Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Refusons d’être pucés comme du bétail ! Non à la carte à puce "Korrigo" !

Communiqué du collectif brestois anti sécuritaire

Le Collectif brestois anti-sécuritaire (ex collectif 29 contre la loi Loppsi 2) souhaite alerter la population et interpeller les élus sur les risques liberticides et discriminatoires concernant le projet de BMO et de Kéolis de mettre en place un système de billettique utilisant des cartes à puces RFID dans le réseau des transports de la communauté urbaine de Brest.

Les puces RFID sont de minuscules étiquettes électroniques lisibles à distance. Elles sont de plus en plus utilisées pour tracer les produits de consommation et les animaux. Utilisées par les opérateurs de transports publics, les puces RFID peuvent contenir des données personnelles rattachées au nom de l’abonné (nom, prénom, adresse, mail, numéro de téléphone, photo....). Avec l’utilisation de cartes nominatives, la date, l’heure et le lieu des trois dernières validations (qui, quand, où) des usagers seront enregistrées en temps réel par Kéolis.

L’utilisation de la carte à puce nominative porte atteinte au principe d’aller et venir anonymement. Même à jour d’abonnement, l’usager aura désormais l’obligation de « valider » son titre de transport devant les bornes de contact lors de chaque trajet sous peine d’amende. Porter atteinte à sa propre vie privée devrait t-il être demain la règle à Brest pour les usagers des transports publics ?

Pratiques douteuses

Si aujourd’hui les opérateurs de transport public proposent aux usagers des cartes anonymes, le Collectif brestois anti-sécuritaire note que dans la pratique tout est fait pour inciter les usagers à souscrire à un abonnement nominatif permettant le traçage des voyageurs.

A plusieurs reprises la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) a mis en avant les pratiques douteuses des opérateurs de transports en commun en ce qui concerne la vente de cartes de transport munies de puce RFID : manque d’information sur les passes anonymes, absence de véritable choix pour l’usager entre des déplacements anonymes ou nominatifs, instauration d’un coût supplémentaire pour obtenir un titre de transport anonyme.
>> Dans son avertissement adressé à Kéolis Rennes (STAR) en janvier 2009, la CNIL a constaté que de 2006 à 2008, "53 passes anonymes ont été vendus pour 186 650 passes nominatifs" et que "pour un utilisateur régulier, le passe anonyme revient donc, selon son âge, entre 2,5 et 4 fois le prix d’un abonnement nominatif" !

discriminations tarifaires

Le Collectif brestois anti-sécuritaire trouve inadmissible que les usagers bénéficiant de tarifs réduits et sociaux (étudiants, retraités, chômeurs...) soient demain contraints d’acheter un passe nominatif pour conserver leur avantage tarifaire. Par ailleurs, les salariés bénéficiant d’un remboursement intégral ou partiel de leur titre de transport par leur employeur seront contraints à l’acquisition d’un passe nominatif. Pour conserver leur droit à se déplacer anonymement, ces catégories d’usagers n’auront pas d’autre choix que de renoncer à leur avantage tarifaire et devront payer leur titre de transport plein pot ! L’impossibilité pour l’usager de souscrire un abonnement anonyme avec un titre hebdomadaire, mensuel ou annuel apparait contradictoire avec la liberté de choix.

Un traçage régional en perspective

En Bretagne, les cartes à puces RFID devraient être mises en place à Quimper fin 2011, à Lorient et à Brest courant 2012. Les villes de Saint-Malo, Vannes et Saint-Brieuc réfléchissent à la mise en place de ce système de billettique. L’objectif à terme pour les collectivités territoriales et Kéolis est de pucer les cartes de transports pour toute la région : bus, tram, métro, TER. La Bretagne, désormais le laboratoire de l’acceptation de la société de surveillance généralisée ?

