Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Pourquoi pas des pelouses avec des pissenlits ?

La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

Il faut absolument réduire l’utilisation des désherbants

(d’après la revue « Que Choisir »)

L’eau est polluée par les produits phytosanitaires en milieu urbain de manière alarmante !

Les études menées à Rennes depuis 3 ans ont démontré que les agriculteurs n’étaient pas les seuls coupables, car en milieu urbain, les particuliers et les communes utilisent les désherbants chimiques.

Cette agglomération a alors engagé une politique dans les années 90 « zéro désherbant en ville », en réaction à cette constatation, et le budget pesticides de la ville de Rennes a pratiquement diminué de moitié en un an.

On a privilégié la végétation spontanée, pratique très éloignée de ce qui se fait dans la majorité des communes françaises où l’on chasse le moindre brin d’herbe entre les gravillons, au pied des arbres, et où les pelouses sont exemptes de pâquerettes et de pissenlits !

Les conséquences sur la qualité de l’eau de l’utilisation des pesticides en milieu urbain ont été surveillées pendant trois ans à Vezin-le-Coquet, commune de 4.300 habitants à côté de Rennes :

> Dans le cours d’eau à l’entrée de la commune pour la pollution en provenance des zones agricoles.

> Dans le collecteur d’eau de pluie au pied d’un lotissement : pollution due aux jardins particuliers.

> En sortie de l’écoulement des eaux du terrain de sports pour étudier les conséquences du traitement de la pelouse sur la rivière.

Chiffres et résultats :

-  en 2000 la teneur en glyphosate de l’eau en aval du centre était de 180 µg/l pour une norme fixée à 0,1µg/l ; dès le choc de ces résultats la commune, qui avait déjà stoppé le désherbage systématique, cesse aussi l’utilisation des désherbants chimiques sur la voirie, les trottoirs, les allées du centre
- en 2001, l’effet se manifeste et la teneur en glyphosate tombe à 28 µg/l, puis en 2002, après un abandon des traitements chimiques on arrive à 1,1µg/l .

Un changement radical de comportement qui donne des résultats spectaculaires !

(en 2 ans, de 1999 à 2001, les agents communaux ont réduit l’utilisation de matières actives de 43 kg à 7 kg et depuis ils ont encore diminué.)

- Quant à la pollution due aux particuliers, elle est très importante, on arrive à 79 µg/l en 2002, et pour la pelouse du terrain de sports c’est plus qu’alarmant : 600 µg/l dans l’eau d’écoulement récupérée……….

Roland Gicquel, spécialiste de la question à Rennes Métropole, déclare : « Les conclusions générales de cette étude sont très préoccupantes, alors que Vezin travaille depuis longtemps sur la qualité de l’eau et de son environnement, le bilan serait encore plus alarmant ailleurs.
Il ne s’agit plus de traiter de façon raisonnée en milieu urbain : il faut définitivement abandonner le désherbage chimique en ville.
Les molécules sont testées pour un usage en pleine terre. Les sols urbains ne sont pas assez riches pour les fixer et les consommer. Elles sont entraînées par ruissellement à chaque pluie.
 »

Les pesticides , que ce soit sur du bitume, milieu imperméable ou sur une allée plantée d’arbres, milieu perméable, sont rejetés , au final vers le milieu avec la même importance : ces constats valent pour la France entière, contrairement à la pollution par les nitrates qui est plus locale (concentration des élevages hors sol)

Devant cette situation alarmante il est impératif que les communes et les particuliers renoncent à l’usage des pesticides et que chacun prenne conscience des enjeux de santé pour les populations ; de plus on peut se demander quel est le devenir des résultats de dégradation des molécules ? les métabolites qui sont rejetés dans la nature et difficiles à comptabiliser.

De nouvelles habitudes sont à prendre, à tous les niveaux, au Québec, par exemple, il est interdit de traiter les pelouses, en Suède il faut des autorisations spéciales pour le faire, à Stockholm, en Allemagne et aux Pays Bas on laisse libre cours à la végétation spontanée sur les bords de trottoirs , au pied des arbres..

