Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

ELECTIONS RÉGIONALES DES 21 ET 28 MARS - LISTE BRETAGNE VERTE UNIE ET SOLIDAIRE

Ya d’ar brezhoneg

Notre projet pour la Bretagne - Hor c’hinnigou evit Breizh

Cette fiche est issue d’un document-programme qui ne prétend pas couvrir l’ensemble de nos propositions, loin s’en faut.

Il a été réalisé à partir des différentes contributions des Verts, de l’UDB, de la gauche alternative et de Frankiz Breizh.

Nous avons tenu compte aussi des constats et propositions faits par les associations et organisations que nous avons rencontrées.

Ces fiches programmatiques ne couvrent pas l’ensemble des questions de société mais constituent une base pour notre action future et prochaine au Conseil Régional de Bretagne.

Document ouvert, donc évolutif, il est possible de l’enrichir afin d’approfondir les thèmes abordés ou d’en traiter de nouveaux.

16 fiches en tout regroupées en 3 grands thèmes :
- 1) un environnement vital
- 2) choisir un développement humain, solidaire
- 3) une Bretagne ouverte sur le monde

une Bretagne ouverte sur le monde

fiche : Ya d’ar brezhoneg

ÉTAT DES LIEUX

- Moins de 300 000 personnes parlent le breton dans les 5 départements bretons soit 8 % de la population bretonne (dont les 2/3 ont plus de 60 ans).
- Seulement 8 857 enfants sont scolarisés dans des écoles ou des classes bilingues et 8 000 adultes apprennent le breton ( stages, cours du soir...).
- L’enseignement du breton en troisième langue ou en option a été supprimé dans 11 lycées en janvier 2004 et le nombre de postes ouverts au CAPES 2004 a été considérablement diminué pour toutes les langues régionales.
- Le gallo, partie intégrante du patrimoine linguistique de la Bretagne, souffre d’un manque de relais dans les secteurs urbains de Haute-Bretagne.

NOS OBJECTIFS GÉNÉRAUX

- Sauvegarde d’un patrimoine linguistique et culturel. L’enseignement à 25 000 élèves dans les établissements bilingues d’ici 2015 pourrait stabiliser le nombre de brittophones.
- Sensibilisation à la richesse linguistique.
- Développement de la langue bretonne, du gallo.
- L’ouverture aux régions d’Europe et du monde avec un effort particulier sur l’apprentissage des langues français / breton / gallo, mais aussi soutien à l’apprentissage d’autres langues européennes en perte de vitesse.

Budget : 4 millions d’€.

Un plan régional d’urgence de protection et de promotion de la langue bretonne et du gallo, dans la vie publique, les médias et l’enseignement, étendu aux 5 départements bretons.

LES ACTIONS A METTRE EN PLACE

L’ENSEIGNEMENT

- Dans le cadre du droit à l’expérimentation, transfert de compétence à la Région pour l’enseignement bilingue breton-français dans les trois filières existantes (Diwan, l’Education nationale, écoles confessionnelles sous contrat d’association), ainsi que pour les cours de langue (le breton comme matière enseignée) afin que tous les enfants qui le souhaitent puissent étudier et apprendre le breton. Transfert de compétence à la Région pour l’enseignement du gallo.

- Statut public régional pour les écoles Diwan, écoles immersives laïques et gratuites, qui permette la prise en charge : des salaires des personnels de Diwan qui ne sont pas pris en charge par l’État, du centre de formation pédagogique Kelenn, de la construction, de la rénovation et de l’équipement des établissements scolaires dans un cadre juridique sécurisé.

- Centre de formation pour les enseignants de breton. Ce centre rattaché à l’IUFM de Bretagne sera autonome tant du point de vue pédagogique qu’administratif. La langue véhiculaire du centre sera le breton. Une démarche similaire sera engagée pour les enseignants de gallo.

- Développement de la production des outils pédagogiques et linguistiques nécessaires aux enseignements bilingues breton-français (régionalisation de TES - Ti-embann ar skolioù brezhoneg) et à l’enseignement du breton et du gallo.

- Soutien à l’apprentissage de la langue bretonne par les adultes. La fédération DAO (Deskiñ d’An Oadourien) doit être renforcée, afin de développer l’apprentissage de la langue, sous toutes ses formes (cours, stages, etc.). Les emplois de formateurs en langue bretonne, créés par les associations, seront consolidés et des postes d’aides pédagogiques seront créés, afin d’améliorer la qualité de l’enseignement. Le réseau des Maisons de Pays sera conforté dans ses missions de diffusion de la langue. La formation professionnelle en langue bretonne sera développée.

LA CULTURE

- Création d’un service public breton de radio puis de télévision. Le CSA devra « libérer » les fréquences nécessaires afin que ce service public puisse diffuser ses programmes sur l’ensemble du territoire breton et que ceux-ci soient accessibles, sans surcoût, dans tous les foyers. Le service public régional de radio et de télévision devra permettre aux radios associatives d’émettre sur l’ensemble de la Bretagne. La mise en place d’une radio publique en langue bretonne sera l’une des priorités de ce service. Il s’attachera à promouvoir au quotidien toutes les langues de Bretagne : français, breton et gallo.

- Transfert de la compétence culturelle à la Région Bretagne avec régionalisation des crédits « Jeunesse et Sports » et de la DRAC (mesure déjà effective en Corse). Ce transfert de compétence permettra, dans le cadre d’une politique culturelle globale, d’étendre les moyens de diffusion du breton et du gallo comme du français : littérature, bande dessinée, théâtre, conte, cinéma, vidéo...

- Soutien à la vie culturelle et à la création en langue bretonne et en gallo. Le théâtre en langue bretonne en direction de tous les publics (enfants, jeunes, adultes) sera encouragé (formation d’acteurs, écriture, diffusion).

- Un Fonds de soutien à la presse et à l’édition en langue bretonne sera créé, afin de pérenniser les revues déjà existantes et de susciter la création de nouveaux supports de lecture diversifiés, en particulier pour les apprenants.
- L’avenir de la langue passe par son apprentissage et sa pratique au quotidien. Les associations mettant en œuvre des projets de centres aérés, de crèches, de centres de vacances, etc, en langue bretonne devront bénéficier d’un soutien particulier, leur permettant de proposer des activités diversifiées accessibles au plus grand nombre, tout au long de l’année

LA VIE PUBLIQUE

- Vote solennel du Conseil Régional par lequel ce dernier affirmera son attachement au patrimoine linguistique de la Bretagne (français, breton, gallo) et sa volonté de le préserver et de l’enrichir pour le transmettre aux générations futures.
- Officialisation de l’usage du breton à l’assemblée régionale : traduction en breton des documents publics (résolutions, rapports...).
- Généralisation de la signalisation bilingue sur le réseau routier breton (routes nationales, y compris les voies express, et routes départementales) et dans les autres infrastructures publiques de transport (gares ferroviaires, gares maritimes, aérogares...).
- Développement des moyens de l’Office de la langue bretonne, en particulier en direction des collectivités publiques, des associations et des entreprises.

retrouver toutes les autres fiches sur l’article présentant le programme de la liste Bretagne verte unie et solidaire

Posté le 19 mars 2004
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info