Posté le 26 juin 2011
©© Brest-ouvert, article sous licence creative common info
Nouveau commentaire
  • Mars 2013
    17:27

    Refusons d’être pucés comme du bétail ! Non à la carte à puce "Korrigo" !

    par walternative
    Bonjour, J’espère que ce commentaire suffira à faire ressurgir ce vieil article, ainsi que les nouvelles que je viens apporter. ATTENTION : le pass anonyme (est une arnaque) ne permet pas d’avoir un abonnement. Avec cette solution, voyager anonymement vous coutera donc 5 fois plus cher (au bas mot). LA VRAIE SOLUTION : c’est le pass Déclaratif ! Conseillé par la CNIL, le pass Déclaratif est le juste milieu, et est celui que tout le monde devrait avoir par défaut : il n’enregistre pas vos données personnelles, vos déplacements ne sont donc pas « FICHÉS », et vous pouvez avoir un abonnement et donc voyager anonymement sans vous faire racketter. Un système informatique de collecte de données dit « sécurisé » est un avant tout un système qui n’enregistre pas d’informations inutiles. KEOLIS brandira le drapeau des statistiques, mais soyons d’accord, pour faire des stats, ils ont besoin de votre année de naissance, votre sexe, que sais-je encore, MAIS CERTAINEMENT PAS DE VOS NOMS ET PRENOMS ! On ne devrait en aucun cas vous fournir un pass Nominatif sans vous avoir informé qu’il bafoue votre liberté individuelle et fondamentale de vous déplacer anonymement et librement. On ne devrait en aucun cas vous fournir un pass Nominatif sans même avoir mentionné l’existence du pass Déclaratif. Là où le bas blesse (âmes sensibles s’abstenir) : * les usagers ne sont pas informés sur cette carte * le personnel de KEOLIS n’est volontairement pas informé non plus, et n’est pas formé à distribuer ces cartes (alors que leur logiciel leur permet de le faire (depuis des années maintenant)) * vous apportez un curieux malaise quand vous grimpez les échelons et que vous demandez des informations à ceux qui savent, ils restent très évasifs, et ce qui se cache derrière à l’air vraiment dégueulasse tant ils semblent parfois à la limite de craquer et d’avouer des choses. Je vous jure que quand je leur parle de leur carte et de liberté, certains semblent avoir vraiment du mal à se regarder dans le miroir. Je soupconne personnelement que les préfectures de police (qui sais-je encore) leur imposent cette marche a suivre. * j’ai pu obtenir il y a quelques mois une carte déclarative (non sans effort) (portant mon prénom et la mention « DECLARATIVE » à la place de mon nom). L’ayant perdu j’ai voulu en refaire une : on m’informe que « ca n’est plus d’actualité »… (pas d’explication, pas de discussion possible, un silence glaçant, certains ont du se faire remonter les bretelles bien comme il faut). J’exige des réponses, et vous ? Elus de tous poils, je vous en supplie, battez vous contre ca. Je ne suis personne, ni rien de bien éloquent. A mon niveau les seules solutions envisageables sont informer les autres et saboter. J’ai choisi d’informer pour le moment, mais je trouve que c’est peine perdu. Je ne veux pas d’un monde comme ca et vos enfants non plus. Empechez les ! Parlez en à vos pairs ! Je vous en conjure ! Pour la fin, une petite citation de Bruce Schneier : “Si vous pensez que la technologie peut résoudre vos problèmes de sécurité alors vous n’avez rien compris aux problèmes ni à la technologie“ PS : Selon une source à la fiabilité toute relative qui a souhaitée rester anonyme (même dans les tranports en commun), sur le papier toilette chez KEOLIS, on pourrait lire en lettre d’or : « Liberté, Égalité, Fraternité ».
  • Juillet 2011
    08:55

    Documents publics Korrigo

    par Chris Perrot

    Bonjour Monsieur Joanny,

    ma relance sur Brest-ouvert.net a contribué à activer la transmission de la copie du contrat de délégation entre Kéolis et BMO. J’en suis fort aise. Je vais donc solliciter la Commission d’accès aux documents administratifs afin d’interompre la procédure en cours. Je peux désormais communiquer à leur demande ce document aux élu-e-s qui ont votés la délibération en question sans avoir pu consulter le contral final dont il était question ! A ma connaissance, ce fut le cas pour certain-e-s élu-e-s Vert-e-s brestois !

    Citer la CNIL s’avére un bien faible argument pour cautionner la décision de fichage des usagers des transports en commun. Idem citer l’argumentaire de Monsieur Quiquet. A noter que le personnel du kiosque info-tram brestois a été invité par le formateur de Kéolis à se référer à la prose propagandiste de Monsieur Quiquet pour répondre aux brestois soucieux de s’informer sur la problématique sociétale et discriminatoire posée par les cartes à puce sans contact qui seront introduites à Brest. L’industriel Kéolis aurait il tenu le stylo de monsieur Quiquet ? Il faudra plus qu’un argumentaire commercial et de la novlangue pour faire prendre à la population des vessies pour des lanternes.

