Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

L’appel pour une Bretagne propre !

à l’initiative de plusieurs associations de protection de l’environnement du nord du Finistère

La marée montante des projets d’usine à lisier (Lannilis, Plouguin, Plabennec, Trégarantec, Lanmeur, demain Saint Renan, Ploudalmézeau ?) se heurte désormais à une résistance populaire. Réunions publiques, manifestations se succèdent. Des lettres-pétitions circulent, nous reproduisons ici un beau texte d’appel à une Bretagne propre. Notre si belle Bretagne mérite mieux que des usines à M.... comme on a pu le lire sur les pancartes des manifestants à Plouguin samedi 26 juin ou à Kernilis le 2 juillet.

Pollution de l’eau par les nitrates, les phosphates et les pesticides, pollution de l’air par les lisiers, pollution des rivages par les marées vertes, la Bretagne n’enn finit pas de payer le coût d’un modèle agricole qu’elle n’a pas choisi.

A cela il faut ajouter tous les autres dégats collatéraux : qualité de l’eau durablement dégradée, stérili-sation des sols et disparition programmée de l’exploitation familiale, santé publique mise en danger, alimentation suspecte, dépréciation immobilière et touristique, détériorations de biens publics etc...

Devant la montée des mécontentements et sous la pression de l’Europe, tout a été prétendument fait pour réduire ces pollutions d’origine agricole : 1,5 milliards d’euros d’argent public en 10 ans, soit l’équivalent d’un an d’impôts sur le revenu des Bretons, ainsi qu’une règlementation sur mesure, et à l’encontre des lois, qui permet de blanchir les augmentations frauduleuses de cheptel.

Rien n’y fait : la pollution de l’eau, de l’air, des sols et des rivages persiste et ne recule pas.

Aujourd’hui ce productivisme effréné n’a même plus le prétexte de la réussite économique : artichauts et choux-fleurs dans la rue, cours du poulet et du porc au plus bas depuis des mois, chute du lait, concentrations et délocalisations destructrices d’emplois.
Pour surmonter ces crises environnementale, économique et sociale, le complexe agro-alimentaire choisit la fuite en avant. " augmente cette production irraisonnée, et donc la pollution, en agrandissant et concentrant les exploitations. " lui faut pour cela inventer toujours de nouvelles .usines à gaz., baptisées solutions expérimentales par des expertises complices, pour créer l’illusion de la résorption des excédents toujours plus énormes de déjections animales et autres déchets : transformation chimique, méthanisation, co-compostage, incinération...

On ne peut montrer plus profond mépris du cadre de vie et de la santé des Bretons, du paysage et d’une agriculture raisonnable.

Le plus grave est que ce lobby obtient un soutien ferme de trop d’élus, en ne faisant aucun cas de l’avis des populations.

Nous soussignés, refusons ces mesures coûteuses qui ne règleront ni les problèmes environnementaux, ni les problèmes liés à la surproduction agricole que connaft notre région. Nous demandons à tous les décideurs économiques et politiques de surseoir à tous ces projets dangereux, de briser le dogme du productivisme, et d’envisager enfin une sortie de crise par la réduction aidée du cheptel et par la promotion et le soutien d’une agriculture respectueuse de l’environnement, privilégiant la qualité sur la quantité.

SAUVEGARDE DU TRÉGOR - FORCE 5 - DOURDUFF ENVIRONNEMENT
BIEN VIVRE A PLOUGUIN (d’autres signatures vont suivre)

pour signer vous aussi cliquez sur l’icône pétition ci joint.
Posté le 2 juillet 2004
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Septembre 2004
    23:38

    > L’appel pour une Bretagne propre !

    par tobby

    il est grand temps que la population défende sa région. La Bretagne ne mérite pas ce qui lui arrive. Ou que l’on regarde, tout n’est que pollution. Le pays Bigouden, la Torche en particulier est également très touché. La santé de ses habitant est menacée. Epandages de composts urbains non suffisament décomposés, boues de station d’épuration, et par dessus tout celà, usage frénétique de pesticides en tout genre, le tout sur 500 hectares de bulbes, ainsi sur des terres agricoles, de par l’action de certains agriculteurs totalement inconscients de ce qu’ils font.

    Les élus ne bougeront pas le petit doigt. C’est à nous de nous faire entendre et de prendre les choses en main. Si tout le monde prend conscience de ce nous subissons, nous avancerons. Sinon, nous allons droit dans le mur. Et ce sera pour bientôt. Si nos enfants veulent profiter d’un environnement sain, il faut que nous bougions. ça urge !!!!!!

    Voir en ligne : pollution en pays bigouden