Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Non à la Marchandisation de l’eau de l’Elorn !

Oui au maintien de l’usine de traitement de l’eau sur l’Horn. Non au prélèvement supplémentaire sur l’Elorn par le syndicat de Landivisiau

Un communiqué de S-Eau-S

On se souvient que pour échapper à une amende de la part de la Commission Européenne, l’Etat français a décidé de fermer l’usine de production de l’eau de l’Horn. Une enquête publique est actuellement en cours dans les communes de Locmélar et Loc-Eguiner pour autoriser une augmentation du prélèvement d’eau à Goasmoal.

La demande est faite par le "Syndicat Mixte Intercommunal de Production et d’Eau Potable de la Région de Landivisiau" qui justifie sa demande d’augmentation de prélèvement par sa volonté de : "pallier l’abandon des autres ressources propres du SMI et surtout de subvenir, à lui seul, aux besoins de sécurité des collectivités voisines."

Non à la Marchandisation de l’eau de l’Elorn.

La lecture du dossier montre qu’aucune considération locale ne le justifie. En réalité le SMI de Landivisiau sort de son rôle. Il se comporte en "marchand d’eau" prélevant une ressource qui ne lui appartient pas pour la vendre aux communes du syndicat de l’Horn qui n’ont pas fait le choix de protéger leur propre ressource. Ce faisant il accepte de servir de paravent à l’Etat responsable de la situation.

Notre position :

Nous demandons le maintien des captages et de l’usine de traitement des eaux sur l’Horn. Cette fermeture a été demandée pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la santé publique. L’eau dans la rivière est certes de mauvaise qualité. Pour autant l’eau délivrée par l’usine, après traitement, répond aux normes officielles. La fermeture n’a pas été décidée par les collectivités locales concernées. Elle n’a pas été demandée par la Commission Européenne. Elle a été exigée par le gouvernement pour échapper à une amende qui serait venue sanctionner le laxisme de l’Etat. Nous ne pouvons accepter que l’Etat refuse d’assumer ses responsabilités en organisant une dangereuse et coûteuse fuite en avant. L’usine et les captages sur l’Horn doivent être maintenus.

Nous refusons l’augmentation du prélèvement à Goasmoal. Avec ou sans le maintien de l’usine sur l’Horn, un prélèvement supplémentaire sur l’Elorn pour alimenter les zones polluées est inacceptable. L’Elorn ne peut devenir la seule ressource de l’essentiel du Nord Finistère ! L’eau de l’Elorn ne doit pas payer le prix du laxisme de l’Etat.

Nous demandons un plan volontariste de récupération de la qualité de l’eau dans l’environnement. Un plan qui, en priorité, ramènera la qualité de l’eau dans l’Horn et dans l’Aber Wrac’h et permettra le maintien des deux usines installées sur ces rivières. Un plan qui s’étendra à l’ensemble du bassin versant avec l’objectif de respecter le Directive Cadre Européenne dès 2015.

Nous invitons les communes du syndicat de Bassin de l’Horn à se mobiliser pour le maintien de leur captage et de leur usine et pour la récupération de la qualité de l’eau dans leur environnement.

Nous invitons toutes les collectivités concernées par la gestion de l’eau de l’Elorn à s’opposer à ce prélèvement à Goasmoal.

Nous invitons chacune et chacun à consulter le dossier d’enquête publique et à y consigner ses remarques jusqu’au 15 janvier aux mairies de Locmélar et Loc-Eguiner.

Pour l’association S-eau-S, Gérard Borvon

- télécharger le mémoire déposé par l’association S-eau-S
Enquête publique usine de traitement de l’eau de Goasmoal

RTF - 21.3 ko
Posté le 10 janvier 2008
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info