Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Amendement Le Fur : on ne réconciliera pas les agriculteurs et les habitants en aggravant les raisons même de la fracture qui s’est créée entre eux

un communiqué des Vert-e-s de Brest du 7 juillet 2010

Ces jours-ci l’Assemblée Nationale a adopté un compromis à l’amendement de Marc Le Fur visant à faciliter les conditions d’extensions des élevages industriels. Cette phrase même paraît absurde après la prise de conscience réelle qui a eu lieu dans la région bretonne face au déferlement des algues vertes.

Oui, il est important de répondre au malaise paysan, non, il ne faut pas le faire en les enfonçant encore plus dans un mode de production qui ne correspond plus aux besoins des consommateurs, qui pollue de façon démesurée, et qui nuit aux intérêts même des paysans et à leur image.

Le député à l’origine de la proposition a affirmé dans son intervention au sénat qu’il tente d’allier écologie et économie dans son amendement. On peut penser qu’il a ainsi fait bien rire les habitants exposés aux nuisances des exploitations, les consommateurs fatigués du porc de moindre qualité, les associations environnementales désespérées par l’état de pollution de nos rivières et de nos plages, les maires accablés par les factures du ramassage des algues vertes, et les paysans, eux-mêmes, qui depuis plusieurs années font beaucoup d’effort pour réduire l’impact de leurs activité sur le milieu.

- Voir une version à peine modifiée de ce texte adopté quelques temps après que les menaces européennes de compensations financières pour non-respect des normes sur la qualité de l’eau aient été levées est bien la preuve que nos députés n’ont qu’une vision à très court terme de la question. Un peu comme des chauffards qui accélèrent aussitôt le radar dépassé, ils s’empressent de faire repartir l’économie agricole dans le mauvais sens. D’ailleurs, il est significatif de voir que la méthode employée pour avoir des captages d’eau aux normes a été la fermeture de tous ceux qui étaient trop pollués plutôt que la protection immédiate de ceux-ci !

- Voir ce texte adopté alors que :

    • nos plages sont recouvertes d’algues vertes,
    • que certaines communes doivent en interdire l’accès, comme à Douarnenez,
    • alors que tous s’alarment des conséquences pour la santé d’une telle prolifération,

serait un véritable affront à la population bretonne, la négation même de leur droit à un environnement sain. Les Bretons ont d’ailleurs à plusieurs reprises, dans plusieurs enquêtes (réalisées par l’Etat aussi bien que par les associations), exprimé leur inquiétude face à la qualité de l’eau de leur région, dans les rivières aussi bien que sur les plages.

Nous, Verts du pays de Brest, affirmons qu’un tel amendement montre bien que la droite n’a pas plus saisi les enjeux du malaise paysan que ceux de la question de l’eau. On ne réconciliera pas les agriculteurs et les habitants en aggravant les raisons même de la fracture qui s’est créée entre eux.

Il faut mettre les moyens pour accompagner les agriculteurs vers un autre mode de production, que cet accompagnement soit financier, technique ou même psychologique et social : une mutation n’est jamais facile, et les paysans ont assez souffert ces dernières années des messages contradictoires envoyés par l’Etat.

Julie Le Goic,

porte-parole des Vert-e-s du pays de Brest

Posté le 7 juillet 2010 par Julie Le Goïc
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info