Posté le 5 septembre 2003 par Jocelyne Kerneuzet
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Janvier 2014
    14:42

    La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    par troll
    je trouve que cet article n’est pas complet !!!
  • Février 2013
    09:50

    La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    par desainjean
    merci grâce a vous 18/20 à l’exposé.
  • Janvier 2013
    17:12

    La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    par bob amenan
    slt aujourd’hui ou nous sommes,nous avons intérêt a protéger notre seul source de vie car a mon avis,et j ’suis sur que vous le partagez ,une journée sans eau serais un catastrophe pour l’humanité donc pour moi le sujet de l’eau est a prendre au sérieux. tous luttons pour un meilleur lendemain de l’eau ;(même les pesticides s’utilisent avec de l’eau donc évitons de nous toxiquer nous même
  • Mai 2011
    19:04

    La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    POUAQUIO LES SENEGALAIS NE REASI PAS CONTRE LA POLLUTION
  • Mai 2011
    19:57

    La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    ce site nous renseigne très bien sur la pollution des eaux et il m’a même aider pour mon exposé . Merci :)
  • Mai 2011
    19:56

    La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    los paillados en force ;)
  • Mars 2010
    11:37

    La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    tagger a l’aide d’un pochoir les tonnes a lisier des agricos " je contribue a la pollution"
  • Avril 2005
    13:24

    > La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    par Christina
    Bonjour J aimerai avoir toutes les informations ou moyens permettant de lutter contre la pollution
  • Février 2004
    15:20

    > La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    par Mathieu Le Bouter
    Pour améliorer les pollutions liés aux phytos en milieu urbain, il faudrait déjà nettement changé les mentalités des employés de service jardins et espaces verts ainsi que ceux du secteur privés (paysagistes nottamment) ;, ayant travaillé dans les deux milieux, j’ai constaté un manque de connaissances essentielles des pesticides de la part des utilisateurs qui se traduit par de graves négligeances lors de l’emploi de ceux-ci. Des formations aux caractéristiques de base des produits phytosanitaires et à leur maniement sont donc forcément nécessaires pour une bonne utilisation de ceux-ci. Enfin, ilest vrai et je partage tout à fait cet avis que l’usage des produits phytosanitaires dans les communes et aussi et surtout chez le particulier est vraiment dans plus de 90% des cas superflus car à cette échelle de travail, les solutions alternatives éxistent et sont facilements applicables.
  • Novembre 2003
    20:13

    > La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    par Marie-pier
    À notre école nous allons faire une vulgarisation sur l’eau. Comme se sujet me passionne j’aimerais avoir beaucoup d’informations et savoir si il existe des forums de coversation sur ce sujet.
  • Novembre 2003
    16:42

    et si il n’y avait pas que la pollution de l’eau

    par Stéphane Prost
    Il est exact de dire que les particuliers polluent tout autant si ce n’est plus qu’une certaine forme d’agriculture. Il est aussi intéressant de savoir que les agriculteurs qui utilisent des produits phytosanitaires doivent entreposer leurs produits dans des locaux isolés de leurs exploitations enfermer à clé pour éviter toutes manipulations par des personnes non avisés. Or que constate-t-on dans les grandes surfaces, par exemple ; le jardinier du dimanche va passer dans le rayon jardin prendre son produit de traitement et se balader dans tout le magasin. Alors attitude dangereuse ? oui,non ? Le sujet demande plus ample refléxion.
  • Septembre 2003
    08:55

    > La lutte contre la pollution de l’eau : Réduction de l’utilisation des pesticides en milieu urbain

    par kaol glas

    C’est bien pourquoi il faut arrêter de taper uniquement sur les agriculteurs. Il y a un sujet tabou, c’est celui de la pollution par les particuliers, les collectivités et les entreprises/magasins en périphérie qui accaparent d’immenses pelouses. On achète une maison principale ou secondaire de quelques centaines de m2. On n’a pas le temps de s’en occuper correctement. Et on badigonne aux truccides.

    Ce sont aussi et peut être surtout nos comportements de consommateurs qui posent problèmes.

    Les agriculteurs productivistes ou coincés dans le système poussent le bouchon loin. Ils ont quelques excuses. Le consommateur très peu.