Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Guerre de l’eau en Bretagne : la chasse à "l’écol-eau" est ouverte !

Mardi 27 février 2007 au matin, les militants brestois de l’Association "Eau et Rivières de Bretagne" découvrent leur local saccagé. Sur le mur un bombage menaçant de mort le président de S-eau-S, adhérent de l’association et membre du Comité National de l’Eau. Déjà le Vendredi 23 février le local de Eau et Rivières de Guingamp avait fait l’objet d’une effraction.

A Brest le saccage est signé. La gendarmerie a repéré dans la nuit une cinquantaine d’agriculteurs réalisant des bombages sur les panneaux routiers, près de Landerneau, de l’échangeur de la voie express menant à Brest. Bombages explicites à l’encontre des associations de protection de l’environnement avec menaces nominales de mort.

- >lire la suite de l’article Guerre de l’eau en Bretagne : la chasse à "l’écol-eau" est ouverte.

sur le site de S-eau-S

Posté le 2 mars 2007 par Gérard Borvon
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Mars 2007
    09:15

    Bêtise quand tu nous tiens !

    par Chris Perrot
    Ces actions de saccages tiennent plus de la bêtise qu’autre chose car ne servent absolument pas "l’image" d’une profession qui a besoin du soutien de la population. Ces actions ne servent non plus la démarche des professionnels de l’agriculture qui s’approprient de plus en plus des pratiques respectueuses de l’environnement. Le chemin sera long mais l’enjeu vaut déjà la chandelle pour une réelle reconquête qualité des eaux bretonnes. De fait la réponse à ces actes de bêtises infantiles et irresponsables n’est pas de les surmédiatiser à outrance par ceux qui en ont été les victimes au risque qu’on les accusent eux même d’entretenir le brasier de l’incompréhension ou de la spéculation populiste à la veille d’échéances électorales. Le temps de la contestation légitime passée, laissons aux autorités faire leur enquête et l’on peut l’espérer pour une fois, sait t’on jamais, que la justice sanctionne les voyous qui ont proférés des menaces de mort à l’intention de militants écologistes et sagagé un local associatif.