Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Machine à Voter à Brest : un témoignage sur le déroulement du scrutin au premier tour

Courrier d’Annette Vazel, en date du 23 mars 2004, assesseur dans le bureau de Brest Kerangoff, adressé aux rédactions de Ouest France et du Télégramme et publié dans ces mêmes journaux, reproduit sur le site de Brest-Ouvert avec l’autorisation de l’auteur.

Admettons que la machine à voter, après une période de rodage, puisse nous donner les résultats électoraux 45 minutes plus tôt (quelle importance ?) et nous économiser un peu de papier.

Admettons qu’il nous faille accepter que plus aucune parcelle de notre société humaine n’échappe à l’informatisation, parce que le contraire serait de la ringardise.

Même si le dépouillement des votes, manuel et collectif, nous paraissait un de nos rares moments de vie citoyenne. Admettons.

Mais qu’on ne vienne pas nous dire que la première journée à Brest de la machine à voter s’est superbement déroulée !

Non, dans mon bureau de vote, la journée n’a pas été radieuse, ni pour les votants, ni pour les assesseurs. Certes les électeurs se sont montrés patients et de bonne volonté. Ce qui n’a pas empêché d’ailleurs certains d’entre eux de grommeler en sortant qu’on ne les reverrait certainement pas le dimanche suivant ! Mais il n’y a pas eu esclandre.

Or nos élus se sont habitués à surfer, de courbette en courbette, sur leur réservoir de voix, au lieu de s’intéresser à ce que les gens expriment . Et pour eux, pas de vague, cela signifie : tout va très bien et on est les meilleurs !

Pourtant ... Journée du 21 mars dans un bureau de la rive droite...

- Des files interminables de 8 heures à 17 heures : trois quarts d’heure d’attente sur la moitié de l’horaire, un quart d’heure minimum aux heures "creuses" ;

- Une atmosphère tendue et fort peu conviviale : inquiétude de beaucoup avant le vote (est-ce que je vais savoir faire ?) : assesseurs obsédés par la seconde à ne pas perdre, la manip’ à ne pas rater, exerçant un travail à la chaîne qui leur interdit d’échanger trois mots de trop avec les votants ;

- Des listes parfaitement illisibles, même dans leurs grandes lignes, dans une situation où il n’est guère question de se mettre à les éplucher avec la loupe qui vous est proposée !

- Des votes non pris en compte par la machine, pour des raisons que personne ne s’explique et n’a d’ailleurs le temps d’essayer de comprendre ;

- Des personnes perdues, honteuses de mal se débrouiller sous le regard de tous, faisant éventuellement n’importe quoi pour en finir et ne pas retarder davantage ceux qui les suivent.

La machine à voter pose le problème de personnes trop âgées pour se formater à un processus nouveau pour elles, utilisé d’ailleurs trop sporadiquement pour qu’elles s’y habituent jamais.

Mais ce n’est pas le plus gênant.

Elle étale surtout au grand jour les inégalités dans l’exercice du droit de vote. Auparavant les personnes peu sûres d’elles préparaient leur enveloppe dans l’intimité de leur domicile. Ou bien s’attardaient dans l’isoloir le temps qui leur était nécessaire, tandis que d’autres, plus expéditifs, pouvaient sans attendre déposer leur bulletin dans l’urne.

Dans le fonctionnement traditionnel, tous ceux -assez nombreux, on l’a bien constaté dimanche - qui seraient arrivés sans savoir qu’il y avait deux élections, l’une concernant des personnes, l’autre des listes, auraient découvert la procédure dès l’entrée en récupérant les bulletins, l’auraient assimilée (ou non) le temps du passage à l’isoloir, pour finir par réaliser en public un geste en tout point similaire à celui de tous les citoyens, déposer une enveloppe anonyme dans une urne.
La machine à voter : un outil pour davantage de démocratie ... ou pas ? C’est pour moi la seule question qui vaille. Mais sans doute pas celle qui intéresse le plus nos élus, plus prompts à se lancer dans les innovations technologiques que dans la concertation avec leurs administrés.

Annette Vazel

Posté le 30 avril 2004
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Avril 2012
    19:48

    Machines à voter : action de contestation lors du vote

    par Chris PERROT

    J’invite les électeurs brestois soucieux de transparence électorale à contester l’usage de ces ordinateurs de vote lorsqu’ils iront voter à Brest pour les présidentielles et les législatives de 2012.

    Plus d’infos...

    Voir en ligne : Pétition pour le maintien du vote papier

  • Avril 2012
    21:45

    Machine à Voter à Brest : un témoignage sur le déroulement du scrutin au premier tour

    par jlg
    Pourquoi BREST uniquement et peut-on avoir confiance quant a la confidentialité ?Le problème s’est posé aux EU et beaucoup sont dubitatifs.
  • Mars 2005
    09:15

    Machine à Voter désinformation municipale à Brest

    par Chris Perrot

    Une des spécialité de la communication de l’actuelle municipalité consiste en des argumentaires du type questions/réponses censés rassurer les craintes des "citoyens-électeurs-contribuables".

