Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

L’association demande aussi aux collectivités et syndicats concernés par l’alimentation en eau potable de leurs communes par l’Élorn de le faire

Nouvelle et grave pollution de l’Elorn : AE2D porte plainte

Un communiqué d’AE2D

Encore une nouvelle et grave pollution de l’Élorn qui alimente en eau potable une bonne partie du pays de Brest, soit près de 400.000 habitants. Elle a été constatée à Loc-Éguiner-Ploudiry, le 11 juillet, sur un kilomètre environ occasionnant notamment la mort de milliers de poisson.

AE2D a porté plainte avec constitution de partie civile, lundi 12 juillet, auprès du doyen des juges d’instruction du tribunal de Brest.

Si la responsabilité de l’exploitant de l’usine de pompage d’eau de Goasmoal, Veolia, était avérée, nous demandons au gestionnaire de cette usine, le SMI de Landivisiau (Syndicat Mixte Intercommunal de Production et de Transport d’Eau Potable de la Région de Landivisiau), de déposer plainte et de prendre les lourdes sanctions qui s’imposent contre l’exploitant, pouvant aller jusqu’à son éviction, sans indemnité, du contrat d’exploitation.

AE2D demande aussi aux collectivités et syndicats - Brest métropole océane, SIVU (Syndicat intercommunal à vocation unique) de Landerneau, ... - concernés par l’alimentation en eau potable de leurs communes par l’Élorn ainsi qu’au Syndicat de l’Élorn de porter plainte également.

En effet les associations ne devraient pas remplacer collectivités dans leur rôle de garante de l’intérêt général surtout lorsque l’eau, bien commun, est polluée volontairement ou par négligence.

A signaler que l’APPMA de l’Elorn (Association Agréée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de l’Elorn) a aussi porté plainte et décidé de dénoncer la convention bipartite qui la liait à la mairie de Landivisiau et imposait à une des parties de prévenir l’autre en cas de pollution.

L’APPMA estme qu’il faudra cinq ans pour revenir à une situation normale au niveau piscicole.

Posté le 27 octobre 2015 par Christian Bucher
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info