Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

L’outillage – action publique & communs

Pour Millénaire3, le site de prospective de la métropole du Grand Lyon, l’agence de design d’intérêt général Vraiment Vraiment a décrit les formes de l’action publique, une tentative d’élaboration d’un alphabet de l’action publique

Et si l’utopie pragmatique des communs pouvait compléter et enrichir cet alphabet ?

Et s’il fallait esquisser un alphabet de l’action publique en communs pour un monde habitable ?

Retrouvez l’ensemble de la série et le billet de lancement qui explique cette série.

Que fait l’action en Communs ?

L’action en communs mise sur l’innovation ouverte pour l’efficacité des dispositifs. Ouvert ne veut pas dire libre, ni gratuit. Ouvert, cela signifie que les commoners peuvent s’inspirer les uns des autres et créer des cercles vertueux avec les entreprises et les collectivités. Ouvert signifie que les règles de réutilisation de ce qui a été mis au pot commun sont claires d’un point de vue juridique.

Gabriel Plassat l’explique clairement dans cette excellente Tribune.

Plus les dépendances entre les parties prenantes d’un domaine ou d’un problème sont nombreuses et inter-liées, plus il devient difficile à chaque acteur de se coordonner avec une multitude d’autres intervenants quand les ressources sont fermées et brevetées. À l’inverse, l’utilisation de ressources ouvertes démontre alors leur supériorité car elles permettent à un groupe qui les emploie de les utiliser plus rapidement, de s’ajuster et se reconfigurer en permanence. Il y a alors moins de barrières, plus de liens, plus d’innovations. Pour chaque ressource, les conditions d’accès doivent être définies pour qu’elle soit utilisable, manipulable par un maximum d’acteurs.

Quels enjeux pour des partenariats-publics communs ?

Si les acteurs publics ou leurs opérateurs metttent à disposition des objets, connectés ou non, quels sont les droits qui y sont attachés ?

Est-ce efficace de pratiquer le don de tablettes propriétaires financées par de l’argent public à des centaines de collégiens, le plus souvent sans accompagnement ? Le plus souvent, ceux qui en tirent profit sont les plateformes de revente de produits d’occasion…

Si de grands progrès ont été fait du point de vue des données ouvertes, il faut reconnaître que la conception de nouveaux objets financés par l’argent public ne produit pas de communs…

Certaines collectivités (je n’y suis pas pour rien) comme la métropole Européenne de Lille ont pris conscience de l’importance de libérer les droits sur la conception de nouveaux dispositifs.

Les clauses de propriété intellectuelles des marchés publics concernant les plans ou modes d’emploi de dispositifs conçu par des designers stipulent la libération des livrables. Le choix s’est porté sur une licence de partage à l’identique permettant d’enclencher des cercles vertueux de réutilisation. Une entreprise ou une association ou une autre collectivité peut ainsi réutiliser les dispositifs en s’engageant à citer l’acteur public et le créateur initial mais surtout en repartageant les éventuelles améliorations sous la même licence.

Ces licences portent sur les contenus immatériels, les dispositifs juridiques portant sur les objets eux-mêmes relevant du droit de la propriété industrielle et sont moins faciles à manipuler.

Plus largement, quel est le degré de participation des citoyens au choix des objets prêtés, qu’il s’agisse du prêt de tablettes dans les collèges ou des suggestions de nouvelles acquisitions de livres dans les bibliothèques ? De nombreuses bibliothèques aujourd’hui acceuillent les demandes des usagers mais gardent toujours le contrôle sur le choix final des achats (alors que cela ne représente qu’un pourcentage très réduit de leur collections, sans risques de déséquilibres).

Et lorsqu’un opérateur innove ou qu’une collectivité crée une solution en interne, via un prestataire ou via un opérateur, qui le sait en dehors de la collectivité ? comment accéder aux sources (plan, modes d’emploi, cahier des charges, etc.) ? Il y a là un terrain très large à explorer, dans le sillage des plateformes de données ouvertes.

Trop souvent l’outillage public est paternaliste et filtré par les détenteur de l’intérêt général… et s’il était temps de lâcher prise ?

Et s’il était temps de promouvoir un design OUVERT des politiques publiques ?

Comment faire pour que les designers nous aident à partir des communs pour innover ?

Comment faire monter en puissance une innovation publique incrémentale ?

Quelles formes concrètes ? Quels exemples ?

J’aime bien ce cadenas connecté ouvert pour promouvoir le vélopartage !

Cadenas Connecté O.S. pour Vélo Partagé

Description en une ligne : Développer un cadenas pour vélo open source et connecté Description : Ce nouveau service de vélopartage vous permet de louer le vélo d’un particulier pendant une journée ou plus pour vos déplacements quotidiens ou vos loisirs. Les vélos sont laissés à disposition pendant les horaires décidés par les propriétaires.

J’explique dans cet article comment on va ouvrir les livrables des dispositifs conçus par les designers qui travailleront pour la MEL :

Communs et action publique, concrètement ?

Si de plus en plus de collectivités s’intéressent aux communs, bien peu ont un ensemble d’actions cohérentes et lisibles. Rien d’étonnant car le sujet émerge, il est complexe et interroge en profondeur l’action publique.

Ce capteur d’humidité Bonair est un très bon exemple, il est juste génial, il fonctionne et il a été financé par le département de la Gironde. Je sais que les sources sont libres, les designers me l’ont affirmé, mais il est très difficile de trouver les sources en ligne… Résultat, chacun devra réinventer la même chose dans son coin, les collectivités perdent en efficience de l’action publique et les designer risquent d’y perdent en impact de leurs actions…

Capteur Bon’ Air

Capteur Bon’air Graphisme pour le test d’un dispositif permettant de détecter un taux d’humidité supérieur à 65%. Ce cône vise à repérer les foyers en précarité énergétique en Gironde. Une fois installé, il change de couleur si l’humidité de la pièce est supérieure à la valeur seuil et affiche un numéro de contact.

@Brest

Site coopératif du groupe citoyenneté et nouvelles technologies du pays de Brest
URL: http://www.a-brest.net
Posté le 13 mars 2020 par Admin
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info