    Pour info, votre camarade quimpérois est totalement dépassé par ce dossier. Je vous renvoie à ses dernières communications en réponse à la section quimpéroise de la Ligue des Droits de l’Homme. Son numéro de “fausse naïveté” était pathétique. Pour être constructif, je vous invite à contacter vos camarades Verts rennais qui ont été à l’origine de la sollicitation de la CNIL dont l’avertissement de 2009 n’est pas très rassurant pour les citoyens.

    Dois-je conclure qu’en faisant référence à vos camarades quimpérois et lillois, que vous sous-entendez un cautionnement politique national des Verts/Europe écologie sur cette question d’atteinte à la liberté d’aller et venir anonyment introduite par ces cartes à puce RFID ? Un éclaircissement national des Verts s’impose. A la veille des présidentielles et des législatives, voilà un sujet qui mérite débat au lieu de l’éternelle politique du fait accompli et du passage en force.

    Voir en ligne : Communiqué du Collectif brestois anti-sécuritaire

  • Juillet 2011
    15:13

    Documents publics, Korrigo

    par M Joanny

    Bonjour Mr Perrot,

    - Le contrat de délégation de service public de transport vous a bien été transmis par voie électronique, après le délai normal d’examen de la validité juridique de cette demande du collectif.

    - Pour l’utilisation de la carte Korrigo et des puces électroniques, les autorisations données par la CNIL s’appuient sur des dossiers maintenant extrêmement rigoureux, intégrant l’expérience acquise par leur mise en œuvre dans d’autres collectivités. Je vous renvoie à l’article de Eric Quiquet posté sur Brest-Ouvert pour l’agglomération de Lille Métropole (à la date du 16 juin). Jean-Pierre Bigorgne à Quimper et moi-même à Brest restons très vigilants sur ce dossier.

  • Juin 2011
    19:26

    Refusons d’être pucés comme du bétail ! Non à la carte à puce "Korrigo" !

    par Chris Perrot

    @ Monsieur Joanny,

    je me permets une sollicitation "ouverte" via cette publication internet.

    D’ans le cadre de l’accès aux documents administratifs, le collectif brestois anti-sécuriataire a sollicité BMO fin avril pour avoir communication de la copie du contrat d’exploitation des transports publics de Brest Métropole Océane. Contrat approuvé par le Conseil de communauté de BMO du 23 octobre 2009 déléguant à la société Kéolis l’exploitation du réseau des transports collectifs à partir du 1er janvier 2010 pour une durée de 9 ans.

    Sans réponse de la collectivité (sic), la CADA vient d’être contactée pour vous rappeler notre requête.

    Par soucis écologique, on a même pris soin de vous demander de nous adresser copie de ce document au format .PDF par courriel (à l’attention de mon adresse perso). On ne peut pas faire mieux en terme de conscientisation environnementale.

    Je note la difficulté à jouer la carte de la transparence . Ce document serait t-il classé "secret défense" pour qu’il soit aussi difficile à se faire communiquer ?

    Certes, j’ai depuis eu écho "de source autorisée" (sic) que certains élu-e-s (combien ?) ont du voter la délibération en question sans avoir pu se faire communiquer copie du contrat final. Trouvez vous cela normal ? Moi, cela m’interpelle. Pas vous ?

    Les élu-e-s brestois sont décidement fâchés avec l’exercice démocratique.

  • Juin 2011
    11:59

    Quelle est la position politique des Vert-e-s brestois sur ce dossier ?

    par Chris Perrot

    question fondamentale. En effet, les élu-e-s Vert-e-s brestois ont validés en bureau de Communauté urbaine l’acquisition des bornes sans contact.

    Allez vous faire comme pour les machines à voter, c’est à dire dire "oui" à leur achat et "non" à leur utilisation (sic) ?

    Ceci dit, aujourd’hui les Vert-e-s disent "oui" au vote électronique pour votre primaire des présidentielles. Vous n’êtes plus à une contradiction près.

    Un peu de lisibilité sur vos positionnements politiques locaux et nationaux ne serait pas un luxe.

    Merci