Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

OGM : l’Europe des commissaires s’apprête à ouvrir nos champs à leurs cultures

Déni de justice et imposture flagrante

Ainsi donc l’Europe des commissaires s’apprête à ouvrir nos champs aux cultures OGM. Depuis 1999 sous la pression des populations fortement hostiles aux OGM, une majorité de gouvernements s’est prononcée contre leurs cultures en plein champ.

Qu’à cela ne tienne, les « lobbys » savent travailler et quand la démocratie les gêne, ils passent directement par les commissaires non élus. Devant un tel déni de démocratie, c’est l’institution européenne toute entière qui prend le risque de se voir disqualifiée par les électeurs car quel candidat pourra, en juin prochain, faire croire que notre vote aura un sens si le pouvoir appartient aux seuls commissaires.

Les études sérieuses le prouvent, les plants de maïs OGM contiendront structurellement par la manipulation génétique encore plus de pesticides que les cultures pratiquées à ce jour. Dire que la nature va gagner avec les OGM est une imposture flagrante. Il n’y aura que les firmes comme Syngenta ou Monsanto à gagner sur tous les tableaux.

Les Verts bretons appellent les populations à se mobiliser contre ce coup de force d’une administration européenne entièrement acquise aux thèses du libéralisme. Dès aujourd’hui ils invitent les électeurs à questionner les candidats au parlement et à sanctionner ceux ne se prononceraient pas clairement contre les cultures OGM .

Posté le 29 avril 2004 par Daniel le Bigot
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Avril 2004
    08:30

    > De la démocratie en Europe....

    par Eric Cousin

    Les contorsions évoquées pour faire passer coûte que coûte des décisions rejetées par le peuple et par leurs représentants élus (parlement) sont exactement les mêmes que dans le cas de la brevetabilité du logiciel (voir l’article cité en guise d’exemple) il y a quelques mois.

    Concernant ce dernier dossier, on a ainsi eu des discussions très animées au parlement (les lobbys des pour et des contre ayant fait de leur mieux pour influencer le débat). Le parlement européen a finalement publié un texte qui ne satisfaisait pas les pro-brevet. Qu’à cela ne tienne, les pro-brevets vont faire en sorte que les décisions ne passent plus par le parlement, au motif que "les questions débattues sont trop complexes pour qu’on les laisse entre les mains du Parlement européen". Bien entendu, si la décision finale avait été plus favorable à la brevetabilité logicielle, les êtres supérieurs qui avancent ces propos n’auraient pas bougé. A la veille de l’élargissement de l’Europe, chacun appréciera comme il se doit ce mépris de démocratie.

    Voir en ligne : Logiciels : des juristes "probrevets" ne veulent plus de l’arbitrage du Parlement