Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Réchauffement, acidification des mers, pollutions : des experts internationaux redoutent un effondrement des écosystèmes marins

Les conclusions du colloque, organisé mi-avril 2011 à l’université d’Oxford (Royaume-Uni), à l’initiative de deux organismes non gouvernementaux - l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et l’International Programme on the State of the Ocean (IPSO) - ont été rendues publiques, mardi 21 juin.

Selon un panel d’une trentaine d’experts, réunis dans un colloque interdisciplinaire, les activités humaines, entrainent des bouleversements qui affectent gravement les océans de manière inédite depuis ...au moins 55 millions d’années. Elles feront l’objet d’un rapport agrémenté de recommandations, prochainement communiqué aux Nations unies qui prévoit Un effondrement des écosystèmes marins à une large échelle est, selon les auteurs, probable d’ici 2020 à 2050.

Ce rapport synthétise les travaux récents sur des questions aussi diverses que les changements des paramètres chimiques de l’océan, l’impact des pollutions locales ou globales, de la surpêche, de l’augmentation des températures des eaux de surface, etc.

Principaux constats  :

- les eaux de surface de l’Océan absorbent une part importante des émissions anthropiques de dioxyde de carbone (CO2), ce qui conduit à leur acidification.

- le cycle du carbone a été perturbé par l’introduction dans l’atmosphère d’environ 2 milliards de tonnes (Gt) de CO2 par an pendant 5 000 à 10 000 ans - les causes de ce bouleversement sont encore débattues. C’est un taux près de quinze fois inférieur aux quelque 30 Gt de CO2 émises aujourd’hui, chaque année, par les activités humaines.

les auteurs notent ainsi qu’en 1998, un unique événement de blanchissement des coraux - vraisemblablement en partie lié à une forte anomalie de température - a conduit à une destruction de 16 % des coraux tropicaux mondiaux. Or ces derniers sont un réservoir crucial de la biodiversité marine.

- la surpêche et la pollution globale des mers. La pêche a ainsi réduit de 90 % certains stocks de poissons tandis qu’au niveau mondial, 63 % des stocks sont surexploités ou déjà sérieusement réduits.

- quant aux pollutions, les nouvelles études montrent qu’indubitablement les plastiques, les retardateurs de flammes chimiques et les perturbateurs endocriniens se sont fermement installés jusque dans les zones polaires, où les biologistes les retrouvent dans les organes des animaux de ces régions, pourtant éloignées de toute activité industrielle.

Le rapport met en avant quelques recommandations-clés : baisse des émissions de dioxyde de carbone, réduction des prélèvements sur les stocks de poissons les plus fragiles, réglementation des activités en haute mer et réduction des rejets chroniques de résidus chimiques dans les océans.

Source : journal Le monde

Posté le 24 juin 2011