Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Sénatoriales 2008 dans le Finistère : le statu quo

Les élections sénatoriales l’élection qui se sont déroulées le dimanche 21 septembre 2008, montrent, dans le Finistère, un statu quo. Le PS qui avait 3 élus sortants, les retrouvent.

Le PS a réussi à maintenir à distance Troadec, le maire de Carhaix, qui avec 7,9% des voix , fait un bon score, surfant sur la vague de son combat pour le maintien de l’hôpital de Carhaix.

Les Verts, à 3,4%, ont toujours du mal à se faire entendre dans une élection qui fait la part belle aux notables locaux et dont ils dénoncent l’objet même : un sénat peu démocratique (aux mains de la droite depuis toujours) et archaique.

A droite la division a régné en maitre. Du coup, l’UMP ne réalise qu’un score bien faible de 27%.
Le dissident UMP, Antoine Corolleur, a clairement fait perdre un élu à la droite.

Le centriste Michel Canevet, avec des 14% voix, a largement mordu sur l’électorat divers-droite (à 20 voix près il était élu).

Ailleurs en Bretagne, à noter l’Ille-et-Vilaine où la large victoire de la liste conduite par Edmond Hervé, l’ancien maire de Rennes, qui a remporté trois sièges sur quatre, alors que les 4 sièges sortants étaient détenus par la droite et le centre.


Les résultats dans le Finistère :

Sont élus :

2.137 inscrits, 2106 votants, 2.086 exprimés.
- PS : 922 voix
- UMP : 549
- Liste Canévet : 290
- Liste Troadec : 164
- Liste divers droite Coroler : 89
- Les Verts : 70
- FN : 2

- François Marc, 58 ans, sénateur sortant, conseiller général de Ploudiry, PS

- Maryvonne Blondin, 61 ans, conseillère générale de Quimper-Ergué,PS

- Jean-Luc Fichet, 55 ans, maire de Lanmeur, conseiller général, PS

- Philippe Paul, maire UMP de Douarnenez, UMP.

Posté le 22 septembre 2008 par Christian Bucher
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Septembre 2008
    10:48

    truc de notables et vote utile

    par Chris Perrot

    Quel intérêt pour ce "scrutin" où les places se partagent entre notables des grandes formations politiques qui ont par définition le plus d’élu-e-s dans les exécutifs locaux ? Les notables continueront encore à se reproduire entre eux.

    Ce qui m’a amusé dans l’accompagnement médiatique des résultats des sénatoriales c’est l’évocation de la bipolarisation virtuelle entre une "droite" et une "gauche". Avec un PS dont la démarche est désormais d’entretenir aujourd’hui l’illusion que ses élu-e-s servent encore des politiques de gauche. Après, entendre un soi disant leader de l’antilibéralisme local (sic) appeler à titre personnel au "vote utile" en appelant à voter pour un libéral socialiste finistèrien, cela devient risible. A mon sens ce dernier devait avoir à l’esprit sa probable négociation pour un strapontin pour les prochaines élections régionales de 2010. Quand l’utilité du "vote utile" commence par son propre intérêt d’aspirant notable...

    Enfin, il est à noter que pour ce scrutin les ordinateurs de vote n’auront pas été utilisés. L’opacité électorale ce ne serait bon que pour les crétins de base pas pour l’élite ?