Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Elections Régionales mars 2010

Europe Ecologie Bretagne va demander au préfet de région d’interdire l’utilisation des machines à voter dans toute la Bretagne

Interview de Stéphane Bigata, élu vert de Lorient, secrétaire régional des Verts et de Damien Girard, également élu à la ville de Lorient

L’exemple de la ville de Lorient, qui a renoncé, à nouveau, à utiliser les machines à voter, lors des prochains scrutins régionaux, est exemplaire.

Il a été exposé par deux de ses élus verts venus à Brest à l’occasion d’une conférence de presse, prend un relief particulier au regard de la situation de la ville de Brest qui s’est voulue pionnière dans l’introduction de ces machines et qui bientôt risque bien d’être la dernière en Bretagne (et au delà ...?) à les utiliser.

Stéphane Bigata, par ailleurs secrétaire régional des Verts Bretagne, en a profité pour annoncer qu’Europe Ecologie Bretagne allait demander au préfet de région d’interdire l’utilisation des machines à voter dans toute la Bretagne.

Brest-ouvert : Bonjour, vous êtes élus lorientais, venus nous rendre visite à Brest pour parler des machines à voter. Je vous laisse tout d’abord vous présenter tous les deux.

Moi, je suis Stéphane Bigata, je suis conseiller municipal délégué à Lorient en charge du patrimoine bâti et par ailleurs secrétaire régional des Verts Bretagne.

Damien Girard, également élu à la ville de Lorient, conseiller municipal en charge de l’économie sociale et solidaire.

La ville de Lorient à rétabli les urnes transparentes à la place des machines à voter aux dernières élections européennes, qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

Stéphane Bigata : Et bien, déjà depuis toujours les Verts du pays de Lorient s’étaient opposés aux machines à voter. Nous avions accepté, enfin l’équipe précédente avait accepté un premier test, et à l’issue duquel le groupe Vert a marqué son opposition. Le groupe avait fini par s’abstenir sous une pression de la majorité municipale qui avait besoin de maintenir une sorte d’unité de la majorité, mais on avait quand même bien signalé notre désaccord.

Lors des dernières municipales on a réaffirmé notre désaccord avec ces machines à voter et considérer que ces investissements étaient une dépense inutile.

Lors des européennes, on a en plus réussi à démontrer que cela rendait les bulletins de vote absolument illisibles, car à l’époque il y avait 16 ou 17 listes, je ne sais plus, avec une vingtaine de candidats, ce qui faisait 360 noms que les gens devaient découvrir.
On avait réussi à démontrer que c’était illisible.

On avait obtenu que Lorient renonce à ce vote par les machines à voter qui pourtant avaient été achetées à grand frais.

Vous êtes donc retournés aux urnes transparentes, quelle vision tirez-vous de ce retour ? On me dit aussi qu’il est difficile de trouver des scrutateurs, comment cela c’est passé concrètement ?

Damien Girard : Ca c’est passé extrêmement bien, c’est-à-dire que globalement le bilan qu’on en fait c’est que les électeurs accueillaient ça très favorablement, je pense notamment au public le plus ancien qui parfois était assez déstabilisé par ces machines à voter. Pour les présidentielles où il y avait eu beaucoup de monde à voter, on avait de longues files d’attente, et les gens se sentaient un peu pressés de voter derrière une machine à voter. L’isoloir permet aux gens qui, au dernier moment, décident de leur vote de se reposer la question, de prendre tout le temps de relire les listes en présence et de faire leur choix tranquillement sans avoir une pression démesurée.

Donc, clairement l’accueil a été favorable pour les électeurs.

Concernant la difficulté de trouver des personnes pour venir dépouiller, non, ce n’est pas un argument. Nous, sur les bureaux de vote qu’on tenait, on a sensibilisé les électeurs à venir dépouiller, notamment dans les jeunes on trouvait pas mal de monde qui était plutôt heureux de pouvoir le faire et donc ça a été sans soucis.

La difficulté, elle existe plutôt pour trouver des assesseurs, des personnes qui sont présentes une journée ou une demi-journée un dimanche. Là effectivement on a plus de difficulté, mais les scrutateurs ce n’est pas un problème.

Les partisans des ordinateurs de vote parlent de modernité et d’économie de papier. Qu’en pensez-vous ?

Stéphane Bigata : On a été accusé d’être rétrograde parce qu’on était contre une nouvelle technologie, etc...

