Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Europe Écologie : pourquoi rejoins-tu le rassemblement ?

Paroles de Dany Cohn-Bendit, Eva Joly, José Bové, Cécile Duflot, Monica Frassoni, Yannick Jadot, François Alfonsi, Jean-Claude Besset, Pascal Durand

Dany Cohn-Bendit : « A force de présenter "l’Europe" comme fautive – au lieu d’y trouver les solutions – et de réduire le politique au périmètre du pouvoir, les gouvernements ont perdu la confiance des gens.

J’espère, avec cette dynamique nouvelle à l’oeuvre aujourd’hui en France, que nous saurons donner à chacun l’envie de s’investir et rétablir toute sa crédibilité à l’engagement politique. »

Eva Joly : « Je souhaite renforcer les structures européennes de justice et je pense que le rassemblement Europe Ecologie, indépendant vis-à-vis des partis politiques traditionnels et de leur passif, est le mieux à même de résister aux lobbies des intérêts particuliers, pour travailler à un monde plus juste, pour un véritable développement des pays du sud. Ce sont les conditions indispensables pour un développement durable, équitable et non conflictuel. »

Cécile Duflot : « Nous ne pouvons pas faire comme si nous avions l’éternité devant nous pour résoudre la triple crise, écologique, sociale et économique, qui s’impose à nos sociétés. Si les Verts participent au rassemblement Europe Ecologie, c’est parce qu’ils sont convaincus comme moi que l’unité des écologistes, politiques, associatifs ou altermondialistes, rassemblés en une même famille, est la meilleure manière d’inciter les Françaises et les Français à faire le choix d’un avenir vivable à partager au-delà de nos frontières. »

José Bové : « Le Manifeste qui fonde notre démarche unitaire pour les élections européennes de 2009 s’inscrit dans le prolongement de tous les combats que j’ai menés - avec d’autres - contre l’extension du camp militaire du Larzac, pour une Europe agricole qui abandonne le productivisme, contre la brevetabilité du vivant et les OGM, pour la notion de souveraineté alimentaire, contre l’extension des programmes d’énergie nucléaire, pour une Europe qui intègre enfin pleinement les dimensions sociale, écologique et démocratique. Je le signe et j’assume. »

Yannick Jadot : « J’ai décidé de quitter mes fonctions au sein de Greenpeace pour rejoindre le combat politique, maillon faible de la sortie de crise, pour contribuer à l’émergence d’une nouvelle offre politique, aux pratiques profondément changées. Vaste chantier, fondamental parce qu’européen. Je suis convaincu que notre rassemblement a le potentiel d’engager la transformation écologique et sociale, d’apporter les bonnes solutions et, ce faisant, de redéfinir les camps du progrès et du conservatisme. »

Jean-Paul Besset : « Les prochaines élections européennes ouvraient une fenêtre, offrant l’opportunité de porter le projet d’une société durable à l’échelon continental et permettant aux citoyens de traduire politiquement leur préoccupation. Donc, avec ceux et celles qui se sont serrés les coudes autour de l’essentiel au cours de la période récente, nous avons décidé d’y aller. Pour être nous mêmes jusqu’au bout. »

Pascal Durand : « Par refus de la fatalité : parce que je ne me résous pas à admettre que le monde actuel fixe les lignes directrices du futur. Par souci d’efficacité : parce que la gravité et l’urgence des enjeux écologiques nous obligent à dépasser nos différences et nous unir. Par exigence de fraternité. Par devoir d’humanité : parce que je ne peux rester sans réagir devant cette escalade productiviste et cette recherche effrénée du profit qui conduisent la planète dans une impasse et détruisent jusqu’aux fondements de nos démocraties en négligeant ses principes humanistes. »

Monica Frassoni : « Nous voulons rassembler ceux qui désirent s’ouvrir au futur. Ceux qui, avec des idéaux, ambitions, méthodes, rêves à chaque fois singuliers, veulent se mobiliser et sont convaincus que sans un espace de pouvoir démocratique européen, nous sommes condamnés au repli nationaliste, à la récession économique, aux aléas du désordre international et de ses nouveaux rapports de force. »

François Alfonsi  : « Je suis un autonomiste corse, et je représente également dans cette démarche des autonomistes et des régionalistes bretons, alsaciens, catalans, savoyards, basques et occitans. Car il existe en France une diversité des peuples et des cultures qui n’a jamais été reconnue, bien au contraire. »

Je signe, à mon tour, l’appel :

sur Europe Écologie :
le site internet
http://www.europeecologie.fr/


Premiers signataires, appel au rassemblement, Manifeste, blog, actualités, vidéos, actions… le site internet europeecologie.fr a ouvert ses pages aujourd’hui. Chacun est invité à lire, à signer, à adhérer, à parrainer, à signaler un événement, à créer ou rejoindre un groupe… autrement dit à mettre sa pierre à l’édifice du grand rassemblement des écologistes pour les élections européennes du 7 juin 2009. La démarche politique consiste à rassembler tous ceux et toutes celles qui souhaitent dépasser leurs divergences passées pour construire, autour des nécessités qu’ils partagent, une force qui pèse dans la société. Ni cartel d’organisations ni coalition d’intérêts électoraux, ce rassemblement entend additionner les différences pour provoquer une dynamique porteuse d’énergie et de mobilisation.

Posté le 20 octobre 2008