Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Emissions raccourcies ou coupées en deux sur le service public, fréquences non attribuées à des radios privées en langue bretonne

Langue bretonne : les attaques dans l’audiovisuel se poursuivent


Des émissions en breton coupées en deux sur FR3

Malgré plusieurs mouvements de protestation ces derniers mois (personnels de
France 3 Iroise contre la suppression des journaux locaux lors des fêtes de
fin d’année 2005, auditeurs de France Bleu Breizh Izel contre la
suppression des émissions produites localement), la rentrée dans l’
audiovisuel public en Bretagne se traduit par de nouveaux reculs. Ainsi, l’
émission hebdomadaire en langue bretonne de France 3 a été coupée en deux
parties, dont l’une (incluant l’émission spécialement destinée aux jeunes)
est à présent diffusée le samedi matin, à une heure, où les téléspectateurs
sont particulièrement nombreux. Il sera ensuite plus facile de la supprimer,
en arguant du manque d’audience.

Sur France Bleue aussi

Sur France Bleu Breizh Izel, les attaques se poursuivent également, puisque
le magazine quotidien en langue bretonne a été raccourci d’une heure, et se
termine dorénavant à 20 heures au lieu de 21 heures.

Les demandes de fréquences des radios en breton écartées par Comité
Technique Régional

On aurait pu penser que l’attribution des nouvelles fréquences sur la bande
FM aurait permis de donner une meilleure couverture aux radios associatives
bretonnantes, notamment à Arvorig FM et Radio Kerne. Mais le Comité
Technique Régional, émanation régionale du CSA, a refusé toutes leurs
demandes et préféré privilégier les grandes radios commerciales, au moment
même où l’on célèbre le 25 ème anniversaire de l’apparition des radios
libres. On est décidément bien loin de l’esprit d’origine des pionniers de
la bande FM.

Cette décision aura pour conséquence de priver de nombreux secteurs de
Bretagne, où les brittophones sont encore nombreux, de la possibilité de
recevoir une radio en breton. C’est notamment le cas de l’ouest du pays de
Brest, qui est pourtant l’un des pays de Bretagne, où le nombre d’élèves
scolarisés dans les filières bilingues est parmi les plus élevés.

Yann – Fañch KERNEIS

Posté le 25 octobre 2006 par Yann Fañch Kernéis
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info