Brest ouVert

Lancé par les élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Brest, Brest-ouVert.net est un site d’information et de débat public ouvert à chacun.e selon la charte

Hommage au réalisateur Chris Marker au cinéma Bretagne à Saint Renan (29), le dimanche 13 octobre

LES PRINTEMPS DE MARKER

15H : LE FOND DE L’AIR EST ROUGE de Chris Marker.
France - 1977 - 3h. Avec les voix de Yves Montand et Simone Signoret.

« De l’ébullition de 68 et des années qui suivirent, plus précisément de 1967 à 1977, Chris Marker a puisé dans des milliers de mètres de documents passionnants et composé une fresque extraordinaire, d’une intensité rare, d’une richesse à vous donner le vertige. Rythmées par ses propres commentaires se succèdent des archives incroyables de la guerre du Vietnam, de la mort du Che, du printemps de Prague, des festivités de Persépolis avec tous les grands de ce monde s’inclinant devant le Shah d’Iran, des jeux olympiques de Munich, du festival d’Avignon 1968, des portraits de tous ces personnages qui font partie de la légende du siècle : De Gaulle, Mao, Castro...

Dans Le Fond de l’air est rouge, l’Histoire est décryptée pour ne pas enterrer le vécu, comme certains le souhaitent, mais surtout pour ne pas répéter indéfiniment les erreurs déjà commises. À la fin du film un déroulant précise : « les véritables auteurs de ce film sont les innombrables cameramen, preneurs de son, témoins et militants dont le travail s’oppose sans cesse à celui des pouvoirs, qui nous voudraient sans mémoire. » (source : Gazette Utopia) »

- 18H : intervention de Pierre Camus, assistant réalisateur de Marker durant 13 ans, et de Bamchade Pourvali, critique cinéma.
- 19H : entracte, apéritif dinatoire.

20H : LE JOLI MAI de Chris Marker.
France - 1963 - 2h15. Avec la voix de Yves Montand.

Quel temps fait-il à Paris, au printemps 1962 ? Un peu frais pour la saison. Les accords d’Evian marquent la fin de la guerre d’Algérie. Au cinéma, on joue L’Année dernière à Marienbad et Cléo de 5 à 7. Au fil des rencontres, le film de Chris Marker et de Pierre Lhomme bruisse de tous les sujets, des plus légers aux plus graves. On parle de politique et d’amour, de bonheur, de misère et de progrès. Six ans avant un mois de mai plus fameux, les réalisateurs arpentent les rues de la capitale, en quête de rencontres. Marchands, ouvriers, jeunes mariés, danseurs de twist et bougnats : les mots fusent et composent un beau portrait sociologique de la France gaullienne.
Cinquante ans plus tard, ce Joli Mai, repris en salles, ouvre une fenêtre lumineuse sur une société en pleine mutation, des mœurs à la technologie, des conditions de vie au temps de travail.

Le charme du film naît de cette balade en noir et blanc dans tous les décors de Paris, une déclaration d’amour à la ville, que berce la voix du « guide » Yves Montand. (source : Télérama)

Suivi d’une intervention de Bamchade Pourvali, critique.

- Tarif spécial pour les deux films, les interventions, l’apéritif dinatoire : 7€

Un événement proposé en partenariat avec le réseau Cinéphare dans le cadre des Cinés Ouverts en Finistère

Posté le 3 octobre 2013