Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Un irradié de l’ile Longue en justice pour faire reconnaitre son cancer

Le 7 juin 2013, le tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) de Brest a examiné le dossier d’un ancien ouvrier, Jean-Luc Caouren, salarié de DCNS, qui souffre aujourd’hui d’un lymphome.

Ce salarié est un ancien appareilleur qui a assuré l’installation des missiles à charge nucléaire sur les sous-marins à l’Ile Longue (presqu’ile de Crozon) durant 15 ans.

Le cancer, un lymphome, de Jean-Luc Caouren, diagnostiqué en 2010, n’est pas reconnu comme maladie professionnelle par le tableau 6 des cancers radio induits du régime général de la Sécurité Sociale qui ne comprend que le cancer des os, le cancer broncho-pulmonaire et la leucémie.

Son dossier a été retoqué dans un premier temps par le collège de trois médecins du Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles, seuls 3 types de cancer sont en effet reconnus officiellement (mais pas le lymphone).

Son avocate, Me Cécile Labrunie, argumentant que « la liste des maladies radio induites figurant dans la loi d’indemnisation des vétérans des essais nucléaires comporte 18 types de maladies graves et de cancers dont le lymphome et qu’aux États-Unis, 29 localisations de cancers radio induits sont admises », a sollicité devant le Tribunal la désignation d’un second Comité régional qui étudierait à nouveau le dossier de M. Caouren.

Il est soutenu par l’antenne de Brest de l’Association des irradiés des armes nucléaires et leurs familles, dont le président Francis Talec, présent à l’audience souligne que depuis la première reconnaissance, en 2002, comme maladie professionnelle de la leucémie d’un irradié de l’Ile Longue, neuf autres dossiers sont instruits ou en cours, dont cinq reconnaissances pour leucémies ou cataracte.

Il a rappelé que dans ces dix dossiers, il y a quatre décès et annoncé que l’association allait engager une procédure pour "préjudice d’anxiété" pour 19 de ses adhérents irradiés.

Le Tass de Brest a mis en délibéré, au 6 septembre, la demande de Jean-Luc Caouren.

Posté le 14 août 2013