Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Discours de mobilisation lors de la Marche pour le climat du 8 décembre

Lors de la Marche pour le Climat du 8 décembre dernier, les personnes présentes ont pu monter à la tribune en guise d’introduction à la marche, avant que l’alarme climatique ne résonne dans les rues brestoises à 16h15 tapante. Ronan PICHON, élu écologiste de Brest métropole, a pu s’exprimer à cette occasion :

Aujourd’hui, nous sommes rassemblé.e.s pour affirmer qu’il y a une urgence climatique et qu’il est impératif d’agir pour limiter le dérèglement climatique.

Que signifie cette urgence climatique ? Depuis 50 ans, les écologistes de tout poil répètent, à l’envie et un peu dans le désert, que notre société capitaliste de consommation est en train de détruire les possibilités de la vie sur la planète. Nous y sommes, l’effondrement de la biodiversité, les pollutions généralisées et le dérèglement climatiques sont autant de signes qu’une croissance infinie dans un monde fini est impossible et que nous en touchons les limites aujourd’hui.

Nous sommes dans l’anthropocène, l’ère où l’humanité modifie la planète et nous sommes en train de basculer dans la thanatocène, l’ère où l’humanité détruit la possibilité de la vie même.

Ce tableau peut être déprimant, voire glaçant, alors que faire ? Tout d’abord, ne pas désespérer, mais également ne pas se voiler la face en attendant un quelconque sauveur suprême, dieu, césar ou tribun, ou pire un éventuel bouleversement qui viendrait tout résoudre.

Nous devons être et rester lucides et exigeants.

Lucides, parce que si les changements nécessaires sont possibles, ils demanderont du temps : une, deux, trois générations peut-être. Mais ils doivent commencer maintenant. Ils ont déjà commencé d’ailleurs, toutes celles et ceux qui sont engagés dans les mouvements alternatiba, dans les transitions, dans les énergies citoyennes, dans les solidarités locales et internationales sont des bâtisseurs de ces changements.

Exigeants, parce que quelques soient les résultats obtenus, il faut garder à l’esprit que l’ampleur de la tâche devant nous est telle qu’il faudra toujours exiger davantage. Ce n’est pas la politique des petits pas, mais celle d’une marche résolue pour une transition écologique et solidaire.

 

Nous devons réassigner des objectifs sains à l’économie. Il n’y a d’économie que politique. Nous avons donc le droit, et même le devoir, en tant que citoyen·ne, de décider quelle économie nous voulons, au service de quelles valeurs et de quelles finalités. La question qui en découle est quelle société voulons-nous ? Quelles sont nos priorités ? Les profits de quelques-uns ou les conditions de vie du plus grand nombre ?

C’est, au fond, la question posée à la fois par le mouvement pour le climat et par le mouvement des Gilets jaunes en des termes qui aujourd’hui peinent à converger mais qui doivent impérativement se rejoindre si nous voulons parvenir à conduire un changement de modèle.

Nous ne demandons pas le report de la taxe carbone. Mais nous demandons une autre politique fiscale. La fiscalité doit être juste, redistributive et écologique.

Juste dans le sens ou les plus riches doivent contribuer fortement à l’effort de guerre que nous devons engager pour faire face à la crise écologique.

Redistributive parce que l’outil fiscal doit servir à lutter contre les inégalités.

Écologique par ce que la pollution doit être taxée, pour que la question environnementale soit enfin prise en compte.

Sans prise en compte de la question écologique, il ne peut pas y avoir de justice sociale et réciproquement, parce que ce sont celles et ceux qui sont les victimes des injustices sociales qui paient en premier le prix de la non prise en compte de la question écologique.

Il faut s’investir à tous les niveaux : individuels, dans des collectifs, des associations, des syndicats, des coopératives, des partis, avant les élections, pendant et après pour porter collectivement cette exigence commune.

Alors, aujourd’hui, on continue, on réfléchit et ce ne sera pas triste.

Blog des élu.e.s EELV

Blog des élu.e.s EELV Brest ville et métropole
URL: https://www.brest-eelv.fr/
Posté le 13 décembre 2018 par elues-eelv@brest
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info