D’abord, les Verts ont toujours été au contraire très favorables à des nouvelles technologies qui permettaient d’éviter l’utilisation de papier, les TIC, et là curieusement on est contre. Pourquoi ?

Parce que le progrès ou la technologie ce n’est pas toujours bon, notamment quand ça pêche au niveau de la démocratie.
Et là en occurrence, et bien c’est tout simple, les machines à voter, vous ne saurez jamais, jamais, vous n’avez aucun moyen de savoir si le résultat a été ou non juste, il n’est pas vérifiable, il y a eu des incidents, on en connaît. Grosso modo ça rend l’ensemble du processus électoral complètement opaque.

Effectivement ce n’est pas un progrès, c’est au contraire 200 ans de travail républicain, et c’est long d’installer des procédures de vote, il n’y a qu’à voir dans les pays qui découvre le droit de voter à quel point c’est long ce genre de procédure à installer définitivement. Et bien là on a régressé en utilisant ces machines.

La démocratie régale c’est donc qu’on s’y oppose.

D’autre part l’argument sur le papier, il faut voir ce que l’on consomme, par exemple, nous à Lorient, les élus verts sont pratiquement les seuls à exiger de recevoir l’ensemble des documents du conseil municipal sur support informatique, tous les autres reçoivent çà sur papier. Alors c’est quand même un petit fort que ce soit les mêmes qui disent vous utilisez du papier alors que le conseil municipal en un ou deux conseils utilisent autant de papier que pour un vote.

Pour les Régionales qui se présentent, où en êtes-vous à Lorient ?

Damien Girard : On a le plaisir d’annoncer que, de nouveau, on votera avec des urnes transparentes. La question s’est reposée au sein de la majorité et aux vues du nombre de listes probables et de candidats sur chacune des listes, on voyait bien que en terme de lisibilité, cela allait être très compliqué, si on utilisait les machines à voter, d’avoir quelque chose de clair.
On a utilisé les mêmes arguments et on a obtenu gain de cause.

Maintenant cela fait deux élections que l’on utilise des urnes transparentes. Réellement, on pense que l’on est bien parti pour la suite, ce n’est pas complètement gagné. Mais à plein de niveaux, autant au sein de la mairie, qu’à l’extérieur, on sent bien que les gens vont avoir un petit peu de difficulté à revenir vers les machines à voter.
Je crois que le sens de l’histoire c’est l’utilisation des urnes transparentes.


Au-delà de Lorient, pour ces élections régionales, quelle va être la position d’Europe Ecologie en Bretagne ?

On a sensibilisé le Comité d’Animation et de Pilotage, vous savez, le CAP Bretagne qui est un peu l’organe démocratique qui représente Europe Ecologie en Bretagne. On les a sensibilisés à ce sujet là et on a décidé, non seulement de faire aujourd’hui, cette petite action sur Brest, qui est une des villes qu’il reste à convaincre comme on a convaincu Lorient. Mais également d’intervenir au niveau du préfet de région, en utilisant l’article 2-2-3 (je crois) de la circulaire qui effectivement dit qu’on doit obtenir l’accord des élus pour effectuer le vote électronique, et que si on ne l’obtenait pas, il fallait garantir un minimum de lisibilité. Et nous avons dit qu’il est évident, qu’il s’agit non pas de 300 noms comme aux européennes mais de plus de 1000 noms puisque l’on a 11 listes comprenant chacune 91 noms, c’est absolument énorme !

Si vous voulez voter pour une liste parce que vous choisissez de voter pour telle ou telle personne, c’est carrément impossible. Vous devez regarder 1000 noms qui feront 0,02 mm d’épaisseur. C’est absolument impossible à faire.

Donc on va demander au préfet de région d’interdire l’utilisation des machines à voter dans toute la Bretagne.

Posté le 17 février 2010
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Février 2010
    19:54

    Europe Ecologie Bretagne va demander au préfet de région d’interdire l’utilisation des machines à voter dans toute la Bretagne

    par Skapad

    Pourquoi faudrait-il systématiquement automatiser le moindre des faits et gestes ! Ce ne serait plus du progrès mais de l’aliénation binaire du type : 0-1-0-1-011 etc !

    - Ai-je une gueule de 0 ou de 1 ?

    Qui plus est pour cette tache de comptage qui doit rester impérativement manuelle, et s’il le faut de multiplier les comptables pour obtenir les résultats du mieux que nous le pourrons, combien mm il faut attendre. La patience, encore une espèce en voie de disparition.

    De celui qui vaut plus que o ou 1 ///