    Lors de la mise en place à Brest au printemps 2004 des machines à voter du pauvre constructeur NEDAP (modèle version "2.07"), il n’a pas été dérogé à cette stratégie. Cependant, les interrogations essentielles ont été, on le comprend évacuées.

    Parmi les questions fondamentales qui auraient méritées d’être présentées, voici quelques échantillons qui démontrent que le choix fait par le maire M. François Cuillandre et son 1er adjoint Alain Masson n’apporte rien à notre démocratie, bien au contraire , et ceci bien que les machines en questions furent "agréées" par le Ministère de l’Intérieur.

    De fait, il apparaît aujourd’hui nécessaire de compléter cette désinformation :

    Qu’est ce qui me garantit que le choix que je valide et qui s’affiche sur un écran minuscule, crédite bien le compte de voix du candidat de mon choix ?
    Rien du tout. Votre choix n’étant pas imprimé sur un support papier visible de l’électeur, rien ne vous permez de vérifier que votre " bulletin électronique " ait bien crédité le compte de voix du candidat de votre choix. La " visualisation du vote " sur l’interface proposée par la machine NEDAP (un écran de taille modeste ne permettant pas un confort de lecture suffisant) ne pouvant en aucun cas vous en apporter matériellement la confirmation.

    En cas de contestation, peut-on a posteriori vérifier le résultat du scrutin ?
    Non. Du fait de l’immatérialité des " bulletins électroniques ", un contrôle a posteriori du srutin s’avére totalement impossible.

    Puis-je accéder au code source du système utilisé ?
    Non. C’est un système "propriétaire". Le code source n’est pas "ouvert".
    L’immatérialité des " bulletins électroniques " et le non-accès au code source du système informatique utilisé, le président du bureau de vote, les assesseurs, les délégués des partis en lice, les citoyens, le juge des élections ne peuvent être en mesure d’affirmer honnêtement que tout s’est déroulé correctement durant le scrutin.

    Avec les machines à voter, est-il prévu que les électeurs puissent contrôler le bon déroulement du scrutin ?
    Contrairement à ce qui est possible avec le vote traditionnel, avec les machines à voter utilisées à Brest, cette surveillance digne d’un état démocratique n’est plus possible. D’ailleurs, le réglement technique fixant les conditions d’agréement des machines à voter ( Arrêté ministériel du 17 novembre 2003 - JO du 27 novembre 2003 - NOR : INTX0306924A) ne mentionne pas que les électeurs puissent être en mesure de contrôler le bon déroulement du scrutin.

    Alors, ce n’est pas très démocratique ?
    Ben, non.

    Alors, pourquoi laisse t-on utiliser ces machines si elles n’apportent pas les garanties nécessaires au bon fonctionnement de notre démocratie ?
    Je ne sais pas. Il faut demander la réponse à Monsieur De Villepin, Ministre de l’Intérieur de la République Française.

  • Juin 2004
    23:21

    > Machine à Voter à Brest : Lettre remise au Président de mon bureau de vote

    par Chris Perrot

    élections européennes du 13 juin 2004

    Voici la lettre de contestation et de commentaires que j’ai remis au Président de mon bureau de vote lors du scrutin des élections européennes du 13 juin 2004.

    - Lire la lettre ...

  • Mai 2004
    16:13

    > Machine à Voter à Brest : un témoignage sur le déroulement du scrutin au premier tour

    par Laurent-Pierre Gilliard

    > Machines à voter contre la fraude en Inde
    En Inde se déroule un scrutin national échelonné qui se clôturera le 10 mai : 670 millions d’électeurs sont appelés à voter lors de ces législatives qui détermineront la composition du Parlement et par rebond celle du futur gouvernement. Le scrutin mobilise 2 millions d’agents électoraux déployés dans 700 000 bureaux de votes où ont été installées 1 million de machines à voter électroniques. Ce scrutin sans bulletin économisera 8000 tonnes de papier, soit près de 16 millions d’arbres.

    Un petit calcul nous permet de voir qu’une machine à voter économise donc 16 arbres par scrutin. Vous y avez pensé ?

  • Mai 2004
    09:30

    > Machine à Voter à Brest : un témoignage sur le déroulement du scrutin au premier tour

    Dans le fonctionnement traditionnel, des personnes agées ou handicapées auront renoncé à se déplacer, par ce que le bureau est trop loin ou mal équipé pour leur venu.

    Dans le fonctionnement traditionnel, des exclus ne seront pas venus par ce qu’ils ne ce sont pas inscrit sur les listes, ou par ce que leurs priorités sont (a tord ou a raison) ailleurs, et cela vous n’en parlez pas dans votre témoignage.

    En revanche , que de bruits autour de problémes mineurs inhérents à "la premiére fois", Des fraudes beaucoup plus importante à Paris sous l’Ere Tibéri, n’ont pas permis l’annulation des élections, et udes erreurs sur une douzaine de voix, qu’une amélioration du systéme permettra de corriger serait rédibitoir...