientale qui subit les attaques des forces du régime d’Assad appuyées au sol par les milices chiites parrainées par l’Iran et dans les airs par l’aviation russe. Piégées dans une ville en ruine soumise à des bombardements incessants, les populations civiles (400 000 personnes) y vivent à leur tour un martyre.

Depuis le début de l’offensive à la mi-février et en dépit de la pause humanitaire votée par le Conseil de Sécurité de l’ONU, ce sont plus de 1000 civils dont près d’un quart d’enfants qui sont tombés sous les frappes du régime.

Au nord, sous prétexte de juguler la « menace terroriste kurde », c’est l’invasion par la Turquie du canton d’Afrin. Poursuivant une politique de la terre brûlée déjà appliquée aux régions kurdes de Turquie, les forces turques appuyées par des groupes terroristes islamistes ont réussi à prendre la ville d’Afrin, prélude au nettoyage déjà annoncé de l’ensemble du territoire kurde de la Rojava qui borde la frontière. La France et l’Union européenne doivent parler plus fermement, condamner la politique d’Ankara.

Un autre foyer de crise est le Yémen où, depuis trois ans maintenant, une guerre menée par les plus riches pays du Moyen Orient – voire du monde - contre le plus pauvre se poursuit, dans une large indifférence politique et médiatique.

Armée par les puissances occidentales, au premier rang desquelles la France qui trouve là un marché juteux, la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite y conduit un combat sans merci contre des forces locales soutenues par l’Iran. Bombardements et tirs d’artillerie intensifs des forces de la coalition, famine et propagation du choléra du fait du blocus humanitaire imposé par Ryad : le bilan provisoire du conflit s’élève à plus de 10 000 morts parmi les populations civiles et près de 3 millions de déplacés.

Le Moyen Orient est sans doute aujourd’hui la région où les dangers d’un embrasement du monde sont les plus grands. Nous devons tous, militants de la paix de tous les pays, unir nos efforts pour arrêter l’escalade et permettre à ces peuples martyrs de vivre enfin en paix et de choisir librement leurs dirigeants.

Alors mercredi 28 mars :

  • Manifestons notre solidarité avec le peuple syrien et tous les peuples de la région en lutte pour leur liberté
  • Demandons à nos dirigeants l’arrêt immédiat de toutes ventes d’armes aux belligérants
  • Réclamons l’ouverture d’un sommet de l’ONU afin de trouver une issue politique aux conflits qui embrasent aujourd’hui le Moyen Orient

Le Collectif Paix au Moyen Orient

Le Collectif Paix au Moyen Orient regroupe des représentant-e-s d’organisations politiques et syndicales, d’associations et de mouvements pacifistes et, à titre personnel, des citoyens et citoyennes.
Posté le 27 mars 2018 par Manon
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info