Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Elections cantonales des 21 et 28 mars 2004

Education populaire : les candidats Verts "Unis et solidaires" répondent au questionnaire du collectif d’associations de jeunesse

Au collectif d’associations de jeunesse
et d’éducation populaire du Finistère

Madame, Monsieur,

Vous savez certainement l’intérêt que les Verts portent aux associations, à l’économie du tiers secteur et à la démocratie participative. Autour de ces trois grands axes, voici des réponses aux questions que vous nous avez soumises :

Quelle place accordez-vous aux Associations de Jeunesse et d’Education Populaire aujourd’hui ? Et demain ?

Cent ans après la loi de 1901, l’association reste l’unité de base de la démocratie et les Verts ont une culture de l’action et de la politique qui s’enracine dans le mouvement associatif.
Aujourd’hui, Les Verts font résolument le choix des associations qui sont au service de l’intérêt général comme les associations de consommateurs, de défense de l’environnement, et d’éducation populaire.
L’éducation populaire forme les citoyens tout au long de leur vie et crée ce lien social dont on manque tant dans notre société. Les associations de jeunesse (sportives, artistiques, éducatives, etc.) et d’éducation populaire (à l’environnement, aux arts, aux langues, à la citoyenneté, etc.) sont bien évidemment des lieux sociaux de construction de notre avenir qu’il faut soutenir, encourager et développer.
Nous considérons l’ensemble de ces actions sociales comme des compléments indispensables aux services publics.

Quelles concrétisations envisagez-vous dans votre projet politique ?

Il faut maintenant redonner une nouvelle impulsion à l’organisation du secteur associatif et favoriser un nouveau développement de l’éducation populaire.
Il faut bien évidemment soutenir les efforts des associations d’éducation populaire dans ce nouvel élan d’autant que le champ de leurs interventions s’est très largement élargi à des secteurs comme l’éducation à l’environnement ou l’alter-mondialisation.
Une politique de relance associative ne peut se faire qu’en redonnant toute sa place aux organisations d’éducation populaire. Cela passe par des moyens supplémentaires mais aussi par une nouvelle redéfinition de leur statut et de celui des personnels qui les composent. Il est nécessaire de revendiquer un statut d’entreprise sociale et un vrai statut des personnels associatifs.

Dans le cas où l’Etat poursuivrait son désengagement, comment, en tant que membre de l’assemblée départementale, pensez-vous agir face aux nouvelles charges qui risquent d’incomber au département ?

Ce désengagement progressif de l’Etat est un mauvais coup porté à l’ensemble du monde associatif et aux associations d’éducation populaire en particulier ; le résultat est là, privées de moyens elles sont obligées de faire des choix douloureux en terme de personnels (contrats non renouvelés) ou dans les actions menées.
Dans le contexte actuel de démolition des droits sociaux, les conditions du transfert du RMI de l’Etat aux départements font craindre une nouvelle détérioration de la situation car il n’est pas encore certain que tous les moyens suivront.
Les collectivités territoriales sont et vont être de plus ne plus sollicitées. Pourront-elles répondre à toutes ces nouvelles demandes ? Rien n’est moins sur. Il faudra sans doute reconsidérer certaines priorités budgétaires. Les sommes investies dans le réseau routier sont-elles toutes indispensables ? Les Verts souhaitent que les nouvelles priorités budgétaires se prennent dans la concertation, au bénéfice de tous, et non sous la pression de quelques lobbies trop influents.

Comment pensez-vous travailler avec leurs représentations départementales ?

Le système électoral actuel (non prise en compte de la représentation proportionnelle) et la tendance hégémonique des « grands » partis, à droite, mais aussi à gauche, ne favorisent pas la représentation au conseil général d’un mouvement politique comme le nôtre qui est pourtant la 2ème force politique à gauche dans le département. En tout état de cause nous continuerons notre action d’interpellation vis à vis des représentations départementales.

Dans l’objectif de permettre la participation des associations à l’élaboration des politiques publiques, quelles instances pensez-vous mettre en place pour impulser et organiser cette dynamique ?

Pour nous l’objectif est de rendre le citoyen acteur de son avenir, c’est à dire construire un avenir où chacun sera reconnu et aura son mot à dire. Le slogan « faire de la politique autrement » se traduit chez les Verts par la volonté de concertation et d’implication des acteurs de la collectivité.

Les Verts souhaitent ouvrir le champ politique aux citoyens, et remettre le débat au centre de la politique. Elus au conseil général, nous chercherions à écouter les besoins, à impliquer les acteurs sociaux très en amont des projets. Nous rendrions compte régulièrement de nos actions par des bilans réguliers.

Nous souhaiterions mettre en place des structures de concertation et de coordination où seraient représentés les usagers (citoyens), les associations, les services publics et les élus afin de fédérer les efforts et de mieux mettre en évidence les besoins et d’évaluer les politiques menées.

Posté le 19 mars 2004
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info