Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

[Conseil de métropole] Convention-cadre Brest métropole – Chambre d’agriculture

Intervention au conseil de métropole du 12 octobre 2018 en réaction au vote de la délibération n°2 sur l’Approbation du projet de convention-cadre pluriannuelle de partenariat entre Brest métropole et la Chambre d’Agriculture de Bretagne.

 

Intervention de Ronan PICHON, Vice-président de Brest Métropole en charge du numérique, de l’économie sociale et solidaire et du développement durable, Conseiller municipal :

 

Monsieur le Président, cher.e.s collègues,

Nous sommes invités à nous exprimer sur une convention entre Brest métropole et la Chambre d’Agriculture du Finistère. Cette proposition de convention est une marque de reconnaissance réciproque de deux mondes qui se sont trop souvent tournés le dos, les villes et les campagnes. Elle rappelle qu’il peut être possible pour ces deux mondes de vivre ensemble, alors même que pendant trop longtemps l’espace urbain a goulument avalé les espaces agricoles pour y construire des lotissements, des routes, des zones commerciales à n’en plus finir, bref à constituer ce paysage qui est justement appelé « la France moche ».

L’agriculture, ici comme ailleurs, est un enjeu important, et même vital à plus d’un titre. Ainsi il n’est pas inutile de rappeler que c’est l’agriculture et ses fruits qui dictent à la fois la quantité et la qualité de ce qui se trouve dans nos assiettes plusieurs fois par jour. Il faut reconnaitre que si l’agriculture bretonne actuellement dominante a su répondre au premier point, elle a encore des progrès à faire sur le second.

Ensuite, c’est rappelé dans la délibération, les activités agricoles occupent un espace important dans notre territoire où, par nature, elle travaille le vivant, qu’il s’agisse des animaux, des plantes ou des sols. La qualité de l’agriculture pratiquée détermine le sort qui est fait à la vie avec laquelle elle travaille : les souffrances animales, herbicides, pesticides, fongicides, intrants chimiques, destruction des sols, des talus, pollutions des eaux sont encore trop souvent le prix que la vie paye pour certaines pratiques agricoles. Il en existe pourtant d’autres qui satisfont les besoins humains sans nécessiter ces outrages.

Enfin, l’agriculture et les activités qui y sont liées sont des éléments importants de l’économie de notre territoire qui se situe à la pointe d’un pays, la Bretagne, où l’agriculture, la mer et la nature sont incontournables.

A la lecture de la convention, l’accent est mis sur ce dernier point, l’économie. Cependant, nous ne pouvons que regretter la prise en compte minime de l’aspect durable d’un projet agricole d’avenir.

A la lecture de la convention, il est question de soutenir l’installation de jeunes agriculteurs pour une production agricole qualitative et pérenne. Il est également question d’innovation et de passerelles entre l’agriculture et les autres pôles d’excellence présents sur le territoire (FrenchTech, santé, technologies de la mer etc).

C’est avec grand étonnement que nous nous constatons qu’il n’est fait mention nulle part de l’eau, pourtant au cœur de nombreux enjeux agricoles depuis longtemps et notamment en Bretagne. On sait que les algues vertes causent de nombreux déséquilibres des milieux naturels et des nuisances importantes pour l’activité touristique. Ces algues sont principalement causées par les élevages porcins intensifs, on est donc en droit de se poser la question de la prise en compte de ces enjeux par ce secteur d’activité.

Alors même que des alertes récentes sur la qualité des eaux de la rade de Brest par la préfecture du Finistère qui y a relevé un taux anormal de pollutions, nous rappellent que cette question de la pollution des eaux demeure, et ce malgré le travail effectué, souvent sous la pression d’associations environnementales, d’élus locaux, de l’Union Européenne et en dépit de la mauvaise volonté affichée depuis des années, tant par l’état français que certaines organisations agricoles sur le sujet.

Par ailleurs, alors que l’appel pour l’interdiction des pesticides mobilise des milliers de personnes partout en France, nous nous étonnons de l’absence de prise en compte de cette problématique de santé publique. Le gouvernement a cédé devant le syndicat dominant dans les Chambres d’agriculture en refusant d’inscrire l’interdiction du glyphosate dans la loi mais, pour la santé des bretonnes et des bretons, il est impensable que le secteur agricole ne s’empare de ce sujet préoccupant.

Enfin, les consommateurs ont compris l’importance d’une agriculture respectueuse de l’environnement pour leur santé et celle de leurs enfants. Cette prise de conscience induit un changement dans les consommations et, par conséquent, cela devrait entraîner un changement dans les manières de produire. Actuellement la demande en produits issus de l’agriculture biologique est de plus en plus forte et l’offre est largement insuffisante. Il est peut-être temps, au vu des incertitudes pesant sur la nouvelle Politique Agricole Commune au niveau de l’Union Européenne et des insuffisances actuelles en termes de financement de cette agriculture, de soutenir au niveau local le développement de cette filière d’avenir.

Même si, depuis notre interpellation en commission, l’agriculture biologique est maintenant évoquée dans cette convention, elle est encore loin d’être au cœur du projet agricole de la région Bretagne. Le projet agricole de territoire, lui, devra mettre cette agriculture au centre de ses préoccupations et nous nous en assurerons.

Notons tout de même que la cellule foncière est un élément important et positif de cette convention.

Pour conclure, si nous estimons souhaitable le principe de cette convention, nous en estimons le contenu largement insuffisant pour l’heure, c’est pourquoi nous nous abstiendrons.

Blog des élu.e.s EELV

Blog des élu.e.s EELV Brest ville et métropole
URL: https://www.brest-eelv.fr/
Posté le 16 octobre 2018 par elues-eelv@brest
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info